Les modifications possibles d’un contrat d’assurance

  • FrançaisFrançais



  • L’aggravation du risque ou apparition de risques nouveaux pendant la vie du contrat d’assurance

    L’assuré a l’obligation de déclarer à son assureur toute évolution de sa situation susceptible « d’aggraver » les risques couverts par son contrat d’assurance ou d’en créer de nouveaux (article L. 113-2 du Code des assurances). En effet, dans le cas contraire, les réponses faites à l’assureur dans le formulaire de déclaration du risque lors de la conclusion du contrat deviendraient inexactes ou caduques. Cette obligation n’est pas applicable aux assurances sur la vie.
     
    C’est le cas, par exemple pour :

    • un automobiliste qui veut utiliser son véhicule à des fins professionnelles alors qu’il n’est assuré que pour des déplacements privés ;
    • un artisan dont le local contigu au sien, vide au moment de la souscription, devient un entrepôt de stockage de produits dangereux.

     
    L’assuré a 15 jours pour effectuer sa déclaration, à partir du moment où il a connaissance d’un changement susceptible de modifier le risque assuré.
     
    A la suite de cette déclaration obligatoire, l’assureur doit dire à l’assuré, dans les dix jours, s’il veut résilier le contrat d’assurance ou maintenir la garantie avec une majoration de la cotisation (article L. 113-4 du Code des assurances).

    Si l’assureur décide de résilier le contrat d’assurance

    Lorsque la modification est liée à l’évolution du risque, l’assureur a la possibilité de résilier le contrat. La résiliation intervient dix jours après que l’assureur a informé l’assuré de son intention de résilier le contrat (notification).

    Si l’assureur propose une modification du contrat avec une majoration de la cotisation,

    deux situations sont envisageables :

    • soit l’assuré ne donne pas suite à la proposition de l’assureur ou refuse expressément le nouveau montant dans le délai de trente jours à compter de la proposition ; l’assureur peut résilier le contrat d’assurance au terme de ce délai ;
    • soit l’assuré accepte les nouvelles conditions et un avenant ou un nouveau contrat est établi.

     Nouvelle proposition sans majoration de la cotisation

    Lorsque la modification du risque paraît mineure au regard des critères de tarification retenus à la souscription, l’assureur peut enregistrer la situation nouvelle, dans un avenant, sans majorer la cotisation.

    Nouveau contrat d’assurance

    De même, un nouveau contrat peut être établi avec de nouvelles conditions (montants des garanties, franchises, tarif…) pour une meilleure prise en compte de l’évolution du risque.

    La diminution du risque

    Même lorsque la situation nouvelle ne constitue pas une aggravation de risque, l’assuré peut avoir intérêt à la déclarer à son assureur.
     
    En effet un changement de situation peut donner lieu à une réduction de cotisation. Par exemple, lorsque des garanties prévues dans le contrat ne sont plus nécessaires.
     
    Un refus de l’assureur de réduire le montant de la cotisation proportionnellement à la diminution du risque autorise l’assuré à résilier le contrat d’assurance. La résiliation prend effet trente jours après la dénonciation faite par l’assuré. L’assureur doit alors rembourser à l’assuré la portion de cotisation qui correspond à la période pendant laquelle le risque n’a pas couru (article L. 113-4 du Code des assurances).
     
    Les dispositions de l’article L. 113-4 du Code des assurances ne sont applicables ni aux assurances sur la vie, ni à l’assurance maladie lorsque l’état de santé de l’assuré se trouve modifié.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.