Le Brexit met fin au droit des Britanniques de vivre et de travailler dans l’UE – et ils doivent acheter une assurance voyage

  • FrançaisFrançais



  • LONDRES (AP) – Jusqu’à présent, la grande majorité des citoyens britanniques et européens n’ont pas ressenti les réalités du Brexit. Bien que le Royaume-Uni ait quitté l’Union européenne le 31 janvier, il suit les règles du bloc jusqu’à la fin de cette année dans le cadre d’une période de transition vers la nouvelle relation économique.

    Tout est prêt à changer.

    Le 1er janvier, la Grande-Bretagne entame sa nouvelle relation plus lointaine avec l’UE après près de cinq décennies d’intégration économique, culturelle et sociale plus étroite.

    Le changement pour l’économie et le peuple britanniques est le plus spectaculaire depuis la Seconde Guerre mondiale, certainement plus que lorsque le pays a rejoint ce qui était alors la Communauté économique européenne en 1973.

    «C’est un choc beaucoup plus important pour notre système économique et cela va se produire instantanément», a déclaré Anand Menon, directeur du Royaume-Uni dans un groupe de réflexion sur l’Europe en mutation et professeur de politique européenne et d’affaires étrangères au King’s College de Londres.

    «Tout à coup, vous vous réveillez dans un nouveau monde au début du mois de janvier.»

    Voici quelques-uns des changements dans le mouvement que les gens commenceront à ressentir presque du jour au lendemain.

    QU’EST-CE QUI CHANGE?

    Même si la pandémie de coronavirus a conduit à un effondrement du nombre de personnes voyageant entre la Grande-Bretagne et l’UE, la fin de la liberté de mouvement à partir du 1er janvier représentera la conséquence la plus tangible du Brexit à ce jour.

    Dans le cadre de l’accord de divorce conclu par les deux parties le 24 décembre, les quelque 1 million de citoyens britanniques qui résident légalement dans l’UE auront globalement les mêmes droits qu’ils ont actuellement. Il en va de même pour plus de 3 millions de citoyens de l’UE vivant au Royaume-Uni

    Mais les citoyens britanniques n’auront plus le droit automatique de vivre et de travailler dans l’UE, et vice versa. Les personnes qui souhaitent traverser la frontière pour s’installer devront suivre les règles d’immigration et faire face à d’autres formalités administratives, comme la reconnaissance de leurs qualifications.

    Les personnes qui se déplacent entre le Royaume-Uni et l’Irlande font exception, qui ont une zone de voyage commune distincte.

    Pour de nombreux membres de l’UE, la liberté de pouvoir voyager, étudier et vivre n’importe où dans le bloc des 27 nations est l’un des aspects les plus attrayants de l’intégration européenne.

    Pourtant, certains en Grande-Bretagne et dans d’autres parties de l’Europe occidentale sont devenus plus sceptiques quant à la liberté de mouvement après que plusieurs anciens pays communistes d’Europe de l’Est ont rejoint l’UE en 2004 et que beaucoup de leurs citoyens se sont installés au Royaume-Uni et dans d’autres pays plus riches pour travailler. Les préoccupations concernant l’immigration ont été un facteur majeur du vote britannique sur le Brexit en 2016. Le 1er janvier, les conséquences de cette décision deviendront apparentes pour les citoyens britanniques et européens.

    QUELLES SONT LES NOUVELLES RÈGLES DE VOYAGE?

    Bien que les voyages de vacances restent sans visa, les ressortissants britanniques ne seront autorisés à passer que 90 jours sur 180 dans l’UE, tandis que le Royaume-Uni autorisera les citoyens européens à rester jusqu’à six mois consécutifs.

    Pour les citoyens britanniques à la retraite qui ont été habitués à passer plus de trois mois dans leurs résidences secondaires sur la Costa del Sol ensoleillée en Espagne, le changement peut être un choc. Les voyageurs britanniques en Europe devront également avoir au moins six mois sur leur passeport et acheter leur propre assurance voyage. Les Britanniques ne recevront plus la carte européenne d’assurance maladie, qui garantit l’accès aux soins médicaux dans tout le bloc, mais le Royaume-Uni déclare mettre en place un système de remplacement afin que les visiteurs britanniques dans le bloc et les citoyens de l’UE visitant la Grande-Bretagne bénéficient toujours d’une couverture médicale.

    QU’EN EST-IL DES ANIMAUX DE COMPAGNIE?

    Pour les citoyens britanniques habitués à emmener leur chien, chat ou furet en vacances en Europe chaque été, la situation se compliquera car la Grande-Bretagne ne fera plus partie du programme de passeport pour animaux de compagnie de l’UE – bien que l’accord évite les longues procédures de plusieurs mois qui certains avaient craint. Les propriétaires d’animaux britanniques devront faire micropuce et vacciner leur animal contre la rage au moins 21 jours avant le voyage, et devront obtenir un certificat de santé animale d’un vétérinaire pas plus de 10 jours avant le départ.

    LA CONDUITE SERA-T-ELLE UN PROBLÈME?

    L’accord signifie que les conducteurs britanniques n’auront pas besoin d’un permis de conduire international une fois qu’ils auront traversé la Manche. Les automobilistes britanniques peuvent voyager dans l’UE avec leurs permis et assurances britanniques, à condition qu’ils aient la preuve qu’ils sont assurés sous la forme d’une «carte verte».

    QU’EN EST-IL DU TRAVAIL?

    La fin de la liberté de circulation aura un impact majeur sur l’embauche à tous les niveaux du marché du travail.

    Un citoyen britannique nouvellement diplômé en vacances dans les îles grecques, par exemple, ne pourra pas marcher jusqu’à un bar de plage et chercher un travail à temps partiel sans avoir le visa nécessaire. Il en va de même pour les citoyens européens arrivant au Royaume-Uni. Ils ne pourront pas se présenter dans une sandwicherie comme Pret a Manger et chercher du travail sans la documentation nécessaire.

    Les grandes entreprises trouveront également beaucoup plus difficile et coûteux d’embaucher des personnes de l’autre côté. L’accord comprend des dispositions permettant aux entrepreneurs et aux voyageurs d’affaires de faire des voyages de travail de courte durée sans visa.

    Photographie: Le Premier ministre britannique Boris Johnson prend la parole lors d’un point de presse à Downing Street, Londres, le jeudi 24 décembre 2020. La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont conclu un accord de libre-échange provisoire qui devrait éviter le chaos du Nouvel An pour le commerce transfrontalier et apporter une certaine certitude aux entreprises après des années de troubles liés au Brexit. La percée est intervenue après des mois de négociations tendues et souvent éprouvantes qui ont réduit les différences à trois questions clés: les règles de concurrence loyale, les mécanismes de résolution des conflits futurs et les droits de pêche. Crédit photo: Paul Grover / Photo de la piscine via AP.

    L’actualité la plus importante de l’assurance, dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable.

    Recevez la newsletter de confiance du secteur de l’assurance

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.