[Guest Post] Hey ICANN : les journalistes ne sont pas l’ennemi


  • FrançaisFrançais



  • Il s’agit d’un article invité de l’ancien journaliste primé aux Emmy Awards Brad White, qui a été directeur des affaires médiatiques mondiales pour l’ICANN de 2009 à 2021.

    Il semble que l’ICANN prononce l’expression « responsabilité et transparence » à chaque troisième phrase. Et pour cause, puisqu’il s’agit d’une fondation vitale sur laquelle l’organisation a été bâtie. Mais il y a des indications que la fondation est gravement fissurée.

    Malheureusement, la direction de l’ICANN semble trop souvent adopter la position selon laquelle son engagement envers la responsabilité et la transparence ne s’étend qu’à son interaction avec sa communauté. Les médias d’information et par extension le public ne sont généralement pas prioritaires.

    Les journalistes et les blogueurs (qui informent également le public) qui contactent l’organisation avec des questions ou des demandes d’interview sont trop souvent considérés en termes hostiles.

    La position par défaut des dirigeants de l’ICANN semble généralement être de ne pas parler avec les journalistes à moins qu’ils n’y soient obligés. Mon sentiment est qu’ils devraient adopter l’attitude inverse. Plus précisément, que la direction de l’ICANN devrait presque toujours parler avec les journalistes.

    D’après mon expérience, à divers moments dans le passé, les dirigeants de l’ICANN ont même interdit à quiconque dans l’équipe de communication de parler à certains journalistes ou blogueurs. Cela m’a rappelé la fameuse « liste d’ennemis » de Richard Nixon.

    La toute première présidente du Conseil d’administration de l’ICANN, Esther Dyson, avait une bonne compréhension de la transparence avec les médias d’information lorsqu’elle a déclaré : « Ce à quoi je pense de plus en plus ces jours-ci, c’est simplement l’importance de la transparence, et Jefferson dit qu’il préfère avoir une presse libre sans gouvernement qu’un gouvernement sans presse libre.

    J’ai travaillé 12 ans à l’ICANN, avant de partir en janvier 2021 pour travailler comme consultant indépendant en communication. Une grande partie de mon travail pendant mon mandat consistait à interagir avec les médias d’information. Ayant passé la majeure partie de ma carrière en tant que journaliste, j’ai apprécié cet aspect de mon travail et j’ai estimé qu’il s’agissait d’un élément essentiel de l’engagement souvent déclaré de l’organisation en matière de “responsabilité et de transparence”. Mais au fil des ans, j’ai été témoin d’un changement dans la façon dont l’organisation voulait que j’exécute cette fonction.

    Au début, lorsqu’un journaliste me posait une question et/ou cherchait une interview, je faisais des recherches sur le problème sur lequel le journaliste posait la question, puis après avoir consulté les personnes appropriées, transmettais les réponses et organisais peut-être une interview. avec l’expert en la matière approprié de l’ICANN. Et ce fut la fin.

    Au moment où je suis parti, avec une fréquence croissante, lorsqu’un journaliste a contacté l’ICANN, la demande a fini par être transmise à au moins deux ou trois cadres supérieurs, le service juridique et parfois le PDG. Trop souvent, la décision collective a été de ne rien dire, si possible. Lorsque des réponses étaient apportées au journaliste, elles étaient trop souvent insensibles ou se contentaient de « pointer » le journaliste vers un blog ou une annonce précédemment publiés. Il y avait bien sûr des exceptions à cette approche, mais elles étaient peu nombreuses.

    Ce qui est peut-être le plus troublant, c’est que l’organisation ne semble pas se sentir obligée de parler aux journalistes dans le cadre de sa valeur fondamentale de transparence et de responsabilité, au lieu de cela, le facteur déterminant pour accorder ou non une interview était trop souvent – “sont ils vont nous baiser ? Ce n’était pas “nous avons l’obligation d’être ouverts pour parler à tous, y compris aux journalistes et aux blogueurs, car nous croyons en la responsabilité et la transparence”.

    Il y a quelques années, on m’a demandé d’organiser une formation aux médias pour les cadres supérieurs de l’ICANN afin qu’ils comprennent mieux les journalistes et apprennent également à mieux interagir avec eux. Mais dans les années qui ont précédé mon départ, le programme de formation aux médias semble avoir pris fin. En fait, on disait souvent que «personne ne devrait parler aux médias».

    Peu de temps avant mon départ, on m’a demandé de rédiger un rapport sur la « stratégie médiatique de l’ICANN ». Après avoir soumis une première ébauche, il semblait être entré dans un trou noir. Je n’ai jamais été interrogé sur le rapport. Je n’ai jamais reçu de brouillon ligné en rouge, excluant ou incluant des éléments, et on ne m’a pas non plus demandé d’écrire un brouillon ultérieur.

    Compte tenu des efforts apparents pour limiter les interactions avec les journalistes et les blogueurs, il était difficile de ne pas interpréter la mise à l’écart du document de stratégie médiatique car l’un de ses principaux points était – “Les journalistes ne sont pas l’ennemi”.

    Mon espoir sincère est que la nouvelle direction du conseil d’administration et la communauté réengageront l’organisation envers une responsabilité et une transparence maximales, et cela inclut de parler aux journalistes, aux blogueurs et à toute autre personne qui peut aider à mettre en œuvre les contrôles, les équilibres et la responsabilité vitaux qui sont la base du travail de l’ICANN. Il est essentiel pour aider le monde à comprendre l’ICANN et sa mission.

    Étiqueté : responsabilité, ICANN, transparence

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *