Le président de l’ICANN renoue avec la chronologie des nouveaux gTLD |

  • FrançaisFrançais



  • Ne soyez pas enthousiasmé par la prochaine série de nouveaux gTLD lancés de si tôt.

    C’est ce que je retiens de la récente correspondance entre le président de l’ICANN et les propriétaires de marques qui, apparemment, sont impatients de se lancer dans une action sérieuse de marque point.

    Maarten Botterman a averti le président du Brand Registry Group, Cole Quinn, que «un travail important reste à faire» avant que l’organisation ne puisse recommencer à accepter les candidatures.

    Quinn avait exhorté l’ICANN à agir le mois dernier, affirmant dans une lettre qu’il y avait une «demande importante» de la part des propriétaires de marques.

    La dernière fenêtre de candidature de trois mois s’est terminée en mars 2012, régie par un guide de candidature qui disait: «L’objectif est que le prochain cycle de candidature commence dans l’année suivant la clôture de la période de soumission des candidatures pour le cycle initial.»

    Cela ne s’est manifestement jamais produit, car l’ICANN a commencé à se nouer dans des nœuds bureaucratiques et des cycles récursifs d’examen et d’analyse.

    Toute entreprise qui a manqué le bateau ou qui a été fondée entre-temps n’a même pas été en mesure de se faire une idée de l’exploitation de sa propre marque à points, ou même de tout autre type de gTLD.

    Expliquant certaines des étapes à accomplir avant que la fenêtre suivante ne s’ouvre, Botterman a écrit:

    le Guide de candidature 2012 doit être mis à jour avec plus de 100 résultats du GT SubPro PDP; nous devrons appliquer les enseignements tirés du cycle précédent, dont beaucoup sont documentés dans l’examen de la mise en œuvre du programme de 2016, et des ressources appropriées pour la mise en œuvre et la conduite des cycles ultérieurs doivent être mises en place. À l’heure actuelle, il semble que les recommandations du GT bénéficieront d’une phase de conception opérationnelle (ODP) pour fournir au Conseil des informations sur les implications opérationnelles de la mise en œuvre des recommandations. Dans le cadre d’un tel PDO, le Conseil d’administration peut également charger l’organisation ICANN de fournir une évaluation de certaines des préoccupations soulevées par le Conseil d’administration dans ses commentaires sur le projet de rapport final, ainsi que des sujets qui n’ont pas atteint un consensus et qui ont été donc pas adopté par le Conseil du GNSO. Le résultat d’une telle évaluation pourrait également contribuer au travail qui serait nécessaire avant le lancement des cycles ultérieurs.

    Le Conseil prend note de votre point de vue sur le SAC114. Nous sommes au courant des discussions qui ont eu lieu pendant l’ICANN70 et le Conseil est en communication avec le Comité de sécurité et de stabilité (SSAC) et sa direction, conformément à la phase «Comprendre» du processus de conseil du Conseil. Comme pour tous les avis reçus, le Conseil traitera le SAC114 conformément à ce processus.

    Décomposer cela pour votre commodité…

    La référence à «plus de 100 sorties du SubPro PDP WG» fait référence au groupe de travail Processus d’élaboration de politiques pour les procédures ultérieures des nouveaux gTLD, vieux de six ans, du GNSO.

    SubPro a remis son rapport final en janvier et il a été adopté par le Conseil du GNSO en février.

    L’ICANN a demandé au Comité consultatif gouvernemental sa contribution officielle il y a quelques semaines, a ouvert le rapport pour une période de commentaires publics qui se termine le 1er juin, et acceptera ou rejettera le rapport à un moment donné dans le futur.

    Les recommandations les plus importantes de SubPro incluent la création d’un nouveau mécanisme d’accréditation pour les fournisseurs de services d’arrière-plan de registre et une refonte du processus de résolution des conflits pour éviter les jeux.

    «L’examen de la mise en œuvre du programme 2016» est une référence à une auto-évaluation du cycle 2012 que le personnel de l’ICANN a effectuée il y a six ans, produisant un rapport de 215 pages (pdf).

    Ce rapport contient environ 50 recommandations couvrant des domaines dans lesquels le personnel pensait que le système de traitement des demandes de nouveaux gTLD pourrait éventuellement être amélioré ou rationalisé lors des cycles suivants.

    La phase de conception opérationnelle (ODP) Botterman fait référence à une toute nouvelle phase de la bureaucratie de l’ICANN qui n’est actuellement pas testée. Il s’inscrit entre l’approbation des recommandations par le conseil du GNSO et la considération du conseil d’administration de l’ICANN.

    L’ODP est fondamentalement un moyen pour le personnel de l’ICANN de s’insérer dans le processus, entre l’élaboration des politiques communautaires et l’approbation des politiques communautaires, pour s’assurer que l’exercice de recherche de consensus ténu du GNSO n’a pas produit quelque chose de trop compliqué, inefficace ou coûteux à mettre en œuvre. .

    Le personnel nie que ce soit une prise de pouvoir.

    L’ODP est actuellement déployé pour évaluer les modifications proposées à la politique de confidentialité du Whois, et l’ICANN a déjà déclaré à plusieurs reprises qu’il serait également utilisé pour contrôler le travail de SubPro.

    Référence de Botterman aux «questions préoccupantes que le Conseil a soulevées dans ses commentaires sur le projet de rapport final» semble signifier cette lettre de septembre 2020 (pdf) aux présidents de SubPro, dans laquelle le conseil d’administration de l’ICANN a exposé certaines de ses préoccupations initiales concernant les politiques proposées par SubPro.

    Une préoccupation assez importante était de savoir si l’ICANN avait le pouvoir, en vertu de ses statuts (qui ont changé depuis 2012), de faire respecter les engagements d’intérêt public (maintenant appelés engagements volontaires de registre) que SubPro pense qu’ils pourraient être utilisés pour rendre certains gTLD sensibles plus dignes de confiance.

    La référence à SAC144 peut également se révéler être une grosse pierre d’achoppement.

    SAC114 est le document explosif (pdf) soumis par le comité consultatif sur la sécurité et la stabilité en février, dans lequel les principaux membres de la communauté de sécurité de l’ICANN se sont ouvertement demandé si autoriser davantage de nouveaux gTLD est conforme à l’engagement de l’ICANN de garder Internet sécurisé.

    Bien que le SAC114 semble reconnaître à contrecœur que le programme ira probablement de l’avant malgré tout, il demande à l’ICANN de faire plus pour lutter contre les soi-disant «abus DNS» avant de continuer.

    Étant donné que les différentes factions au sein de la communauté de l’ICANN ne peuvent même pas s’entendre sur ce qu’est un «abus DNS», la façon dont l’ICANN choisit de «comprendre» SAC114 aura un impact sérieux sur l’extension de la piste jusqu’au prochain tour.

    En bref, Botterman avertit les propriétaires de marques de ne pas retenir leur souffle en anticipant la prochaine fenêtre d’application. Je pense même déceler un certain scepticisme sérieux quant à savoir si la demande est vraiment aussi élevée que le prétend Quinn.

    Et bien au-delà de ce que Botterman décrit dans sa lettre, il y aura vraisemblablement au moins un cycle d’examen et de révision du prochain guide de candidature, ainsi que le temps nécessaire à l’ICANN pour construire ou mettre à niveau les systèmes dont il a besoin pour traiter les candidatures , pour embaucher des évaluateurs et des fournisseurs de solutions de résolution, et pour s’assurer qu’il mène un programme de marketing mondial suffisamment long et large pour que les candidats potentiels des pays en développement ne se sentent pas exclus. Et c’est une liste non exhaustive.

    L’introduction de la concurrence dans l’espace du registre est bien sûr l’une des bases fondamentales de l’ICANN. raisons d’être.

    Après la création de l’organisation en septembre 1998, il a fallu moins de deux ans avant d’ouvrir le premier cycle de candidatures aux nouveaux gTLD.

    Il a fallu encore trois ans avant le lancement du deuxième tour.

    Il a ensuite fallu huit ans et demi pour que la fenêtre de 2012 s’ouvre.

    Il faudra bien plus d’une décennie avant que quiconque ait la possibilité de postuler pour un nouveau gTLD. Il est tout à fait possible que nous voyions un candidat au prochain tour dirigé par quelqu’un qui n’était même pas né lorsque la première fenêtre s’est ouverte.

    Tagged: marques point, ICANN, nouveaux gTLD, odp, sac114, ssac, subpro, marques

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.