L’activité physique protège du diabète de type 2 en modifiant le métabolisme


  • FrançaisFrançais


  • Une activité physique régulière modifie considérablement le profil des métabolites de l’organisme, et bon nombre de ces changements sont associés à un risque plus faible de diabète de type 2, selon une nouvelle étude de l’Université de Finlande orientale. La population étudiée comprenait plus de 7 000 hommes qui ont été suivis pendant huit ans. Les hommes dans la catégorie d’activité physique la plus élevée avaient un risque de diabète de type 2 inférieur de 39 % à celui des hommes physiquement inactifs. L’activité physique était associée aux niveaux d’un total de 198 métabolites, c’est-à-dire des composés formés à la suite du métabolisme de l’organisme, et une activité physique accrue avait un impact sur certains des mêmes métabolites qui étaient auparavant associés à un régime favorisant la santé. . De plus, l’étude a montré qu’une activité physique accrue améliore la sécrétion d’insuline.

    Un total de 1 260 métabolites ont été analysés à partir des échantillons de glucose à jeun des participants à l’étude. L’association de l’activité physique avec le profil des métabolites n’a pas été étudiée de manière aussi complète ni dans une cohorte aussi étendue auparavant. En effet, publié dans Métabolites, cette étude est la première à établir une association entre de nombreux métabolites et l’activité physique.

    Les chercheurs ont étudié l’association de l’activité physique avec le profil des métabolites, la sensibilité à l’insuline, la sécrétion d’insuline et le risque de diabète de type 2 chez les hommes participant à l’étude METabolic Syndrome In Men (METSIM). Aucun des participants n’était diabétique au début de l’étude. Un questionnaire sur l’activité physique a été réalisé parmi les participants au début de l’étude et à nouveau huit ans plus tard, et ils ont également subi un test de tolérance au glucose par voie orale et leurs métabolites ont été analysés à partir d’un échantillon de glucose à jeun.

    Les hommes ont été classés en quatre catégories selon leur activité physique : ceux qui étaient physiquement inactifs, ceux qui n’étaient physiquement actifs qu’occasionnellement, ceux qui étaient physiquement actifs régulièrement mais pas plus de deux fois par semaine et ceux qui étaient physiquement actifs régulièrement au moins trois fois par semaine. La durée d’une seule séance d’activité physique a été définie comme étant d’au moins 30 minutes.

    L’activité physique a été associée aux niveaux d’un total de 198 métabolites. Entre autres choses, l’activité physique a modifié les niveaux de plusieurs lipides d’une manière qui, dans des études antérieures, a été associée à un risque plus faible de diabète de type 2. Dans des études antérieures, il a également été observé qu’un régime alimentaire favorable à la santé avait des associations similaires avec les niveaux d’acides gras insaturés, par exemple. Biomarqueurs métaboliques totalement nouveaux associés à l’activité physique, les chercheurs ont identifié notamment les stéroïdes, les acides aminés, les imidazoles, les acides carboxyliques et les hydroxyacides.

    Au cours du suivi, le risque de développer un diabète de type 2 était de 39 % inférieur pour les hommes physiquement les plus actifs, et de 30 % inférieur même pour les hommes physiquement actifs pas plus de deux fois par semaine, par rapport aux hommes physiquement inactif. Des taux de glycémie et d’insuline à jeun plus faibles, ainsi qu’une meilleure sensibilité à l’insuline et une meilleure sécrétion d’insuline, ont été observés chez les hommes qui ont augmenté leur activité physique au cours du suivi.

    L’association de l’activité physique avec la sécrétion d’insuline est restée floue, malgré plusieurs études sur le sujet. L’étude publiée aujourd’hui confirme qu’une activité physique accrue améliore la sécrétion d’insuline.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Finlande orientale. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.