L’aggravation de la crise climatique souligne l’importance de l’assurance

  • FrançaisFrançais



  • Depuis 2017, le marché de la (ré)assurance a subi plus de 10 milliards de dollars US de pertes liées aux conditions météorologiques, le nombre de catastrophes météorologiques (12) étant plus du double de celui observé au cours des périodes quinquennales précédentes.

    Les incendies de forêt sont un péril qui a connu certains des développements les plus importants. Les pertes mondiales assurées dues aux incendies de forêt ont atteint un taux alarmant de 500 % entre 2010 et 2019 – dont les deux premières années ont déjà doublé par rapport à la décennie précédente.

    « Le rythme du changement sur une période relativement courte commence à faire bouger le marché de la (ré)assurance. L’évolution significative de la sinistralité oblige les assureurs et les réassureurs à réévaluer leur vision du risque », indique le communiqué. « Les recherches de Howden indiquent que ceux qui s’attendent à un retour aux pertes d’antan risquent d’être déçus : le passé n’est plus un guide pour l’avenir des périls sensibles au climat.

    Le rapport renforce le lien entre les événements météorologiques extrêmes et l’augmentation des sinistres catastrophiques assurés, ce qui nécessite un besoin accru d’assurance. Cependant, l’accessibilité est un problème permanent pour beaucoup.

    Les marchés émergents avec des taux de pénétration de l’assurance plus faibles et un risque plus élevé de baisse du PIB subissent les pires conséquences climatiques.

    Le rapport compare deux marchés : la Nouvelle-Zélande a pu se relever en 18 mois après une série de tremblements de terre en 2010, mais le Mozambique n’a pas réussi à retrouver sa trajectoire de PIB d’avant les inondations après avoir subi de graves inondations en 2000.

    David Howden, PDG de Howden Group, a souligné l’importance de reconstruire les modèles d’assurance pour une réponse plus équilibrée au changement climatique qui inclut les populations les plus vulnérables du monde.

    “Le pouvoir de l’assurance à la fois pour éliminer les obstacles à la transition vers un avenir à faible émission de carbone et pour ramasser les morceaux en cas de catastrophe est immense”, a déclaré Howden. “Cependant, nous ne pouvons pas continuer avec un modèle qui ne protège que ceux qui peuvent se le permettre.”

    Pour aggraver les choses, le déficit de financement humanitaire est en augmentation, passant de moins d’un milliard de dollars il y a deux décennies, à 4 milliards de dollars il y a dix ans, à plus de 20 milliards de dollars aujourd’hui.

    « Les méthodes traditionnelles de financement des secours en cas de catastrophe ne peuvent pas suivre le rythme de la demande, et les produits de transfert de risque existants ne peuvent pas combler le fossé de la protection », a déclaré Charlie Langdale, responsable du risque climatique et de la résilience chez Howden. “L’ampleur du problème nécessite quelque chose de beaucoup plus imaginatif et innovant, quelque chose qui réinitialise la façon dont les secours en cas de catastrophe sont financés, avec l’assurance en son cœur.”

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et webmestre depuis 2011.

    Je m'intéresse à tous les sujets comme la politique, la culture, la géopolitique, l'économie ou la technologie. Toute information permettant d'éclairer mon esprit et donc, le vôtre, dans un monde obscur et à la dérive.

    Je suis l'auteur de plusieurs livre

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.