Le Sénat de l’Alabama discute du projet de loi sur les jeux de hasard qui autoriserait la loterie d’État, 5 casinos et les paris sportifs

  • FrançaisFrançais



  • La législature de l’Alabama est sur le point de revenir dans les disputes sur le jeu.

    Le sénateur Del Marsh, R-Anniston, a déposé mardi soir un amendement constitutionnel qui autoriserait une loterie d’État; établir cinq casinos dans l’État et autoriser les paris sportifs. Le produit des jeux de hasard servirait à financer des bourses d’études postsecondaires et l’expansion de la large bande.

    Un comité sénatorial devrait examiner l’amendement mercredi matin. S’il est approuvé par l’Assemblée législative, il sera envoyé aux électeurs pour examen.

    “Je pense que les gens de cet état sont prêts à aborder ce problème, et les données des sondages montrent qu’ils veulent voter là-dessus”, a déclaré Marsh mardi après-midi. «Mon travail consiste à élaborer une loi qui répond aux besoins de l’État, contrôle le jeu et fournit un revenu pour accomplir les choses que les habitants de l’Alabama veulent voir accomplies.»

    Un rapport publié en décembre par une commission formée par le gouverneur Kay Ivey a estimé que le jeu pleinement développé rapporterait jusqu’à 700 millions de dollars dans les coffres de l’État et créerait 19 000 emplois.

    Le calcul autour du jeu a toujours été compliqué, impliquant de multiples facteurs, des variables inconnues et des difficultés sans fin pour trouver une solution. Marsh et d’autres législateurs ont déposé des projets de loi pour lutter contre le jeu dans le passé, seulement pour les voir s’effondrer.

    Les bourses financées par la loterie d’État seraient attribuées en fonction des «besoins, du mérite et des besoins en main-d’œuvre de l’État».

    Les cinq casinos iraient à VictoryLand dans le comté de Macon; GreeneTrack dans le comté de Greene; l’hippodrome de Birmingham à Birmingham et le Mobile Greyhound Park. Une cinquième installation serait située dans les comtés de DeKalb ou de Jackson, dans la partie nord-est de l’État, et serait exploitée par la bande Poarch des Indiens du ruisseau, qui gère des casinos à Atmore, Montgomery et Wetumpka.

    Les casinos paieraient une taxe de 20% sur leurs revenus nets de jeu. L’argent provenant des revenus et des frais serait partagé entre un fonds fiduciaire pour les jeux (20%), le gouvernement du comté où se trouve le casino (3%), la municipalité locale où se trouve le casino (2%) et le fonds général de l’État (75 %).

    Dans le fonds général, 65% des revenus iraient au haut débit (jusqu’à ce que le montant cumulé atteigne 1 milliard de dollars); 25% aux soins de santé ruraux et 10% aux services de santé mentale. Une fois que le financement du haut débit atteindra 1 milliard de dollars, la répartition changera considérablement: 25% iront au Fonds général; 25% aux soins de santé ruraux; 25% iraient au développement et au maintien de la technologie de l’information à l’échelle de l’État, et 10% seraient alloués à des projets d’infrastructure dans des zones sans jeu.

    L’amendement encouragerait également Ivey à poursuivre un pacte de jeu avec le Poarch Band of Creek Indians. Ivey a déclaré la semaine dernière qu’elle en poursuivrait une si les électeurs de l’État autorisaient le développement du jeu.

    Une commission nationale des jeux de hasard serait créée pour réglementer les jeux de hasard et établir des règles de licence pour les paris sportifs. Il serait interdit aux opérateurs de jeux de faire des contributions à la campagne.

    Marsh a déclaré qu’il espérait soumettre le projet de loi au Sénat jeudi, mais qu’il ne prévoyait pas de vote. Le président du Sénat Pro Tem Greg Reed, R-Jasper, a déclaré mardi plus tôt que les chances d’un vote cette semaine étaient «faibles».

    La Constitution de l’Alabama de 1901 interdit les loteries et les jeux de hasard en Alabama. Ce que le jeu existe vient de la bande Poarch des Indiens de Creek, une tribu reconnue par le gouvernement fédéral qui opère en vertu de la loi fédérale, ou par des amendements constitutionnels locaux. Ces modifications locales ont permis aux pistes de chiens comme VictoryLand et GreeneTrackCounty d’installer des machines de bingo électroniques, comme celles des installations de Poarch Band à Atmore, Montgomery et Wetumpka.

    Mais ces dernières années, la Cour suprême de l’Alabama a fait des lectures étroites de ces amendements locaux, déclarant qu’ils interdisaient le bingo électronique sur les pistes de chiens. Les tentatives des législateurs locaux pour clarifier le statut juridique des pistes de chiens, les principaux employeurs de leurs comtés, se sont heurtées à l’intérêt déclaré de la bande Poarch à avoir une loi uniforme sur les jeux de hasard dans l’État.

    Cela, à son tour, a entravé les efforts visant à apporter une loterie à l’État. La création d’une loterie nécessiterait un amendement constitutionnel qui nécessite l’approbation de 60% de la Chambre et du Sénat de l’Alabama, puis l’approbation des électeurs. Les républicains ont longtemps été divisés sur l’opportunité de passer une loterie, et les démocrates ont fait leur approbation d’un contingent sur le renforcement des pistes de chien. Ces divisions ont réduit leurs efforts pour adopter un projet de loi sur les loteries en 2016 et 2019.

    Le gouverneur n’a aucun rôle constitutionnel dans le processus d’amendement, mais elle pourrait négocier un pacte avec la bande Poarch pour permettre aux machines à sous et aux jeux de table traditionnels dans leurs installations.

    BRIAN LYMAN | ANNONCEUR MONTGOMERY

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.