L’OPEP + accepte un accord qui verra 400 000 bpj ajoutés par mois

  • FrançaisFrançais



  • De nouvelles bases de référence entreront en vigueur en avril, mais les hausses seront limitées à 400 000 bpj

    Après une réunion ministérielle convoquée rapidement hier et une courte réunion, l’OPEP+ a convenu d’un plan visant à augmenter la production par tranches de 400 000 b/j jusqu’à la fin de l’année.

    La réunion précédente est devenue controversée lorsque les Émirats arabes unis ont exigé un quota de base plus élevé à partir de mai. Cela a laissé l’OPEP dans le désarroi, mais plus tôt cette semaine, il a été rapporté que l’Arabie saoudite avait conclu un accord avec les Émirats arabes unis.

    C’était vrai car la ligne de base des EAU a été ajustée à 3,500 mbpj contre 3,168 mbpj. C’était moins que les +3,6 mbpj qu’ils réclamaient, mais la nouvelle la plus importante est que l’Irak, la Russie, l’Arabie saoudite et le Koweït ont également obtenu des niveaux de référence plus élevés pour un total de 1,63 mbpj.

    Il est important de noter que les ministres ont déclaré que cette augmentation ne frapperait pas d’un seul coup en mai, les hausses de production devant être limitées à 400 000 bpj, bien qu’au-delà de décembre, l’ampleur des hausses n’ait pas été convenue. Le groupe a également prolongé son accord jusqu’à la fin de l’année 2022 et a prévu la restitution du pétrole iranien.

    “des niveaux de référence plus élevés n’auront aucun effet sur les soldes, car nos sources nous disent que les incréments de production mensuels seront plafonnés à 0,4 mbj même après que des niveaux de référence plus élevés soient accordés à certains pays à partir de mai 2022.” selon Energy Aspects aujourd’hui et cela correspond à la façon dont la déclaration est formulée.

    Le prince saoudien Abdulaziz a déclaré qu’il existe désormais un processus en place et que tout pays ayant des griefs de base peut le suivre. Cela pourrait également conduire à des niveaux de référence plus élevés pour l’Algérie et le Nigéria. Il a également déclaré que d’ici septembre de l’année prochaine, la totalité de la production pandémique de 5,8 mbpj pourrait être rétablie.

    Dans l’ensemble, cela ajoute une certaine certitude au marché pétrolier du côté de l’offre. C’est le côté de la demande, bien que trouble en raison de la menace croissante des variantes et des réouvertures lentes.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.