Quelle est la dangerosité de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima après 10 ans de nettoyage?

  • FrançaisFrançais



  • OKUMA, Japon – Il y a dix ans, un énorme tsunami s’est écrasé sur la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Trois de ses réacteurs ont fondu, le laissant ressembler à une usine bombardée. Les travailleurs d’urgence ont risqué leur vie en essayant d’empêcher l’une des pires crises nucléaires de l’histoire de devenir incontrôlable.

    Un équipement approprié a maintenant remplacé les tuyaux en plastique déchiquetés maintenus ensemble par du ruban adhésif et un tableau électrique extérieur infesté de rats, ce qui a provoqué des pannes de courant. Les niveaux de rayonnement ont diminué, permettant aux travailleurs et aux visiteurs de porter des vêtements normaux et des masques chirurgicaux dans la plupart des régions.

    Mais au plus profond de la plante, le danger persiste. Les responsables ne savent pas exactement combien de temps le nettoyage prendra, s’il réussira et ce que pourrait devenir le terrain où se trouve l’usine.

    Des journalistes de l’Associated Press ont récemment visité l’usine pour documenter les progrès de son nettoyage à l’occasion du 10e anniversaire des effondrements et les défis qui l’attendent.

    ___

    QUE SE PASSE-T-IL IL Y A 10 ANS?

    Après un tremblement de terre de magnitude 9,0 le 11 mars 2011, un tsunami de 17 mètres de haut s’est abattu sur la centrale côtière, détruisant son alimentation électrique et ses systèmes de refroidissement et provoquant la fusion des réacteurs n ° 1, 2 et 3.

    Les trois autres réacteurs de la centrale étaient hors ligne et ont survécu, bien qu’un quatrième bâtiment, ainsi que deux des trois réacteurs fondus, aient connu des explosions d’hydrogène, crachant des radiations massives et provoquant une contamination à long terme dans la région.

    L’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power Co., a déclaré que le tsunami n’aurait pas pu être anticipé, mais des rapports d’enquêtes gouvernementales et indépendantes et de récentes décisions de justice ont décrit la catastrophe survenue dans l’usine comme étant d’origine humaine et résultant d’une négligence en matière de sécurité, d’une surveillance laxiste. par les régulateurs et la collusion.

    ___

    QU’Y A-T-IL À L’INTÉRIEUR DES RÉACTEURS FONDUS?

    Environ 900 tonnes de combustible nucléaire fondu restent à l’intérieur des trois réacteurs endommagés, et son retrait est une tâche ardue qui, selon les responsables, prendra entre 30 et 40 ans. Les critiques disent que c’est trop optimiste.

    Les efforts séparés pour éliminer le combustible usé des piscines de refroidissement à l’intérieur des bâtiments du réacteur ont été entravés par des radiations élevées et des débris et ont été retardés jusqu’à cinq ans. Si les piscines de l’usine perdent leur eau de refroidissement lors d’un autre tremblement de terre majeur, les barres de combustible exposées pourraient rapidement surchauffer et provoquer une fusion encore pire.

    Les noyaux fondus des unités 1, 2 et 3 sont pour la plupart tombés au fond de leurs récipients de confinement primaires, certains pénétrant et se mélangeant avec la fondation en béton, ce qui rend le retrait extrêmement difficile.

    Les robots télécommandés équipés de caméras n’ont fourni qu’une vue limitée du carburant fondu dans des zones encore trop dangereuses pour les humains.

    Le chef de l’usine, Akira Ono, affirme que l’incapacité de voir ce qui se passe à l’intérieur des réacteurs signifie que les détails sur le combustible fondu sont encore largement inconnus.

    ___

    Y A-T-IL DES FUITES SOUTERRAINES?

    Depuis la catastrophe, l’eau de refroidissement contaminée s’est constamment échappée des enceintes de confinement primaires endommagées vers les sous-sols du bâtiment du réacteur, où elle se mélange aux eaux souterraines qui s’infiltrent. L’eau est pompée et traitée. Une partie est recyclée comme eau de refroidissement, le reste étant stocké dans 1 000 énormes réservoirs encombrant l’usine.

    Au début de la crise, de l’eau hautement contaminée qui s’échappait des sous-sols endommagés et des fossés de maintenance s’est échappée dans l’océan, mais les principaux points de fuite ont été fermés, dit TEPCO. Des tonnes de sacs de sable contaminés utilisés pour bloquer les fuites au début de la catastrophe restent dans deux sous-sols.

    De minuscules quantités de rayonnement ont continué de fuir dans la mer et ailleurs par des passages souterrains, bien que la quantité soit aujourd’hui faible et que les poissons capturés au large des côtes puissent être consommés sans danger, selon les scientifiques.

    ___

    QUE SE PASSE-T-IL À L’EAU RADIOACTIVE STOCKÉE?

    Les 1000 réservoirs remplis de château d’eau traitée mais toujours radioactive sur les travailleurs et les visiteurs de l’usine.

    TEPCO affirme que la capacité de stockage de 1,37 million de tonnes des réservoirs sera pleine en 2022. La recommandation d’un groupe gouvernemental selon laquelle l’eau soit rejetée dans la mer fait face à une opposition féroce de la part des résidents locaux, en particulier des pêcheurs préoccupés par de nouveaux dommages à la réputation de la région. Une décision sur cette recommandation est en attente.

    TEPCO et les responsables gouvernementaux affirment que le tritium, qui n’est pas nocif en petites quantités, ne peut pas être éliminé de l’eau, mais que tous les autres isotopes sélectionnés pour le traitement peuvent être réduits à des niveaux sûrs pour être libérés.

    TEPCO a réussi à réduire la quantité d’eau contaminée à un tiers de ce qu’elle était auparavant grâce à une série de mesures.

    ___

    QUELLE EST LA VISITE DE L’USINE?

    La première chose que les visiteurs voient est un immeuble de bureaux élégant qui abrite l’unité de démantèlement TEPCO.

    Dans un autre bâtiment, les travailleurs de l’usine – environ 4 000 par jour actuellement – passent par des points de contrôle de sécurité automatisés et des mesures de rayonnement.

    Étant donné que les niveaux de rayonnement ont considérablement baissé après la décontamination, un équipement de protection complet n’est nécessaire que dans quelques endroits de la centrale, y compris à l’intérieur et autour des bâtiments du réacteur fondu.

    Lors d’une récente visite, les journalistes de l’AP ont enfilé un équipement de protection partiel pour visiter une zone à faible rayonnement: un casque, des chaussettes doubles, des gants en coton, des masques chirurgicaux, des lunettes et un gilet avec un dosimètre personnel.

    Un équipement de protection complet, c’est-à-dire une combinaison de protection contre les matières dangereuses, un masque complet, un couvre-chef, des chaussettes triples et des gants doubles en caoutchouc, était nécessaire dans une piscine de stockage partagée où le transfert du combustible de la piscine du réacteur n ° 3 a été récemment achevé.

    ___

    QUEL EST LE FIN DE JEU?

    Dix ans après l’accident, le Japon n’a pas encore de plan pour éliminer le combustible fondu hautement radioactif, les débris et les déchets de l’usine. La technologie n’est pas encore assez avancée pour gérer les déchets en réduisant leur toxicité.

    TEPCO dit qu’il doit se débarrasser des réservoirs de stockage d’eau pour libérer de l’espace à l’usine afin que les travailleurs puissent construire des installations qui seront utilisées pour étudier et stocker le carburant fondu et d’autres débris.

    Il y a environ 500 000 tonnes de déchets radioactifs solides, y compris des débris et des sols contaminés, des boues provenant du traitement de l’eau, des citernes mises au rebut et d’autres déchets.

    On ne sait pas à quoi ressemblera l’usine une fois les travaux terminés. Les responsables locaux et les habitants disent qu’ils s’attendent à ce que le complexe soit un jour un espace ouvert où ils pourront marcher librement. Mais il n’y a aucune idée claire si ou quand cela pourrait arriver.

    ___

    La correspondante de Tokyo, Mari Yamaguchi, a visité la centrale nucléaire de Fukushima à neuf reprises, à partir de 2012.

    Photographie: Cette photo montre des réservoirs (en gris, beige et bleu) stockant de l’eau traitée mais toujours radioactive après avoir été utilisée pour refroidir le combustible usé de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi dans la ville d’Okuma, préfecture de Fukushima, dans le nord-est du Japon, samedi , 27 février 2021. Crédit photo: AP Photo / Hiro Komae.

    En rapport:

    Copyright 2021 Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.