La société suisse Boller, Winkler AG tente un détournement de nom de domaine inversé – Domain Name Wire


  • FrançaisFrançais



  • Le panéliste qualifie l’affaire de “lamentable”.

    J’ai vu beaucoup de cas flagrants de détournement de noms de domaine inversés au fil des ans, et un récent se classe en tête de liste.

    Une entreprise textile suisse, Boller, Winkler AG, a déposé une UDRP contre schlossberg.com. Le domaine est enregistré au nom d’un homme dont le nom de famille est schlossberg.com.

    Avec GDPR, un plaignant déposera souvent un dossier et ne saura pas que le domaine est enregistré au nom de quelqu’un avec le nom de famille correspondant. Mais dans ce cas, le domaine a été enregistré auprès de Network Solutions, qui ne masque pas les informations de propriété pour les domaines détenus aux États-Unis. Ainsi, le plaignant était au courant de l’identité du propriétaire du domaine avant de déposer le dossier.

    Pire, lorsque le Plaignant a précédemment tenté d’acquérir le domaine, il a écrit au propriétaire du domaine :

    La correspondance d’un domaine avec un nom de famille est toujours un sujet de discussion. Par conséquent, nous aimerions faire une offre équitable dès le début.

    Ainsi, le plaignant était bien conscient des intérêts légitimes du propriétaire du domaine dans le domaine. L’argument du Plaignant se résumait à ceci : « Même si le nom de famille de l’Intimé correspond au nom de domaine litigieux, il n’a aucun intérêt légitime après toutes ces années d’inutilisation.

    Et comprenez ceci : le plaignant était représenté par Wild Schnyder, un cabinet d’avocats spécialisé dans le droit de la propriété intellectuelle.

    Le panéliste de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, John Swinson, a qualifié le cas du plaignant de « lamentable » :

    Le Comité estime qu’il s’agit clairement d’un cas de RDNH.

    Le Plaignant a tenté d’acheter le nom de domaine litigieux au Défendeur, sans succès. A cette époque, le Plaignant connaissait la faiblesse de sa position puisque le nom de domaine litigieux correspondait au nom de M. Schlossberg.

    Le plaignant, qui était représenté par un cabinet d’avocats spécialisé dans la propriété intellectuelle, a déposé une plainte qui ne traitait pas de la politique, n’a fourni que peu de preuves pour étayer les affirmations du plaignant et n’a cité aucune décision antérieure en vertu de la politique pour étayer la Position du plaignant.

    Le plaignant n’a pas divulgué la correspondance pertinente, qui a été utilement fournie par le défendeur. Pire encore, le plaignant a déclaré que « l’intimé n’a répondu à aucune des nombreuses tentatives de contact et d’achat du propriétaire ». Cette affirmation n’est pas étayée par des preuves et est au moins en partie fausse.

    Avant de déposer la Plainte, le Plaignant était conscient ou aurait dû être conscient de l’extrême faiblesse de son dossier. Si tel n’était pas le cas, elle a été informée des difficultés de son dossier par une lettre des avocats de l’intimée du 30 juin 2022 invitant le Plaignant à retirer sa Plainte. Le plaignant ne l’a pas fait, ce qui a obligé l’intimé à payer pour préparer une réponse.

    La conduite du plaignant dans cette affaire était lamentable. Le Plaignant a tenté d’utiliser la Politique de mauvaise foi pour priver un titulaire de nom de domaine de longue date de son nom de domaine.

    Fross Zelnick Lehrman & Zissu, PC, représentaient le propriétaire du domaine.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.