Une société immobilière colombienne tente d’inverser le détournement d’un nom de domaine – Domain Name Wire


  • FrançaisFrançais



  • Autant faire une ouverture amicale.

    Imaginez ceci :

    Vous démarrez une entreprise. Vous effectuez une recherche de marque, puis formez une société. Le nom de domaine .com correspondant est déjà enregistré et vous ne pouvez pas vous permettre le prix demandé. Vous vous lancez donc sur un domaine de second choix.

    Plus tard la même année, une société colombienne crée une entreprise du même nom.

    Vous n’êtes pas satisfait du domaine d’origine que vous avez obtenu, vous recontactez donc le propriétaire du domaine .com que vous souhaitez. Cette fois, vous avez l’argent pour acheter le domaine.

    Vous commencez à utiliser le nouveau domaine domaine. Plus tard, vous remarquez des pics de trafic étranges en provenance de Colombie de temps en temps. Vous enquêtez et trouvez l’autre société dont le nom utilise le domaine .co correspondant.

    Dans le but d’aider l’entreprise colombienne, vous la contactez et lui demandez si elle souhaite que vous transfériez tout trafic provenant de Colombie vers son nom de domaine. La société colombienne demande à la place si vous seriez prêt à vendre le domaine.

    Vous avez déjà lancé sur le domaine et avez une entreprise en cours d’exécution. Vous dites que vous ne voulez pas vendre le domaine et que tout prix demandé inclurait le coût du changement de marque, ce qui signifie que cela coûterait cher. Lorsque vous êtes pressé, vous dites que votre conseil d’administration envisagerait de vendre pour une somme à huit chiffres.

    La société colombienne dépose ensuite une UDRP contre votre domaine en utilisant des faits sélectifs, tels que le prix auquel vous avez dit que vous vendriez le domaine lorsqu’ils vous ont tordu le bras pour un certain prix.

    C’est essentiellement ce qui s’est passé dans un différend de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle pour habi.com (pdf).

    La société colombienne est Inversiones MCN SAS, qui exploite un service immobilier chez habi.co.

    Le panéliste John Swinson a découvert sans surprise un détournement de nom de domaine inversé :

    Le Comité conclut qu’il s’agit d’un cas de RDNH.

    Le Plaignant a tenté d’acheter le nom de domaine litigieux au Défendeur sans succès. À ce moment-là, le Plaignant n’a fait aucune allégation selon laquelle le Défendeur agissait de mauvaise foi ou n’avait pas le droit de posséder le nom de domaine litigieux.

    Il n’y a aucune preuve convaincante dans le dossier que l’intimé ait à un moment quelconque ciblé les droits du plaignant sur les marques de commerce du plaignant.

    Le Plaignant, lors du dépôt de la Plainte, savait que le Défendeur avait déposé une demande de marque aux États-Unis pour HABI avant que le Plaignant n’existe. À moins que le plaignant n’ait présenté des preuves ou des observations selon lesquelles cette demande de marque était une imposture, ce qu’il n’a pas fait, le plaignant aurait dû être conscient de ce seul fait que ses chances de succès dans ce différend étaient faibles. Mais le Plaignant a poursuivi sa Plainte.

    Holland & Knight LLC représentait le Plaignant et Stoel Rives, LLP représentait le propriétaire du nom de domaine Habi Partners.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *