Contraception et santé sexuelle -IVG médicamenteuse : comment ça se passe pendant la crise sanitaire ?

  • FrançaisFrançais



  • Crédits :
    © gouvernement.fr

    Des dispositions ont été prises pour que toute femme qui a fait le choix d’un avortement puisse continuer d’interrompre sa grossesse par une IVG (Interruption volontaire de grossesse) pendant l’épidémie de Covid-19. Une IVG médicamenteuse en téléconsultation à domicile est ainsi possible jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse. Ces mesures viennent d’être prolongées pendant toute la durée du régime de sortie de crise sanitaire jusqu’au 30 septembre 2021.

    Habituellement, une IVG médicamenteuse est pratiquée jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit au maximum 7 semaines après le début des dernières règles. Conformément à l’avis favorable de la HAS (Haute autorité de santé) rendue le 10 avril 2020, les IVG pratiquées dans ces circonstances peuvent être réalisées jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse, c’est-à-dire jusqu’à 9 semaines après la date des dernières règles (ce délai correspond au délai habituel pour une IVG en établissement de santé).

    Dans le contexte actuel, pour les femmes qui souhaitent avoir recours à cette pratique, une téléconsultation avec le médecin ou la sage-femme, permet d’assurer :

    • la consultation d’information et la prescription des médicaments nécessaires à la réalisation de l’IVG ;
    • la première prise des médicaments (sous réserve du consentement libre et éclairé de la femme et de l’accord du professionnel de santé au vu de son état de santé) ;
    • le suivi de contrôle, dans les 14 à 21 jours qui suivent.

    Concernant la dispensation des médicaments prescrits, des dispositions ont également été prises :

    • la prescription mentionne le nom de la pharmacie désignée par l’intéressée ;
    • le médecin ou la sage-femme transmet une copie de la prescription à cette pharmacie (en recourant à des outils numériques sécurisés) ;
    • la pharmacie délivre les médicaments directement à la femme concernée sans frais et anonymement, dans un conditionnement adapté à une prise individuelle ;
    • le pharmacien appose sur l’ordonnance le timbre de la pharmacie d’officine, la date de délivrance, les numéros d’enregistrement et la mention « délivrance exceptionnelle »;
    • il informe le prescripteur que la délivrance a été effectuée.

    Les médicaments à base de mifepristone et ceux à base de misoprostol peuvent être prescrits.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.