Des experts de l’UE frappent un barrage routier en essayant de résoudre le différend en matière de brevets des constructeurs automobiles

  • FrançaisFrançais



  • Les efforts de l’Union européenne pour résoudre un litige en matière de brevets entre les entreprises technologiques et les constructeurs automobiles se sont heurtés à un barrage routier après que les experts sollicités pour obtenir des conseils n’aient pas réussi à s’entendre sur le niveau des redevances ou sur qui devrait les payer.

    La société de technologie Nokia et le constructeur automobile Daimler sont engagés dans une bataille devant les tribunaux allemands sur le niveau des redevances pour les principales technologies de navigation et de communication et qui devrait les payer.

    Les problèmes sont pertinents pour les secteurs plus larges du numérique et de l’électronique et des appareils connectés à Internet dans les domaines de l’énergie, de la santé et de la fabrication intelligente, ce qui incite les régulateurs de l’UE à se pencher sur la question.

    Créée en 2018, l’équipe de 13 experts comprenant des juges, des cadres d’Audi, Ericsson et Robert Bosch, des experts en brevets, des économistes et des universitaires a été chargée par la Commission européenne de se pencher sur l’octroi de licences de brevets essentiels standard (SEP).

    Le rapport des experts publié mercredi soir contenait des propositions divergentes, sous-tendant les difficultés à trouver un terrain d’entente, et avec la direction d’Ericsson, Monica Magnusson, rédigeant une seule opinion dissidente.

    La Commission a cherché à atténuer les attentes, affirmant que le rapport devrait être lu de manière globale et qu’une combinaison de différentes propositions plutôt qu’une seule pourrait mieux fonctionner.

    «Une question importante est de savoir si des conditions générales équitables, raisonnables et non discriminatoires (FRAND) devraient être fixées uniformément dans les secteurs verticaux de l’IoT (Internet des objets) ou devraient être autorisés à différer entre les différents secteurs verticaux de l’IoT», indique le rapport, faisant référence au chaîne d’intrants utilisés pour créer des produits.

    «Pour certains membres, cela implique que les évaluations effectuées pour les licences SEP pour différents produits dans divers secteurs verticaux de l’IoT peuvent différer. Pourtant, il n’y a pas de consensus parmi les membres sur cette question.

    Le groupe n’a pas non plus réussi à se mettre d’accord sur la manière d’identifier les titulaires de brevets, quels brevets sont nécessaires pour qu’une technologie fonctionne, où octroyer des licences dans la chaîne de valeur, comment fixer des redevances équitables et qui doit gérer les litiges.

    La Commission a déclaré qu’elle envisagerait des réformes réglementaires telles que la mise en place d’un système indépendant de contrôles d’essentialité par des tiers pour vérifier les brevets.

    (Reportage de Foo Yun Chee. Édité par Mark Potter)

    Les sujets
    Insurtech

    Intéressé par Insurtech?

    Recevez des alertes automatiques pour ce sujet.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.