La guerre de Facebook contre la confidentialité revendique le scalp du premier registraire | Inciter le domaine

  • FrançaisFrançais



  • Le plus ancien registraire accrédité de Chine a déclaré qu’il fermerait définitivement ses portes la semaine prochaine après avoir été poursuivi en justice par Facebook, apparemment la première victime de la guerre du géant des médias sociaux contre la confidentialité du Whois.

    Facebook a poursuivi OnlineNIC en 2019 alléguant un cybersquattage généralisé de ses marques. La plainte citait 20 domaines contenant les marques Facebook ou Instagram et affirmait que le bureau d’enregistrement, et non un client, était le véritable titulaire.

    La plainte a nommé ID Shield, apparemment le service de confidentialité Whois d’OnlineNIC basé à Hong Kong, en tant que défendeur et a été modifiée en mars de cette année pour ajouter en tant que défendeur 35.cn, un autre registraire qui, selon Facebook, est un alter ego d’OnlineNic.

    La plainte modifiée énumérait 15 domaines squattés supplémentaires, pour 35 au total.

    Cette semaine, la directrice d’OnlineNIC, Carrie Yu (alias Carrie Arden alias Yu Hongxia), a déclaré au tribunal :

    Les défendeurs n’ont pas les ressources financières pour continuer à défendre le litige en cause et, par conséquent, n’ont plus l’intention de monter une défense. Les défendeurs n’ont pas l’intention de s’opposer à un dépôt en attente… Sous réserve des exigences de l’ICANN, les défendeurs ont l’intention de cesser leurs activités commerciales le 26 juillet 2021.

    Mais Facebook estime que le registraire est sur le point de faire un coureur pour éviter de payer près de 75 000 $ en frais de justice déjà engagés et éviter la juridiction du tribunal californien où l’affaire est entendue.

    Facebook avait demandé 3,5 millions de dollars de pénalités dans un projet de jugement et OnlineNIC ne s’y était pas opposé.

    Bien qu’il se présente comme américain, il semble qu’OnlineNIC n’est guère plus qu’un shell aux États-Unis.

    Son siège officiel n’est guère plus qu’un garage fermé entouré de marchands de matériaux de construction dans une installation sombre et sans fenêtre juste à côté de l’autoroute près d’Oakland, en Californie.

    Sa véritable base semble être un parc d’affaires à Xiamen, en Chine, où opère 35.cn/35.com. La société s’est vantée dans le passé d’être le premier et le plus ancien bureau d’enregistrement accrédité par l’ICANN en Chine, mettant le pied dans la porte lorsque les vannes se sont ouvertes en 1999.

    Facebook demande maintenant au tribunal une ordonnance d’interdiction temporaire gelant les avoirs financiers et de domaine des défendeurs, et la nomination d’un courtier de domaine pour liquider son portefeuille de domaines.

    Si vous êtes un client légitime d’OnlineNIC, vous êtes peut-être sur le point de vous retrouver dans un monde de souffrance.

    OnlineNIC avait un peu plus de 624 000 domaines gTLD sous gestion au dernier décompte. 35.cn en avait 200 000 autres.

    Le procès est l’un des trois que Facebook lutte actuellement contre les bureaux d’enregistrement, un volet de sa stratégie visant à faire pression sur la communauté de l’ICANN pour qu’elle ouvre les enregistrements Whois rendus privés par la loi européenne et la politique de l’ICANN qui en découle.

    OnlineNIC est le fruit à portée de main du trio et le premier à être poursuivi. Il a déjà été confronté à des affaires de cybersquattage déposées par Verizon, Yahoo et Microsoft en 2009. L’affaire Verizon s’est accompagnée d’un jugement de 33 millions de dollars.

    Facebook a également poursuivi les bureaux d’enregistrement plutôt moins louches Namecheap et Web.com (maintenant Newfold Digital) pour des motifs similaires.

    Tagged: 35.cn, 35.com, cybersquatting, facebook, ICANN, onlinenic, marques déposées

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.