Le secteur bancaire français assure une dynamique continue de recrutements qualifiés en CDI et en alternance dans un contexte de crise sanitaire

  • FrançaisFrançais



  • Dans le contexte de crise sanitaire qui a marqué l’année 2020, le secteur bancaire français a démontré sa solidité. Il reste en effet un acteur dynamique du marché de l’emploi avec plus de 35.300 personnes recrutées par les banques françaises en 2020. A fin 2020, les banques adhérant à la Fédération bancaire française (FBF) emploient 354 0001 salariés (dont 186 800 pour la branche AFB) soit 1,8% de l’emploi salarié privé en France, une part stable par rapport à 2019. L’engagement pour l’insertion professionnelle reste marqué, avec 15 200 alternants2, dont 8 400 pour la branche AFB.

    Un employeur résilient en période de crise sanitaire

    Dans un contexte économique et sanitaire inédit, les banques membres de l’AFB3 continuent d’être un employeur de premier plan, comptant 186 800 collaborateurs.

    Les banques AFB ont continué d’embaucher (16 000 embauches en 2020, dont 10 700 en CDI) quand bien même le volume des départs s’est sensiblement réduit (14 400 départs CDI versus 16 700 en 2019). Le taux de turn-over (CDI) ressort ainsi à 6,6% versus 8,1% en 2019. A titre de comparaison, la moyenne nationale s’élève à 20,2 %.

    Progression des cadres, parité, hausse du niveau dembauche et métiers recherchés

    Les chiffres de 2020 confirment l’évolution structurelle du profil des salariés : on compte ainsi 68% de cadres (+13 points depuis 2012) dont 49% sont des femmes (+4,4 points depuis 2012).

    Par ailleurs, les profils recrutés sont de plus en plus qualifiés, plus de 58% des recrutements CDI se faisant à bac +4/5, tout en veillant à une réelle mixité (les femmes représentent 51% des embauches)

    Le recrutement porte majoritairement sur les fonctions commerciales et la relation client. Les fonctions informatiques demeurent également très recherchées (plus de 14% des embauches CDI), devant le contrôle et les risques (9,4%) et le back office (4,9%) qui connait un léger recul. Il illustre les enjeux du secteur bancaire de développement de l’expertise au plus près des clients, d’investissement dans nouvelles technologies et de poursuite de sa solidité.

    Formation et insertion professionnelle

    Le secteur bancaire français est engagé pour accompagner les salariés dans la transformation de leur métier, notamment grâce à la formation. 4,7% de la masse salariale et 5 millions dheures y sont consacrées, afin d’anticiper les compétences de demain, de contribuer à la montée de celles-ci et de répondre aux besoins d’adaptation du secteur et à l’évolution des attentes des clients. Ainsi, les métiers de la relation client bénéficient de 36 heures de formation par an.

    Outre la formation, le secteur bancaire français est également engagé en faveur de l’insertion professionnelle. Les banques françaises4 comptent plus de 15 200 alternants, dont 8 400 dans les banques AFB, qui ont signé 6 000 nouveaux contrats dalternance. Cela permet à de nombreux jeunes de professionnaliser leur formation en entreprise en parallèle de leur cursus scolaire. Par ailleurs, par différents partenariats associatifs, le secteur bancaire contribue à l’insertion professionnelle de jeunes issus de quartiers prioritaires, de personnes éloignées de l’emploi ou de réfugiés hautement qualifiés.

    Un dialogue social dynamique et de qualité

    Dans le contexte sanitaire de 2020, l’AFB et les organisations syndicales ont poursuivi le pacte social. Un calendrier de rencontres soutenu a été mis en place qui a permis un engagement collectif pendant toute la crise sanitaire, comme en témoigne, par exemple la déclaration commune sur ” les mesures de prévention de la profession “. Une centaine de réunions paritaires ont ainsi eu lieu, couvrant l’ensemble des sujets sociaux. Par ailleurs, dans la continuité des travaux entrepris jusqu’alors, l’année 2020 a été marquée par la signature de deux accords de branche structurant, sur la formation professionnelle et la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences.

    Pour Maya Atig, directrice générale de lAFB : Dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons depuis mars 2020, la mobilisation des salarié.e.s des banques a été totale. Le secteur bancaire français est dynamique, cest un employeur actif et attractif, qui compte 354 000 salariés dont 186 800 pour les banques AFB. Dans le contexte sanitaire que nous connaissons, ces chiffres pour lannée 2020 confirment la responsabilité du secteur bancaire français, pourvoyeur demplois qualifiés et pérennes, notamment grâce à son engagement daccompagner, par la formation, les transformations de nos métiers.

    En 2020, les emplois dans les banques de la branche AFB sont pérennes et très qualifiés :

    ü 99% de CDI et 68% de cadres ;

    ü 16 000 personnes embauchées en 2020, dont 10 700 en CDI ;

    ü Près de 7 embauches sur 10 en CDI et 1 recruté sur 2 de moins de 30 ans ;

    ü Les bac +4/5 représentent quasiment 60% des recrutements CDI ;

    ü Plus d’1 recrutement CDI sur 2 (52%) concerne les métiers de la relation client, devant linformatique (14,4%), le contrôle et les risques (9,4%) et le back office (4,9%).

    1 Chiffre arrondi (186 800 AFB et 167 000 mutualistes)

    2 Contrat en cours au 31/12/2020

    3 Organisation professionnelle qui représente 171 entités, banques commerciales essentiellement. Elle les représente dans le domaine social (convention collective de la banque signée en janvier 2000), et assure la négociation avec les organisations syndicales (convention collective, salaires, emploi, formation professionnelle, …).

    4 Périmètre FBF

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.