Tokio Marine sur la défensive au milieu de l’effondrement de Greensill

  • FrançaisFrançais



  • Tokio Marine, une société holding multinationale d’assurance basée à Tokyo, au Japon, a exprimé des inquiétudes quant à la validité des polices d’assurance au cœur de l’effondrement de Greensill Capital.

    L’assureur a été pressé de commenter après que ses investisseurs ont exigé des éclaircissements sur son exposition restante au groupe de financement de la chaîne d’approvisionnement basé à Londres, qui a déposé une demande d’administration lundi. Selon le Financial Times, Tokio Marine a déclaré que son exposition à Greensill est limitée et que la majeure partie est couverte par la réassurance.

    De plus, le géant japonais étudie actuellement la validité des politiques qu’il a fournies à la firme financière défaillante. Cette annonce, rapportée par le Financial Times, fait suite à une enquête criminelle sur la filiale bancaire allemande de Greensill après que le régulateur BaFin ait constaté que Greensill Bank AG avait incorrectement comptabilisé les actifs de son plus gros client, GFG Alliance.

    Tokio Marine a déclaré qu’elle considérait les politiques comme susceptibles d’être contestées, et la société a souligné qu’elle restait «prête à protéger ses intérêts devant les tribunaux, le cas échéant.

    Début mars, Greensill – qui est au bord de l’insolvabilité après que le Credit Suisse a abandonné 10 milliards d’euros de fonds de financement de la chaîne d’approvisionnement liés au groupe – a traîné Tokio Marine devant les tribunaux au Japon dans le but de restaurer environ 4,6 milliards de dollars d’assurance-crédit déclarant que la perte de couverture pourrait déclencher une vague de faillites. Un juge s’est prononcé contre le cabinet pour son action de onzième heure, selon le Financial Times.

    Tokio Marine avait notifié à Greensill sa détermination de cesser la protection en juillet 2020 après avoir constaté qu’un souscripteur de BCC – une filiale de Tokio Marine – avait dépassé ses limites de risque, assurant des quantités supérieures à 10 milliards de dollars australiens. Le souscripteur a été licencié.

    Une source proche de Tokio Marine a déclaré au Financial Times l’assureur est prêt pour plus de litiges, déclarant: «Bien qu’il n’y ait pas de litige en cours, on s’attend à ce que certains aspects de cette situation finissent par faire l’objet d’un litige.»

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.