Le marché nigérian de l’assurance fait face à des défis pour réaliser son potentiel: AM Best

  • FrançaisFrançais



  • Le marché de l’assurance du Nigéria a un grand potentiel compte tenu de sa position de première économie d’Afrique, de ses importantes réserves de pétrole et de gaz et de sa population jeune et croissante. Pourtant, le marché de l’assurance nigérian n’a pas tenu cette promesse en partie en raison de la volatilité de la croissance du produit intérieur brut réel du pays, ainsi que de l’application inégale des lignes d’assurance de détail obligatoires.

    Dans un nouveau rapport sur le segment de marché de Best, «Le marché de l’assurance au Nigeria offre un potentiel important malgré les vents contraires», les analystes d’AM Best citent des obstacles à la croissance du marché de l’assurance, notamment une faible sensibilisation des consommateurs, une application laxiste des lois sur la couverture obligatoire et les nouvelles exigences de capital proposées.

    Les analystes soutiennent que l’industrie a besoin du soutien du gouvernement pour améliorer la confiance et la compréhension de l’assurance si le marché veut se développer dans le pays.

    Selon le rapport, 57 compagnies d’assurance opèrent sur le marché nigérian, sur la base des dernières données réglementaires du pays. Les 426 milliards NGN (1,2 milliard USD) de primes brutes émises (GWP) générées en 2018 ont représenté une croissance de 14,5% par rapport à l’année précédente. Au cours des cinq années entre 2014 et 2018, le taux de croissance annuel composé du PRG total a augmenté en moyenne de 8,6% par an.

    Mais cette croissance n’est pas ce qu’elle apparaît. Les analystes d’AM Best notent que bien que la croissance ait apparemment été forte, vue en termes réels, le marché s’est en fait contracté d’environ quatre points de pourcentage en raison d’une inflation qui était en moyenne de 12% sur la même période. Le PRG à l’échelle du marché (à l’exclusion des primes d’assurance maladie) a augmenté globalement parallèlement à l’inflation pour atteindre environ 490 milliards NGN (1,3 milliard USD) à la fin de 2019, selon les chiffres de la Nigerian Insurers Association (NIA).

    Un facteur clé de la croissance relativement lente du PRG réel a été la faible pénétration de l’assurance dans les lignes de détail.

    «La faible pénétration du commerce de détail peut s’expliquer en partie par le faible niveau de sensibilisation et de confiance dans les assurances, ainsi que par l’absence d’une forte littératie financière dans une grande partie de la population», indique le rapport.

    «De plus, le niveau extrêmement faible de croissance économique de ces dernières années a affecté à la fois la demande d’assurance et la valeur des actifs assurables dans un certain nombre de secteurs d’activité.»

    Couverture obligatoire

    Surmonter le défi de la pénétration du secteur de l’assurance de détail est lié à la garantie de l’application des garanties obligatoires. Par exemple, les chiffres de la NIA affirment que pas moins de 80% des 12 millions de véhicules routiers enregistrés au Nigéria n’étaient pas assurés en 2018, bien que l’assurance automobile soit obligatoire, selon le rapport.

    AM Best suggère que l’industrie manque environ 50 milliards NGN, ce qui aurait augmenté le GWP du marché d’environ 12% en 2018.

    Autre défi: il y a également un manque d’expertise technique dans certains secteurs d’activité.

    La rentabilité et la solvabilité du secteur de l’assurance pourraient être affectées par la pandémie COVID-19, bien que le fait que le marché ait été rentable «le place dans une meilleure position pour résister aux conséquences de la récession mondiale provoquée par le COVID-19 dans le milieu. terme », rapporte AM Best.

    Citant le ralentissement économique induit par le COVID, le régulateur des assurances, la Commission nationale des assurances, a accepté de retarder à nouveau l’imposition de nouvelles exigences de capital pour les assureurs. Le rapport d’AM Best indique que ces nouvelles exigences de capital poseraient un autre défi pour le secteur, obligeant plus de 10 entreprises à doubler leurs chiffres de capital et d’excédent de fin d’année 2018 déclarés et faisant pression sur certains petits assureurs pour qu’ils fusionnent avec de plus grands assureurs, s’ils peuvent prouver leur valeur pour les investisseurs.

    Pour aider à combler l’écart de protection, «les assureurs ont besoin du soutien du gouvernement pour appliquer et promouvoir les avantages de l’assurance», indique le rapport, appelant à des mesures supplémentaires pour appliquer les couvertures obligatoires.

    De leur côté, AM Best suggère que les assureurs pourraient améliorer leur distribution et la collecte des primes via des applications mobiles pour toucher une plus grande proportion de la population.

    L’actualité la plus importante de l’assurance, dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable.

    Recevez la newsletter de confiance du secteur de l’assurance

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.