Une enquête révèle que les Européens veulent que les pays d’origine réglementent la cryptographie, pas l’UE

  • FrançaisFrançais



  • Un sondage à grande échelle dans 12 États membres de l’Union européenne révèle qu’une majorité d’Européens préféreraient que les gouvernements locaux créent et réglementent les crypto-monnaies.

    Redfield & Wilton Strategies a réalisé une enquête pour Euronews, interrogeant 31 000 personnes interrogées en Estonie, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Portugal et Espagne.

    Dans le contexte des nouvelles lois sur la cryptographie proposées par la Commission européenne (CE), une part du lion des répondants de tous les pays ont soutenu la création d’une crypto-monnaie nationale. La principale raison d’un jeton interne, cependant, est attribuée à l’obtention d’une indépendance financière vis-à-vis de l’Union européenne.

    Sur le lot, les répondants de Grèce (40%), d’Italie (41%) et d’Estonie (39%) ont montré le plus grand soutien pour une crypto-monnaie nationale, tandis qu’une moyenne de 30% des répondants d’autres pays était en faveur d’une monnaie nationale. crypto-monnaie.

    À contre-courant de cette tendance, 37% des répondants néerlandais se sont opposés au lancement d’initiatives nationales de cryptographie, éclipsant les 18% des répondants favorables.

    De plus, près de 60 % des 31 000 personnes interrogées souhaitent que leur gouvernement national détermine la réglementation financière plutôt que de dépendre de l’Union européenne.

    En rapport: L’Europe attend la mise en œuvre du cadre réglementaire pour les actifs cryptographiques

    La CE tente actuellement de mettre en œuvre des réglementations pour les actifs cryptographiques dans l’UE. Le 24 septembre 2020, la CE a proposé un nouveau paquet de financement numérique qui comprenait des propositions législatives relatives à la gestion des actifs cryptographiques dans les États membres.

    En clarifiant le mouvement, la CE a déclaré qu’« en rendant les règles plus sûres et plus adaptées au numérique pour les consommateurs, la Commission vise à stimuler l’innovation responsable dans le secteur financier de l’UE, en particulier pour les start-ups numériques très innovantes ».