153 bureaux d’enregistrement désignés pour une enquête de sécurité de l’ICANN |

  • FrançaisFrançais



  • Les bureaux d’enregistrement seront invités à rendre compte des noms de domaine abusifs trouvés sur leurs services, dans le cadre d’un nouvel audit de sécurité de l’ICANN.

    L’ICANN dit qu’elle enverra bientôt des demandes d’informations à 153 bureaux d’enregistrement, leur demandant de fournir une documentation montrant comment ils ont traité les domaines utilisés pour la distribution de logiciels malveillants ou de spam.

    Les bureaux d’enregistrement seront audités si plus de cinq domaines sous leur parrainage figuraient sur un certain nombre de listes bloquées utilisées par l’ICANN (SpamHaus et autres) en novembre 2020.

    L’ICANN fait tourner le nombre de bureaux d’enregistrement concernés comme un très petit pourcentage de la base accréditée, mais ce n’est vraiment pas le cas.

    Il a déclaré que «seuls» 153 des 2380 bureaux d’enregistrement accrédités sont concernés, ignorant apparemment délibérément le fait que plus de 1700 de ces bureaux d’enregistrement sont des accréditations shell utilisées pour la capture de gouttes et appartenant à seulement deux sociétés: Web.com et NameBright.

    Les domaines ne restent jamais longtemps à la recherche de bonnes affaires et les déclarants abusifs n’achètent généralement pas de noms coûteux sur le marché des pièces de rechange, ils rôdent dans les bureaux d’enregistrement à petit budget pour des bonnes affaires en dessous du dollar et des outils d’enregistrement en vrac.

    Jusqu’à quelques centaines ou d’autres bureaux d’enregistrement accrédités n’ont aucun domaine sous gestion ou sont négligeables. Plusieurs autres sont des registraires d’entreprise sans front-end de vente au détail.

    Nous examinons donc «seulement» 153 des 500 à 600 bureaux d’enregistrement de détail actifs qui ont constaté le niveau d’abus requis, un pourcentage beaucoup plus élevé que ce qui serait idéal.

    L’audit fait partie du programme régulier d’audit de conformité contractuelle de l’ICANN, qui cherche à déterminer si des bureaux d’enregistrement ou des registres ne respectent pas leurs obligations contractuelles.

    En vertu de l’accord d’accréditation des bureaux d’enregistrement de 2013, les bureaux d’enregistrement sont tenus de documenter leurs réponses aux rapports d’abus, de conserver les données pendant deux ans et de les remettre à l’ICANN sur demande.

    L’ICANN espère terminer l’audit au troisième trimestre de cette année.

    Tagged: abus, audit, conformité, ICANN

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.