Un médicament contre la sclérose en plaques fonctionne de manière surprenante


  • FrançaisFrançais


  • Les médicaments appelés interféron bêta sont des traitements courants de la sclérose en plaques (SEP), réduisant les rechutes et ralentissant le déclin de la fonction motrice. On pense que l’interféron bêta, une protéine connue pour contenir une poche de liaison au zinc, réduit les molécules pro-inflammatoires et même augmente la production d’espèces anti-inflammatoires chez les patients atteints de SEP. Mais les chercheurs rapportent maintenant dans ACS Chimie Neurosciences que la molécule réduit la liaison de trois composants – le zinc, le peptide C et l’albumine – aux globules rouges.

    Selon la National Multiple Sclerosis Society, près d’un million de personnes aux États-Unis et environ 2,8 millions de personnes dans le monde vivent avec la SEP. Cette maladie auto-immune endommage la gaine de myéline, une couche isolante de protéines et de graisses enroulée autour des nerfs, ce qui entraîne une altération de la signalisation neuronale. Les personnes atteintes de SEP ont généralement des problèmes de douleur, d’engourdissement et de mobilité qui s’aggravent avec le temps.

    Les cellules qui fabriquent la myéline sont sensibles à l’adénosine triphosphate (ATP) et à l’oxyde nitrique (NO), des molécules présentes en grande quantité dans le sang et les lésions cérébrales des patients atteints de SEP. Les globules rouges peuvent libérer du NO directement, mais ils peuvent également stimuler la production de NO dans la paroi des vaisseaux sanguins en libérant de l’ATP. Le NO peut ensuite endommager les nerfs chez les patients atteints de SEP. Le zinc, le peptide C – qui est sécrété par le pancréas avec l’insuline – et l’albumine sont des acteurs clés dans ce dernier processus, et ils peuvent se verrouiller sur les globules rouges. Parce que l’interféron bêta peut lier le zinc, il semblait possible que le médicament aide les patients en absorbant ce minéral, alors Dana Spence et ses collègues ont voulu approfondir leurs recherches.

    Lors de tests en laboratoire, les chercheurs ont découvert que les globules rouges des patients atteints de SEP fixaient plus de zinc, de peptide C et d’albumine que les cellules des sujets témoins. Le traitement avec l’interféron bêta a réduit cette interaction dans les échantillons de SEP jusqu’à des niveaux de contrôle. L’albumine a stimulé la liaison du zinc et du peptide C aux globules rouges de la SEP, et cet effet a disparu avec le traitement à l’interféron bêta. À partir de ces données, les chercheurs concluent qu’il est probable que le médicament inhibe la liaison de l’albumine, l’empêchant de livrer sa cargaison de peptide C et de zinc aux globules rouges afin que le NO puisse être fabriqué.

    Les auteurs reconnaissent le financement de l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Société américaine de chimie. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.