Toast restaurant POS company gagne toast.io dans un litige de domaine – Domain Name Wire


  • FrançaisFrançais



  • Le propriétaire du domaine a été engagé par le Plaignant pour l’aider à acquérir le domaine.

    Image du système Toast POS. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Toast, Inc.

    Toast, Inc., la société à l’origine du système de commande de restaurants omniprésent, a remporté le nom de domaine toast.io (pdf) grâce à un différend de cybersquattage.

    La société a déposé le litige auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle en vertu de la politique de règlement des litiges relatifs aux noms de domaine .IO.

    Cette politique diffère de l’UDRP d’une manière essentielle : elle nécessite un enregistrement ou utilisation de mauvaise foi, pas d’enregistrement et utiliser de mauvaise foi. Cela signifie qu’une action peut être gagnée si le domaine a été enregistré avant l’acquisition d’une marque mais a ensuite été utilisé de mauvaise foi.

    Dans le cas présent, le domaine est transmis au rival de Toast, Clover, indiquant la mauvaise foi de la part du propriétaire du domaine.

    Mais l’affaire est un peu plus intéressante que cela. Elle désigne Jeff Bennett de Bennett Global Group comme l’intimé. Bennett était l’un des fondateurs de Name Media, la société qui possédait Afternic et BuyDomains avant de vendre le premier à GoDaddy et le second à ce qui est maintenant Newfold Digital.

    Selon la décision de l’OMPI, Toast a engagé le défendeur pour l’aider à acquérir toast.io. Fin 2018, le courtier de Bennett Global a envoyé une note au Plaignant faisant état de “bons appels” avec “le propriétaire de Toast.io”:

    Nous nous sommes entretenus avec le propriétaire de Toast.io au cours du week-end et encore hier. Il n’avait aucune intention de vendre, mais avait quelques questions. Il a reconsidéré et est revenu hier soir en indiquant qu’il vendrait pour 125 000 $ (USD).

    Toast, Inc. n’a pas fini par s’entendre pour acheter le domaine.

    Alors, comment le courtier de Toast a-t-il fini par posséder le domaine ? Le Plaignant n’a pas été en mesure de déterminer quand Bennett a acquis le nom de domaine, mais il a noté deux possibilités : Bennett possédait le domaine lorsqu’il agissait au nom de Toast pour l’acquérir d’un tiers apparent, ou il l’a acquis par la suite. (Bennett n’a pas répondu au différend.)

    Dans tous les cas, le rediriger vers le site d’un concurrent va à l’encontre de la politique de litige .IO. Le panéliste Scott Blackmer a écrit :

    Le Défendeur a passé un contrat avec le Plaignant pour l’aider à acquérir des noms de domaine en mai 2018 et a spécifiquement agi en tant que représentant du Plaignant dans la négociation de l’achat du Nom de domaine plus tard cette année-là. Si le Défendeur possédait déjà le Nom de domaine ou a acquis le Nom de domaine pour lui-même au cours de cet engagement, sans en informer le Plaignant et en agissant comme courtier du Plaignant et en prétendant qu’il négociait avec un tiers, alors cette pratique trompeuse doit être considérée comme de mauvaise foi en vertu de la Politique. En revanche, si la Défenderesse n’était pas propriétaire du Nom de domaine en 2018, elle a indéniablement pris connaissance de la Réclamante et de ses marques à cette époque (la Défenderesse publie le nom et le logo de la marque de la Réclamante sur la page « Clients » du site internet de la Défenderesse ), ainsi que l’intérêt du Plaignant dans le Nom de domaine. L’intimé a ensuite redirigé le nom de domaine vers des sites Web de concurrents. Cela serait cohérent avec l’acquisition par le Défendeur du Nom de domaine après 2018 dans le but de le vendre au Plaignant ou à un concurrent pour un montant supérieur aux débours (paragraphe 4(b)(i) de la Politique). Dans les deux cas, il est incontestable que l’intimé a au moins depuis décembre 2021 redirigé le nom de domaine vers des sites Web concurrents. Que l’intimé soit payé ou non pour cela est sans importance. Cette conduite est conforme à l’exemple de mauvaise foi de la Politique, paragraphe 4(b)(iv), car les internautes sont dirigés par erreur vers d’autres sites Web à des fins commerciales, en utilisant un Nom de domaine identique à la marque du Plaignant.

    Blackmer a ordonné le transfert du domaine.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *