L’avenir de la vaste industrie pétrolière et gazière dépend de la blockchain


  • FrançaisFrançais


  • L’ère de la transformation numérique est arrivée, amenant les industries traditionnelles à adopter de nouvelles technologies pour s’adapter à un avenir entièrement numérique. En tant que tel, il ne faut pas s’étonner que l’industrie pétrolière et gazière d’un billion de dollars ait tranquillement commencé à tirer parti de la technologie blockchain pour le succès commercial.

    Douglas Heintzman, catalyseur en chef du Blockchain Research Institute, a déclaré à Cointelegraph que le secteur pétrolier et gazier est particulièrement mûr pour le développement de la blockchain en raison de sa chaîne d’approvisionnement idéalement positionnée : « Il existe de nombreux participants aux opérations en aval et en amont de l’industrie pétrolière et gazière. ” Il a ajouté plus loin :

    « L’industrie doit maintenant examiner tous les processus construits et développés au cours des 80 dernières années et se demander comment générer des quantités radicales de productivité et d’efficacité dans le système. »

    Bien qu’il existe un certain nombre de façons dont la blockchain peut être appliquée à une industrie comme le pétrole et le gaz, la technologie fournit spécifiquement une source unique de vérité au sein d’un secteur complexe contenant plusieurs participants.

    Raj Rapaka, conseiller en innovation numérique chez ExxonMobil et membre du conseil d’administration de Blockchain for Energy – un consortium de sociétés énergétiques axé sur l’apport de solutions basées sur la blockchain au secteur – a déclaré à Cointelegraph que l’industrie pétrolière et gazière reconnaît principalement la blockchain comme une technologie importante utilisée pour réduire les frictions lors de l’interaction avec des parties externes : « Il existe de nombreux fournisseurs, vendeurs, entrepreneurs et autres parties impliquées dans le secteur pétrolier et gazier. La blockchain fournit une source unique de vérité, ainsi que d’autres fonctionnalités qui rendent la technologie attrayante. »

    Selon Rapaka, ces caractéristiques spécifiques sont poussées au sein de l’industrie pétrolière et gazière pour assurer la reconnaissance que la technologie aidera le secteur à devenir plus efficace à l’avenir.

    Les contrats intelligents automatisent les processus manuels

    Pour mettre cela en perspective, Rapaka a mentionné que Blockchain for Energy avait récemment aidé le géant pétrolier Equinor à tirer parti des contrats intelligents pour confirmer diverses transactions.

    Rebecca Hofmann, présidente et PDG de Blockchain for Energy, a déclaré à Cointelegraph que le consortium avait initialement piloté une solution avec la société de blockchain Data Gumbo en 2019 et 2020. Le pilote a combiné les opérateurs de l’industrie – ainsi que leurs clients, fournisseurs et vendeurs – et a incorporé de vrais. des capteurs temporels pour collecter des données afin de valider les transactions sur un réseau blockchain.

    Selon Hofmann, la solution « contrat intelligent de transport de marchandises » a d’abord été testée avec de l’eau produite pour prouver que la technologie était capable d’aider à l’automatisation de bout en bout :

    « Nous appelons cela ‘l’automatisation extrême’ parce que tout est sans contact. Les capteurs IoT connectés collectent les données, qui sont ensuite écrites dans un registre blockchain pour validation. Ces factures sont ensuite approuvées par des contrats intelligents, qui créent des factures pour les paiements automatiques.

    Compte tenu du succès de l’essai, Hofmann a expliqué que Blockchain for Energy a aidé à automatiser un processus extrêmement manuel au sein de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie pétrolière et gazière. «Il y a environ 23 contacts manuels qui ont lieu entre toutes les grandes sociétés pétrolières et gazières au sein de la chaîne d’approvisionnement. Nous avons maintenant ce nombre à quatre.

    Andrew Bruce, fondateur et PDG de Data Gumbo, a déclaré à Cointelegraph qu’à la suite du projet pilote de Blockchain for Energy, Equinor a pu étendre ses cas d’utilisation de blockchain, ce qui a permis de réaliser des millions de dollars d’économies :

    « Equinor et d’autres sociétés pétrolières et gazières mondiales utilisent des capteurs de terrain pour transmettre une surveillance des données en temps quasi réel et les encoder sur le réseau de contrat intelligent privé et autorisé. GumboNet crée efficacement une source de vérité vérifiable, immuable et partagée pour Equinor et d’autres opérateurs, ainsi que leurs fournisseurs.

    À son tour, Bruce a fait remarquer que les contrats intelligents renforcent la confiance pour réduire considérablement les coûts et les ressources nécessaires à l’exécution automatique des transactions commerciales. « Un contrat intelligent sur GumboNet de Data Gumbo, par exemple, peut être programmé pour déclencher des paiements à un entrepreneur lorsqu’un capteur indique qu’un jalon spécifique est atteint, comme lorsqu’un foret a atteint une certaine profondeur », a-t-il déclaré. En d’autres termes, un long processus de facturation et de paiement est réduit à quelques jours seulement, ce qui se traduit par des économies substantielles, une transparence financière et des gains d’efficacité.

    Alors qu’Equinor est peut-être l’un des premiers à adopter les contrats intelligents, Paul Brody, leader mondial de la blockchain chez EY, a en outre déclaré à Cointelegraph que les contrats intelligents semblaient plutôt bien fonctionner pour le secteur pétrolier et gazier :

    « L’industrie elle-même est très compliquée. Il existe des couches et des couches d’entrepreneurs, de sous-traitants et des distributions complexes de droits et d’actifs et de flux de revenus. Ceux-ci sont difficiles à administrer manuellement, mais il s’avère qu’ils fonctionnent très bien en tant que contrats intelligents. »

    Brody a ajouté qu’étant donné que la production de l’industrie pétrolière et gazière est hautement standardisée, le secteur est un candidat idéal pour la gestion des jetons numériques : « Vous pouvez facilement représenter ces actifs et les déployer dans des écosystèmes DeFi et de contrats intelligents plus complexes. »

    Alors que la tokenisation pour l’industrie pétrolière et gazière est encore un concept en développement, Hofmann a expliqué que Blockchain for Energy pilote actuellement une solution avec une société de blockchain, BlockApps, pour tokeniser les processus d’autorisation sismique. “Le droit sismique implique de grandes quantités de données qui doivent être conservées pendant plus de 60 ans”, a-t-elle déclaré. Selon Hofmann, la tokenisation est nécessaire pour aider à suivre les droits et obligations de ces actifs sismiques afin de faciliter l’achat, la vente et la location de ces actifs et même de monétiser les données indésirables.

    Blockchain pour un avenir plus vert

    Il est également important de souligner que l’industrie pétrolière et gazière utilise la blockchain pour assurer un avenir plus vert. Bien qu’il existe plusieurs façons d’appliquer cela, Brody pense qu’un domaine susceptible de décoller est l’utilisation de différentes chaînes de blocs pour mesurer les émissions de carbone et les compensations : « Nous envisageons des marchés qui permettent aux entreprises du Fortune 1000 qui se sont engagées à être climat neutre d’utiliser des contrats intelligents pour suivre leur consommation de carbone et acheter automatiquement des compensations contre eux.

    Bien qu’il s’agisse encore d’un concept émergent, certaines entreprises ont commencé à utiliser la blockchain pour sensibiliser à la consommation d’énergie. Par exemple, le fournisseur d’énergie Restart Energy One a récemment lancé une plate-forme basée sur la blockchain qui permet aux entreprises d’acquérir des certificats de durabilité sous la forme de jetons non fongibles, ou NFT. En outre, la société d’investissement mondiale SkyBridge Capital s’est récemment associée au fournisseur de crédits carbone Moss pour acheter des jetons numériques représentant des compensations carbone.

    De plus, Alexis Pappas, directeur de l’innovation de GuildOne – une société canadienne de blockchain et de finance numérique spécialisée dans les transactions du secteur de l’énergie et l’automatisation des données – a déclaré à Cointelegraph que GuildOne a développé sa plate-forme ESG1, qui applique un logiciel de contrat intelligent et des applications blockchain pour résoudre l’un des les plus grands défis de l’industrie pétrolière et gazière — créer une valeur vérifiée à partir des réductions d’émissions.

    Selon Pappas, “ESG1 ingère les données des capteurs IoT pour fournir une preuve de provenance du carbone séquestré et génère automatiquement des crédits de carbone sous forme de jetons à l’aide des plateformes de blockchain Corda et Cardano”.

    Les sociétés pétrolières et gazières adopteront-elles lentement, mais sûrement, les concepts de blockchain ?

    S’il est clair que la technologie blockchain peut aider l’industrie pétrolière et gazière à numériser les processus commerciaux, la technologie héritée et les idéaux sur lesquels le secteur s’appuie peuvent créer des défis en termes d’adoption rapide.

    Par exemple, Brody a souligné que le pétrole et le gaz sont non seulement une vieille industrie avec beaucoup de technologies héritées, mais qu’elle est également très cyclique. “Les hauts et les bas de la famine rendent parfois difficile pour les entreprises de maintenir des programmes d’investissement à long terme qui ne sont pas directement liés à des choses comme le forage et l’exploration.”

    Cependant, Brody pense que les économies de coûts et l’efficacité opérationnelle de la blockchain favoriseront l’adoption. “Ce ne sera pas aussi rapide que pour les consommateurs, mais à mesure que les systèmes hérités vieillissent, leurs remplacements sont de plus en plus susceptibles d’être liés à la blockchain.”

    En relation: Le long jeu: l’intérêt institutionnel pour la crypto ne fait que commencer

    Rapaka a ajouté que l’éducation est toujours un problème qui doit être abordé. Il a en outre souligné qu’il ne s’agissait pas seulement d’aborder le fonctionnement de la blockchain dans une pile technologique, mais plutôt d’éduquer les chefs d’entreprise sur la façon dont la technologie peut être appliquée pour rendre les processus plus efficaces et plus précieux.

    Heintzman pense également qu’il y a un manque évident d’alphabétisation sur le sujet : « Pas assez de gens comprennent cette nouvelle technologie de plate-forme sous-jacente. Il y a aussi un enjeu culturel en termes d’adoption d’une nouvelle technologie au sein d’une industrie qui fonctionne d’une certaine manière depuis des années. Il a ajouté : « Ces défis ne sont pas propres à ce secteur, mais ils sont certainement plus amplifiés. »