La politique fiscale 2023 de l’administration Biden comprend de nombreux changements clés pour les commerçants et les investisseurs en crypto


  • FrançaisFrançais



  • Qu’est-il arrivé

    Le 28 mars 2022, le Département du Trésor a émis le Proposition de recettes pour l’exercice 2023 (Le livre vert) décrivant un certain nombre de politiques fiscales proposées conçues pour augmenter les revenus, améliorer l’administration fiscale et rendre le système fiscal plus équitable et efficace. La proposition comportait plusieurs politiques clés qui auront un impact direct sur les contribuables cryptos si elles sont adaptées comme proposé.

    Concepts clés

    Modifications de la politique fiscale ciblées sur les contribuables à revenu élevé

    La proposition comporte trois modifications majeures de la politique fiscale axées sur les personnes à revenu élevé aux États-Unis. Premièrement, le Trésor souhaite que le taux marginal d’imposition le plus élevé passe de 37 % à 39,6 % à compter du 31 décembre 2022. Ce taux marginal accru s’appliquerait au revenu imposable supérieur à 450 000 $ pour les déclarants mariés et à 400 000 $ pour les déclarants individuels. Si votre revenu imposable total est supérieur à ces seuils, vos gains en crypto-monnaie à court terme (pièces et NFT vendus après les avoir détenus pendant moins supérieur à 12 mois) et d’autres types de revenus cryptographiques tels que le jalonnement, l’exploitation minière et les intérêts seraient soumis à ce taux plus élevé.

    Deuxièmement, la proposition prévoit de soumettre les plus-values ​​à long terme (qui sont généralement soumises à un taux d’imposition inférieur au taux d’imposition ordinaire) à un taux d’imposition plus élevé pour les contribuables ayant plus d’un million de revenus imposables. Par exemple, si votre revenu imposable global est supérieur à 1 million, les gains à long terme supérieurs à 1 million seraient soumis à un taux d’imposition sur le revenu ordinaire beaucoup plus élevé que le taux maximum de 20 % prévu par la loi actuelle. De plus, la proposition vise à faire des transmissions de biens appréciés en donation et au décès des événements imposables pour les personnes fortunées.

    Troisièmement et sans doute la proposition fiscale la plus agressive incluse dans le document est l’impôt minimum de 20 % sur le « revenu total » pour les contribuables d’une valeur supérieure à 100 millions. Le revenu total comprend les revenus imposables réguliers tels que les salaires et les revenus de placement et, étonnamment, non réalisé plus-values ​​sur les actifs que vous possédez.

    Changements de politique spécifiques pour les actifs numériques

    La proposition comprend quatre changements de politique fiscale spécifiques aux actifs numériques. Passons d’abord en revue les trois politiques qui ont un impact direct sur les contribuables.

    La première proposition parle de l’activité de prêt de crypto-monnaie qui s’est développée rapidement au cours des dernières années. Le Trésor vise à rendre les prêts basés sur la crypto-monnaie non imposables similaires aux prêts basés sur des actions et des titres, tant que certains critères sont remplis. C’est une bonne nouvelle pour les contribuables qui sont impliqués dans l’activité de prêt.

    Certains actifs financiers spécifiés (comptes bancaires étrangers, maisons de courtage, etc.) détenus par des particuliers américains dans des pays étrangers font l’objet de déclarations à l’IRS depuis de nombreuses années. Pour se conformer aux règles, les contribuables américains ayant des comptes étrangers supérieurs à 50 000 $ sont tenus de déposer une Formulaire 8938 (État des actifs financiers étrangers spécifiés) divulguant diverses informations sur ces actifs. La question de savoir si les actifs numériques détenus dans des bourses étrangères sont soumises à la déclaration du formulaire 8938 est une zone grise depuis plusieurs années. La proposition de trésorerie ajoute enfin de la clarté à cette question persistante et souhaite soumettre les actifs numériques au formulaire 8939.

    Le prochain changement de politique fiscale spécifique aux actifs numériques concerne les day traders de crypto-monnaie. L’élection fiscale de l’article 475 (f) est une élection favorable aux contribuables dont les day traders actifs profitent depuis de nombreuses années. Lorsque ce choix est correctement effectué, les day traders peuvent évaluer leurs positions à la valeur du marché à la fin de l’année et traiter les gains et les pertes comme un revenu ordinaire. Cela leur permet de déduire des montants illimités de pertes et de passer outre le plafond annuel de 3 000 $ sur la déduction pour perte en capital auquel les autres contribuables sont assujettis. Si nous suivons strictement la loi en vigueur, ce choix fiscal favorable ne s’applique qu’aux actions et aux négociants en matières premières. Le Trésor a clairement identifié la croissance des marchés de la cryptographie et a proposé d’étendre cette élection favorable aux commerçants actifs d’actifs numériques. Il s’agit d’un autre changement de politique positif.

    La proposition finale relative à la crypto-monnaie est destinée aux échanges de crypto-monnaie américains. Pour lutter efficacement contre l’évasion fiscale à l’étranger, les régulateurs fiscaux américains s’appuient fortement sur les informations partagées par les institutions financières et les gouvernements étrangers sur les comptes financiers détenus par des particuliers américains dans des pays étrangers. Le succès de ce système dépend fortement de la réciprocité. En termes simples, les États-Unis doivent partager les informations sur les comptes financiers américains détenus par des particuliers étrangers avec ces pays respectifs ; Les pays étrangers doivent signaler aux États-Unis lorsque des particuliers américains détiennent des comptes financiers dans des pays étrangers. Ce partage continu d’informations permet aux régulateurs d’attraper les mauvais acteurs utilisant des stratégies offshore pour échapper aux impôts.

    Pour renforcer la réciprocité en matière de partage d’informations liées à la cryptographie, le Trésor exigerait que les bourses d’actifs numériques américaines déclarent à l’IRS le solde de tous les comptes financiers détenus dans un bureau américain détenu par une personne étrangère.

    “Cela permettrait aux États-Unis de partager automatiquement ces informations avec les juridictions partenaires appropriées, afin de recevoir réciproquement des informations sur les contribuables américains”

    Toutes les propositions susmentionnées entreraient en vigueur après le 31 décembre 2022, à l’exception de la règle qui oblige les bourses américaines à déclarer les informations sur les titulaires de comptes étrangers, qui devrait entrer en vigueur après le 31 décembre 2023. Selon les estimations du Trésor, ces règles spécifiques aux actifs numériques augmenteront environ 11 milliards de recettes fiscales entre 2023 et 2032.

    Prochaines étapes

    Surveiller la manière dont les règles proposées seront traitées dans le cadre du processus législatif au cours des prochains mois.

    Lectures complémentaires

    Guide rapide pour déposer vos taxes sur les crypto-monnaies et NFT 2021

    Comment le projet de loi sur les infrastructures prépare un cauchemar de conformité fiscale cryptographique

    L’IRS peut ne pas imposer le revenu passif de la détention de crypto tout de suite

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *