Dépenses de consommation en hausse de seulement 1% en août

  • FrançaisFrançais



  • WASHINGTON (AP) – Les dépenses de consommation aux États-Unis ont ralenti en août et le revenu personnel a chuté, car une prestation hebdomadaire de 600 $ pour les Américains qui sont au chômage pendant la pandémie a expiré.

    Le département du Commerce a rapporté jeudi que les dépenses n’avaient augmenté que de 1%, la plus faible croissance depuis la baisse des dépenses de 12,7% en avril, lorsque la propagation rapide des infections au COVID-19 a mis fin à une grande partie de l’économie.

    Une baisse de 2,7% du revenu en août fait suite à un gain de 0,5% le mois précédent. La baisse reflétait l’expiration de l’allocation de chômage augmentée de 600 $ le 31 juillet. Le Congrès n’a jusqu’à présent pas réussi à proposer un nouveau programme de secours contre les virus qui rétablirait cet avantage.

    Les économistes craignent que sans un nouveau soutien gouvernemental, l’économie ralentisse considérablement au cours des trois derniers mois de cette année, alors que les dépenses de consommation ralentissent avec des millions de personnes toujours sans travail et que le soutien gouvernemental s’estompe.

    «À moins que la croissance de l’emploi ne reprenne ou que l’aide budgétaire supplémentaire ne soit prolongée, les dépenses de consommation risquent de ralentir considérablement», a déclaré Gregory Daco, économiste américain en chef chez Oxford Economics.

    L’inflation, mesurée par une jauge liée aux dépenses de consommation, a augmenté de 0,3% en août et de 1,4% au cours des 12 derniers mois. C’est bien en deçà de l’objectif de la Réserve fédérale de réaliser 2% de gains annuels d’inflation.

    En août, la Fed a déclaré qu’elle modifiait sa politique pour retarder les hausses de taux jusqu’à ce que l’inflation dépasse 2% pendant un certain temps, un changement qui devrait réduire les coûts d’emprunt des consommateurs et des entreprises pendant une période prolongée. La Fed ne prévoit aucune hausse de son taux de référence jusqu’en 2023.

    La baisse de 2,7% des revenus reflète une énorme baisse de 14,8% dans la catégorie qui couvre les paiements gouvernementaux, y compris les allocations de chômage. Les démocrates et les républicains n’ont pas été en mesure de restaurer les avantages expirés en raison de grandes différences entre les deux parties sur le niveau de soutien supplémentaire à fournir.

    La présidente de la Chambre des communes Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin ont eu des entretiens mercredi sur un plan de sauvetage massif du COVID-19, se rencontrant face à face pour la première fois en plus d’un mois dans un ultime effort pour sceller un accord de principe sur un cycle supplémentaire de soulagement du coronavirus.

    L’enjeu est un paquet longtemps retardé qui prolongerait une autre série de paiements de relance directs de 1 200 $, rétablirait les primes de chômage en cas de pandémie, accélérerait l’aide aux écoles et étendrait l’aide aux compagnies aériennes, aux restaurants et à d’autres entreprises en difficulté. Un projet de loi de secours historique de 2 billions de dollars en mars a été adopté avec un large soutien et est reconnu pour avoir aidé l’économie au printemps et en été.

    La hausse de 1% des dépenses de consommation a été tirée par un gain de 1,4% des dépenses en services, avec des gains importants pour les dépenses en services de restauration et en hôtels et motels, deux domaines qui ont été durement touchés pendant les verrouillages. Les dépenses en biens durables comme les automobiles ont augmenté de 0,9% en août, tandis que les dépenses en biens non durables comme la nourriture et les vêtements ont diminué de 0,1%.

    Les dépenses de consommation sont surveillées de près car elles représentent 70% de l’activité économique aux États-Unis

    Les économistes estiment que la croissance du PIB, qui a chuté à un taux annuel record de 31,4% au cours du trimestre d’avril à juin, rebondira d’un montant record au cours du trimestre de juillet à septembre mais pourrait faire face à un ralentissement sévère au cours du trimestre en cours en l’absence d’une aide gouvernementale supplémentaire. .

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.