Qu’est-ce que Solana et comment ça marche ?


  • FrançaisFrançais



  • Qu’est-ce que Solana ?

    Solana est un projet open source hautement fonctionnel qui implémente une nouvelle blockchain de couche 1, sans autorisation et à grande vitesse.

    Créée en 2017 par Anatoly Yakovenko, un ancien cadre de Qualcomm, Solana vise à augmenter le débit au-delà de ce qui est généralement atteint par les blockchains populaires tout en maintenant les coûts bas. Solana met en œuvre un modèle de consensus hybride innovant qui combine un algorithme de preuve d’historique (PoH) unique avec le moteur de synchronisation ultra-rapide, qui est une version de la preuve d’enjeu (PoS). Pour cette raison, le réseau Solana peut théoriquement traiter plus de 710 000 transactions par seconde (TPS) sans qu’aucune solution de mise à l’échelle ne soit nécessaire.

    L’architecture blockchain de troisième génération de Solana est conçue pour faciliter la création de contrats intelligents et d’applications décentralisées (DApp). Le projet prend en charge un éventail de plates-formes de financement décentralisé (DeFi) ainsi que des marchés de jetons non fongibles (NFT).

    La blockchain Solana a été déployée lors du boom de l’offre initiale de pièces de monnaie (ICO) en 2017. Le testnet interne du projet a été publié en 2018, suivi de plusieurs phases de testnet menant au lancement officiel éventuel du réseau principal en 2020.

    Qu’est-ce qui rend Solana unique ?

    La conception ambitieuse de Solana vise à résoudre le trilemme de la blockchain, un concept proposé par le créateur d’Ethereum Vitalik Buterin, à sa manière unique. Ce trilemme décrit un ensemble de trois défis majeurs auxquels les développeurs sont confrontés lors de la construction de blockchains : la décentralisation, la sécurité et l’évolutivité.

    Il est largement admis que les blockchains sont construites de telle manière qu’elles obligent les développeurs à sacrifier l’un des aspects au profit des deux autres, car elles ne peuvent fournir que deux des trois avantages à un moment donné.

    La plateforme de blockchain Solana a proposé un mécanisme de consensus hybride qui fait des compromis sur la décentralisation pour maximiser la vitesse. La combinaison innovante de PoS et PoH fait de Solana un projet unique dans l’industrie de la blockchain.

    Généralement, les blockchains ont une plus grande évolutivité, en fonction du nombre de transactions par seconde qu’elles peuvent prendre en charge, plus elles évoluent et mieux elles évoluent. Dans les chaînes de blocs décentralisées, cependant, les écarts de temps et un débit plus élevé les ralentissent, ce qui signifie que davantage de nœuds vérifiant les transactions et les horodatages prennent plus de temps.

    En un mot, la conception de Solana résout ce problème en ayant un nœud leader choisi en fonction du mécanisme PoS qui séquence les messages entre les nœuds. Ainsi, le réseau Solana bénéficie d’une réduction de la charge de travail qui se traduit par un débit accru même sans source de temps centralisée et exacte.

    De plus, Solana crée une chaîne de transactions en hachant la sortie d’une transaction et en l’utilisant comme entrée de la transaction suivante. Cet historique des transactions donne un nom au principal mécanisme de consensus de Solana : PoH, un concept qui permet une plus grande évolutivité du protocole qui, à son tour, améliore la convivialité.

    Comment fonctionne Solana ?

    Le composant principal du protocole Solana est la preuve de l’historique, une séquence de calculs qui fournit un enregistrement numérique qui confirme qu’un événement s’est produit sur le réseau à tout moment. Il peut être présenté comme une horloge cryptographique qui donne un horodatage à chaque transaction sur le réseau, ainsi qu’une structure de données qui peut en être un simple ajout.

    PoH s’appuie sur PoS en utilisant l’algorithme Tower Byzantine Fault Tolérance (BFT), une version optimisée du protocole pratique Byzantine Fault Tolérance (pBFT). Solana l’utilise pour parvenir à un consensus. La tour BFT assure la sécurité et le fonctionnement du réseau et agit comme un outil supplémentaire pour valider les transactions.

    De plus, PoH peut être considéré comme une fonction de retard vérifiable (VDF) haute fréquence, une triple fonction (configuration, évaluation, vérification) pour produire une sortie unique et fiable. VDF maintient l’ordre dans le réseau en prouvant que les producteurs de blocs ont attendu suffisamment de temps pour que le réseau avance.

    Solana utilise un algorithme de hachage sécurisé 256 bits (SHA-256), un ensemble de fonctions cryptographiques propriétaires qui génèrent une valeur 256 bits. Le réseau échantillonne périodiquement le nombre et les hachages SHA-256, fournissant des données en temps réel en fonction de l’ensemble de hachages inclus sur les unités centrales de traitement.

    Les validateurs Solana peuvent utiliser cette séquence de hachages pour enregistrer une donnée spécifique qui a été créée avant la génération d’un index de hachage spécifique. L’horodatage des transactions est créé après l’insertion de cette donnée particulière. Pour obtenir un nombre énorme de TPS revendiqués et un temps de création de bloc, tous les nœuds du réseau doivent disposer d’horloges cryptographiques pour suivre les événements plutôt que d’attendre que d’autres validateurs vérifient les transactions.

    Le jeton Solana (SOL)

    La crypto-monnaie de Solana est SOL. C’est le jeton natif et utilitaire de Solana qui fournit un moyen de transférer de la valeur ainsi que la sécurité de la blockchain grâce au jalonnement. SOL a été lancé en mars 2020 et s’est efforcé de devenir l’une des 10 principales crypto-monnaies entrant dans l’espace au moyen de la capitalisation boursière totale.

    Le schéma de fonctionnement du jeton SOL est similaire à celui utilisé dans la blockchain Ethereum. Même s’ils fonctionnent de manière similaire, les détenteurs de jetons Solana jalonnent le jeton afin de valider les transactions via le mécanisme de consensus PoS. De plus, le jeton Solana est utilisé pour recevoir des récompenses et payer des frais de transaction tout en permettant aux utilisateurs de participer à la gouvernance.

    En relation : Preuve de participation contre preuve de travail : les différences expliquées

    En réponse à la question du nombre de pièces Solana, il y aura plus de 500 millions de jetons mis en circulation, l’offre totale actuelle de Solana dépassant 511 millions de jetons – l’offre en circulation de Solana représente un peu plus de la moitié. Environ 60% des jetons SOL sont contrôlés par les fondateurs de Solana et la Fondation Solana, avec seulement 38% réservés à la communauté.

    Si vous souhaitez savoir où acheter Solana, les jetons SOL peuvent être achetés sur la plupart des bourses. Les principaux échanges de crypto-monnaie pour le trading à Solana sont Binance, Coinbase, KuCoin, Huobi, FTX et autres.

    Solana contre Ethereum

    Solana a reçu de nombreuses distinctions pour sa rapidité et ses performances et a même été citée comme un concurrent légitime des leaders de l’industrie de la cryptographie tels qu’Ethereum.

    Alors, en quoi Solana est-il différent d’Ethereum et peut-il être considéré comme un tueur potentiel d’Ethereum ?

    En termes de vitesse de traitement, Solana est en mesure de défier la plate-forme dominante de contrats intelligents, car elle est censée atteindre une vitesse de plus de 50 000 TPS. Solana utilise différents algorithmes de consensus pour éviter la lenteur de la confirmation des transactions. Cette fonctionnalité fait de Solana l’une des chaînes de blocs les plus rapides de l’industrie pour rivaliser avec d’autres industries en dehors de l’espace crypto.

    Par rapport à ce nombre énorme, le modèle actuel de preuve de travail Ethereum peu évolutif ne peut gérer que 15 TPS. Ainsi, Solana est des milliers de fois plus rapide qu’Ethereum. Un autre avantage de Solana est l’extrême rentabilité du réseau, car le projet met en œuvre de nouvelles tokenomics pour des frais moins élevés.

    Connexe: Qu’est-ce que le Web 3.0: Un guide du débutant sur l’Internet décentralisé du futur

    En outre, il convient de noter que la blockchain de Solana, tout en mettant en œuvre l’une des variantes du PoS, est plus écologique et durable. Cela contraste avec Ethereum, dont le modèle PoW actuel nécessite l’utilisation d’une énorme puissance de calcul.

    Cependant, tout le monde dans la communauté crypto attend avec impatience la mise à niveau d’Ethereum vers PoS. Un nouveau type d’Ethereum, qui est développé avec diligence, consistera en une couche d’exécution (anciennement connue sous le nom d’Ethereum 1.0) et une couche de consensus (anciennement Ethereum 2.0). Cela pourrait augmenter considérablement le débit, améliorer l’évolutivité, réduire les frais de transaction et arrêter la consommation d’énergie non durable.

    Les inconvénients de Solana

    Si vous vous demandez encore si Solana est un bon investissement et si vous devriez l’acheter, la réponse vous appartient toujours. Malgré les avantages visibles, Solana a ses inconvénients comme tout projet de cryptographie existant.

    Tout d’abord, bien que la blockchain Solana puisse rivaliser avec des projets de blockchain haut de gamme, elle reste vulnérable à la centralisation, car il n’y a pas beaucoup de validateurs de blockchain. N’importe qui sur le réseau peut devenir un validateur Solana mais cela reste difficile car cela nécessite beaucoup de ressources informatiques.

    Parallèlement à cela, le protocole se qualifie toujours de version bêta du réseau principal, ce qui ne nie pas la présence éventuelle de bogues et d’erreurs.

    Malgré ces problèmes, Solana reste l’un des plus grands écosystèmes de l’industrie de la cryptographie et semble être sur la bonne voie de croissance.