Retrait brutal par l’ALAC de cette dérogation “agressive” du coronavirus de l’ICANN 74


  • FrançaisFrançais



  • Le comité consultatif At-Large de l’ICANN a accusé l’ICANN d’être agressif, intimidant et insensible en exigeant que les participants à la réunion publique du mois prochain aux Pays-Bas signent une renonciation légale de grande envergure.

    Dans une soumission remarquable au conseil d’administration de l’ICANN, l’ALAC déclare que la renonciation, qui équivaut essentiellement à une carte de sortie de prison gratuite pour l’organisation, laisse un “goût désagréable durable dans la bouche” des bénévoles qui font la communauté ICANN.

    L’ALAC souhaite que le conseil d’administration précise s’il a été impliqué dans la rédaction de la dérogation ou dans son approbation, mais demande qu’il “prenne le contrôle de la situation et veille à ce que cette dérogation ne mette pas en danger ses relations avec la communauté de l’ICANN”.

    La renonciation exige que les participants en personne absout l’ICANN de tout blâme s’ils attrapent Covid-19 – ou toute autre chose – “même si cela résulte de la négligence ou de la faute de l’ICANN”. Les participants virtuels n’ont pas à le signer.

    L’ICANN a suggéré dans une FAQ distincte que cela ne vaut peut-être pas les pixels avec lesquels il est écrit, ce qui, selon l’ALAC, est incompatible avec le langage du plan de la dérogation.

    L’ALAC inclut également une liste de 10 raisons pour lesquelles la renonciation est une mauvaise idée. En voici quelques-uns :

    10. Il est insensible à la communauté mondiale car il peut être interprété comme une exportation de la culture litigieuse basée aux États-Unis.

    4. Ce type de renonciation générale pourrait être inapplicable et, dans ce cas, servir uniquement d’intimidation.

    3. La renonciation porte atteinte aux droits individuels.

    1. Cela laisse un goût désagréable durable dans la bouche des participants qui contribuent au modèle multipartite de l’ICANN, qui est présenté comme une source de fierté et d’accomplissement pour la communauté de la gouvernance de l’Internet.

    La renonciation a déjà fait l’objet d’une demande de réexamen par les responsables du bureau d’enregistrement Blacknight et du registre ccTLD namibien, mais le retrait complet de l’ALAC, qui compte des dizaines de signataires, a sans doute plus de poids.

    La lettre de l’ALAC peut être téléchargée ici. Il n’a pas été publié sur la page de correspondance de l’ICANN. Chapeau à Rubens Kuhl pour le lien.

    Tagged: alac, coronavirus, covid-19, ICANN, icann 74, pandémie, renonciation

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *