Les jeunes pauvres hères

Accueil Forums Ecriture automatique Les jeunes pauvres hères

  • Ce sujet est vide.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #16275 Répondre
    Sain t Louis
    Invité

    J’ai vu passer bon nombre de pauvres hères, déambuler dans les méandres de la toile. Les vieux que nous sommes, n’ont pas senti le vent qui tourne et qui les délaissent au profit d’une génération plus meurtrière, plus fougueuse, mais d’un vide abyssal dans la moindre chose. Tout, tout de suite, sans aucun effort, une devise adoptée par ces hères, en plus d’un mépris condescendant pour leurs ancêtres.

    Comme ils sont cons, vides, mais pétris d’une avidité de tous les instants. L’instantanéité de leur émotion, l’immédiateté de leur esprit, dédaignant leur passé et baissant les yeux sur leur futur. Des aveugles qui marchent dans une forêt d’épines noires comme l’ébène et venimeuses comme le dieu serpent.

    Qu’en est-il de leurs principes à part une férocité de tous les instants, combinés avec la lâcheté la plus servile tout en endossant la toge de l’hypocrisie dans les profondeurs de la bienséance et d’une certaine idée de leur propre âme. Ils sont dangereux, ne connaissant pas leur propre nature, impie et mécréante par définition, angelots et prétendus saints, menant tous les combats en ne gagnant aucun, sauf ceux de leurs portefeuilles. De véritables caricatures de juifs errant partout et nul part.

    Les femmes de ces pauvres hères sont devenus des odes à la prostitution. Adorant se balader comme les pires des catins et considérant la pudeur et la maitrise comme autant de racines ancestrales. Les hommes de ces pauvres hères sont des essais à la stupidité, à la barbarie, à l’insulte, à l’excrément en public. A chaque fois qu’ils le peuvent, ils défèquent en public et s’ils le font à l’intérieur, ils ramassent leurs excréments intellectuels et linguistiques avec leurs mains avec des yeux illuminants, scintillant de ramasser de si beaux étrons.

    Et ils le transportent, en éclaboussant tout le monde au passage, éclatant de rire à chaque instant, croyant avoir fait la plus belle des œuvres artistiques. Autant de scélérats dans un corps humain, ne seraient-ils pas possédé par quelques démons dont l’âme noire fait peur à Lucifer.

    Ils sont écœurants, leurs parents sont dégoutants, leurs frères et sœurs faisandent à des milliers de kilomètres et leurs enfants sont de véritables fosses septiques, des gènes maudits par des génération de dégénérescence et de putréfaction. Le feu peut les purifier, les jeter dans le brasier rougeoyant de l’honneur, du courage, de la fierté et de la noblesse.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Les jeunes pauvres hères
Vos informations: