Les législateurs canadiens discuteront des changements possibles au projet de loi sur les paris sportifs

  • FrançaisFrançais



  • Posté le: 25 mars 2021, 03: 28h.

    Dernière mise à jour le: 25 mars 2021, 11h44.

    Jeudi sera un grand jour pour ceux qui souhaitent voir l’expansion des paris sportifs légalisés au Canada. Un comité parlementaire doit tenir une réunion clé pour discuter d’un projet de loi qui donnerait aux provinces le droit d’autoriser les paris sur un seul jeu.

    Paris sportifs canadiens
    John Levy, PDG de theScore, témoigne mardi lors d’une audience du Comité permanent de la justice et des droits de la personne sur un projet de loi sur les paris sportifs à un seul match. Le comité se réunira à nouveau jeudi pour discuter d’éventuels amendements à la législation. (Image: parlvu.parl.gc.ca)

    Le Comité permanent de la justice et des droits de la personne se réunira Jeudi midi ET pour tenir une «étude article par article» du projet de loi C-218. L’examen approfondi de la proposition a lieu entre la deuxième et la troisième lecture d’un projet de loi.

    Il est possible que le comité propose des amendements au projet de loi avant cette troisième lecture. À ce moment-là, la Chambre des communes déciderait d’accepter ou non le projet de loi modifié. La date limite pour que les législateurs soumettent des amendements était mardi après-midi.

    Une fois qu’un projet de loi fait l’objet d’une troisième lecture à la Chambre, il est ensuite renvoyé au Sénat.

    À l’heure actuelle, la loi canadienne n’autorise que les paris sportifs paray, ce qui signifie que les parieurs doivent parier sur plusieurs jeux. Le projet de loi permet aux provinces de légaliser les paris sur un seul jeu et de délivrer des licences aux opérateurs de paris sportifs.

    Kahnawake cherche à être inclus dans les paris sportifs

    Mardi, le comité a reçu des témoignages sur le projet de loi de plusieurs parties intéressées, y compris des peuples autochtones du Canada.

    Le chef Mike Delisle Jr., du Conseil Mohawk de Kahnawake, a déclaré aux membres du comité que les informations selon lesquelles les paris sportifs sur un seul match ne seraient contrôlés que par des intérêts extracôtiers et du crime organisé au Canada étaient fausses. Le Kahnawake exploite un site de paris sportifs en ligne au Canada qui propose des paris sur un seul jeu dans le cadre de ses activités de jeu.

    Delisle et la chef Gina Deer ont déclaré que les Kahnawake considèrent le C-218 comme une «étape positive» pour les intérêts des joueurs du pays. Cependant, ils ont exhorté les législateurs à utiliser le projet de loi pour réparer des décennies d’injustice au lieu de les exacerber. Ils veulent que le projet de loi reconnaisse les droits de jeu des autochtones et leur permette de s’associer aux opérateurs de paris sportifs de la même manière que les provinces.

    «Vous avez le pouvoir d’accommoder et de concilier les intérêts de la Couronne avec ces peuples autochtones», a déclaré Deer. «Vous avez le pouvoir d’exhorter le Parlement à équilibrer les intérêts des riches et des puissants avec les intérêts des communautés autochtones.»

    Le jeu est une source majeure de revenus pour la nation et essentielle pour son autosuffisance. Depuis 2016, ses activités de jeux en ligne Mohawk ont ​​doublé son effectif à 60 employés. Ces emplois sont répartis également entre les membres de la nation et les étrangers. Les plans prévoient l’embauche de 15 travailleurs supplémentaires cette année.

    Modification de courses de chevaux recherchée

    Parmi les autres intervenants mardi figurent des représentants de la Ligue nationale de hockey et de l’industrie des courses de chevaux du pays.

    Les intervenants des courses ont réclamé un amendement au C-218 qui refléterait un projet de loi similaire déposé par le ministre canadien de la Justice David Lametti (libéral, LaSalle — Émard — Verdun). Lametti facture de paris sportifs sur un seul match comprenait une disposition qui excluait les paris sportifs canadiens de prendre des paris à cote fixe sur les courses.

    Les cavaliers gagnent leur vie grâce au pari mutuel sur les pistes. En d’autres termes, ils reçoivent un pourcentage du pool de paris à investir dans des bourses pour les courses. Cependant, si les paris sportifs proposaient des paris à cotes fixes sur les courses, ils ne seraient pas garantis d’une réduction par rapport à cela.

    «Je compte sur le gouvernement pour reconnaître l’industrie», le jockey à la retraite Sandy Hawley a déclaré au comité. «Ses gens qui travaillent dur, sa valeur, et prendre la bonne décision sur l’amendement… sans l’exclusion, cela tuerait la chaîne de revenus qui soutient le sport, toutes les personnes et les entreprises qui en dépendent.»

    Cet amendement a également reçu le soutien du PDG de theScore, John Levy.

    Levy a également exhorté les députés à agir rapidement et à adopter le projet de loi. Il a déclaré que des millions de Canadiens souhaitaient utiliser un produit de paris sportifs «sûr et fiable», comme l’application theScore. L’entreprise de médias basée au Canada détient actuellement des licences dans quatre États américains.

    Précédemment, Prélèvement a estimé que les revenus bruts annuels du marché canadien des paris sportifs en ligne s’élevaient à plus de 5,4 milliards de dollars américains.

    «Ces revenus de jeu représentent un coup de pouce significatif pour une économie en reprise, encourageant la création d’emplois et le développement économique régional dans de nombreuses communautés qui en verront des avantages directs et immédiats», a-t-il déclaré.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.