L’assurance mobilisée pour la relance durable

  • FrançaisFrançais



  • Une mobilisation des assureurs pour aider la société à traverser la crise

    Dès le début de la crise, la FFA et ses membres se sont mobilisés auprès des pouvoirs publics afin de proposer des solutions pour pallier l’urgence et préparer la sortie de crise. L’assurance a été le seul secteur à abonder à hauteur de 400 millions d’euros le fonds de solidarité mis en place en faveur des TPE et des indépendants. Au total, l’assurance a consacré 1,7 milliard d’euros à des gestes de soutien au-delà des indemnisations de sinistres. Elle a par ailleurs rapidement proposé aux pouvoirs publics un dispositif d’indemnisation des catastrophes exceptionnelles à la suite d’une pandémie (Catex).

    Le secteur de l’assurance, touché par la crise, a montré sa solidité

    « L’année que nous avons traversée a exigé une adaptation à une crise inédite : des pans entiers de l’économie à l’arrêt, un krach boursier, et des taux négatifs. Pour autant, cette crise a démontré la solidité du secteur de l’assurance. Chaque jour, les 255 000 collaborateurs de l’assurance ont répondu présent auprès de leurs assurés et ont géré en moyenne 32 000 sinistres par jour. », observe Florence Lustman, présidente de la Fédération Française de l’Assurance.

    • L’assurance qui protège :

                Assurance Vie 

    L’assurance vie a connu une année 2020 atypique, marquée par une décollecte nette de 6,5 milliards d’euros. Un tel mouvement n’avait pas été observé depuis 2012. En revanche, la collecte nette en unités de compte a augmenté, atteignant 18,3 milliards d’euros, marquant l’orientation croissante des Français vers une diversification de leur épargne pour améliorer leur espérance de rendement.

                Assurance Santé et prévoyance

    Les complémentaires santé ont été totalement mobilisées auprès de leurs assurés. Les prestations ont augmenté de près d’un milliard à 19,8 milliards d’euros (+4,4 %), plus vite que les cotisations (25,2 milliards d’euros, +1,8 %).

                Assurance de dommages et responsabilité

    Les assureurs ont continué à gérer 32 000 sinistres par jour, avec une diminution du nombre en automobile mais une forte augmentation pour l’assurance des professionnels/entreprises.
    Les prestations ont augmenté plus vite que les cotisations : +1,2 % pour les cotisations contre +2,1 % pour les prestations.
    Sur l’assurance des professionnels /entreprises, la forte augmentation des sinistres est due en grande partie aux pertes d’exploitation et aux contrats annulation.
    2020 confirme la hausse constante des dommages causés par les sinistres climatiques observée depuis plusieurs années (tempête Alex en octobre 2020 et épisodes d’inondations dans le Sud Est). Leur coût est estimé en 2020 à 3,1 milliards d’euros.

    Au global, pour les branches directement impactées par la crise liée à la Covid-19 (auto, professionnels/entreprises, santé, prévoyance), les indemnisations de sinistres augmentent de 2,9 milliards d’euros sur l’année.

    • L’assurance qui finance :

    L’assurance est l’un des premiers financeurs de l’économie de notre pays. Dans ce temps de crise, les assureurs français entendent jouer pleinement ce rôle, de manière responsable, de façon à dynamiser les tissus économiques locaux pour les prochains mois et les prochaines années, tout en répondant aux défis de long terme de la société.

    Les assureurs français ont géré l’an dernier, pour le compte de leurs assurés, 2 658 milliards d’euros (en légère hausse par rapport à 2019).
    Ce montant est investi majoritairement dans des actifs d’entreprises : 60 %, soit plus de 1 600 milliards d’euros, se décomposant en 36% en obligations d’entreprise et 19 % en actions.
    Les assureurs sont également des financeurs de la dette publique : ils détiennent 17 % de la dette négociable de l’Etat français, les plaçant comme les premiers financeurs domestiques.

    Ces investissements permettent d’accompagner les grandes transitions. Au cours des dix dernières années, les investissements dans les infrastructures d’avenir ont été multipliés par plus de 4. Les investissements verts et socialement responsables dépassent les 81 milliards d’euros.

    Le secteur de l’assurance demeure robuste avec plus de 200 % de ratio de solvabilité.

    • L’assurance qui emploie :

    Le secteur de l’assurance se démarque par sa grande diversité de métiers. Il comptait, en 2020, 149 100 salariés dans les sociétés d’assurance et 255 000 pour l’ensemble de la profession (intermédiaires, experts d’assurance…).

    14% des salariés du secteur ont moins de 30 ans et 60 % d’entre eux sont des femmes.

    Le nombre de contrats d’alternance a doublé en 10 ans et 70 % des jeunes qui bénéficient de ces contrats sont embauchés à l’issue.

    Grâce à la qualité du dialogue social, le secteur continue à innover. Pour preuve, l’accord de branche portant sur la mixité, la diversité et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans les sociétés d’assurance, signé en octobre dernier, entérinant une avancée majeure : l’encouragement à la prise du congé de paternité. A noter également, la branche de l’assurance est la première à avoir relancé des négociations sur le télétravail.

    La capacité de l’investissement de l’assurance au service d’une priorité : la relance durable

    En 2021, la priorité absolue du secteur sera la relance, et cela dans tous les territoires. « C’est notre volonté d’être des acteurs de premier plan dans cette relance, affirme Florence Lustman. Notre responsabilité, ma responsabilité, c’est de mobiliser toutes les énergies de l’assurance afin de faire avancer la société en confiance. C’est l’essence de notre mission, et c’est désormais écrit dans la raison d’être de la FFA. »

    Les assureurs ont lancé, avec le groupe Caisse des Dépôts, le programme « Assureurs – Caisse des Dépôts Relance Durable France ». Il s’agit d’un plan d’investissement d’une ampleur historique par son montant tout d’abord : 2,3 milliards d’euros, dont près de 2 milliards investis par les assureurs. Par sa méthode ensuite, car il s’agit d’une action à laquelle participent une vingtaine d’assureurs. Par ses ambitions et son caractère responsable, enfin, puisqu’il vise à soutenir prioritairement des entreprises françaises de la santé, du tourisme ainsi que des PME et ETI industrielles, toutes sélectionnées selon des critères ESG.

     

     

    Copyright photo : ©Mat Beaudet

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.