Les coronavirus évoluent pour reconnaître les glycanes de leur espèce hôte


  • FrançaisFrançais



  • Lorsque les coronavirus sautent d’une espèce à l’autre – comme on pense que le SRAS-CoV-2 l’a fait des chauves-souris ou des pangolins aux humains – ils doivent s’adapter rapidement à leur nouvel hôte. Par exemple, ils doivent évoluer pour reconnaître les molécules de sucre uniques, ou glycanes, qui décorent les protéines à la surface de la cellule hôte. Aujourd’hui, les chercheurs qui rapportent dans SCA Maladies infectieuses ont caractérisé la liaison des protéines de plusieurs coronavirus animaux et humains à des glycanes appelés acides sialiques, révélant des schémas de liaison spécifiques à l’hôte.

    Les acides sialiques sont des molécules de sucre à neuf carbones chargées négativement qui coiffent les extrémités des chaînes de sucre attachées aux protéines à la surface de la cellule. Chez les vertébrés, N-acide acétylneuraminique (Neu5Ac) et N-l’acide glycolylneuraminique (Neu5Gc) sont les formes les plus courantes d’acides sialiques. Les enzymes peuvent ajouter des groupes acétyle à divers endroits sur ces molécules, créant plus de 10 variantes moléculaires de chacune. Geert-Jan Boons et ses collègues ont voulu caractériser le répertoire des variants de l’acide sialique reconnus par deux protéines virales, le domaine de liaison au récepteur (RBD) de la protéine de pointe et l’hémagglutinine-estérase (HE), de plusieurs coronavirus animaux et humains.

    Les chercheurs ont utilisé des traitements chimiques et enzymatiques pour préparer une bibliothèque complète de variants Neu5Ac et Neu5Gc acétylés. Ils ont imprimé ces molécules sur une lame de verre pour produire un microréseau. Ensuite, l’équipe a utilisé un système de détection d’anticorps fluorescents pour déterminer si le RBD et HE des coronavirus bovins, lapins, équins et canins se liaient à des points spécifiques du microréseau. Parce que les HE du coronavirus humain ont perdu la capacité de se lier aux glucides contenant de l’acide sialique, ils n’ont testé que le RBD du coronavirus humain OC43, qui provoque généralement de légers symptômes de type rhume. Les chercheurs ont découvert que l’HE de chaque espèce se liait moins aux variantes Neu5Gc qu’aux variantes Neu5Ac. Les RBD de chaque espèce se sont liés aux variantes Neu5Ac et Neu5Gc, mais avec des schémas différents. Les résultats ont révélé que les coronavirus ont affiné leurs spécificités pour s’adapter aux variants d’acide sialique de leur hôte. Ces informations pourraient fournir des informations importantes sur les facteurs à l’origine de la transmission inter-espèces, aidant les scientifiques à prédire et à prévenir de futures épidémies, selon les chercheurs.

    Les auteurs reconnaissent le financement et le soutien de l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique, l’Organisation du programme scientifique de la frontière humaine, le Conseil des sciences chimiques de l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique et le China Scholarship Council.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Société américaine de chimie. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.