Le PDG de theScore déclare que l’entreprise est en pole position pour les paris sportifs canadiens

  • FrançaisFrançais



  • Posté le: 16 janvier 2021 à 11h43.

    Dernière mise à jour le: 17 janvier 2021, 01: 55h.

    Alors que Score Media and Gaming Inc. a annoncé la semaine dernière ses résultats du premier trimestre de l’exercice 2021, la société canadienne cotée en bourse a également gardé un œil sur l’avenir. Cela signifie non seulement des paris sur une seule partie dans son pays d’origine et dans son pays d’origine, mais également une cotation à une bourse américaine.

    Score Media Paris sportifs
    Le fondateur et PDG de Score Media and Gaming, John Levy, s’entretient avec Phil Beere de Sightline Payments lors de la conférence 2019 Betting on Sports America. La semaine dernière, Levy a déclaré que sa société canadienne était en «pole position» pour être la première société de paris sportifs au Canada, où la société est basée. (Image: Score Media / Sightline Payments / YouTube)

    Pour le trimestre, qui s’est terminé le 20 novembre, la société de médias sportifs et de paris mobiles a déclaré un chiffre d’affaires total de 10,6 millions CAD (8,3 millions US). C’est un record trimestriel pour l’entreprise. C’est également 15,2% de mieux que les 9,2 millions de dollars canadiens (7,2 millions de dollars américains) déclarés au premier trimestre de 2020.

    Le trimestre a commencé avec le lancement de theScore Bet, l’application de paris sportifs en ligne de la société, dans le Colorado et l’Indiana. Ces ajouts ont triplé le nombre d’États où l’entreprise opère. Sans surprise, la société a déclaré un record de 55,8 millions CAD (43,8 millions USD) pour le trimestre. Cela représentait un bond de 535% par rapport au même trimestre en 2020.

    Alors que la poignée augmente, les revenus du jeu dans le rouge

    Cependant, la société a également signalé une perte de jeu brute de 300 000 CAD (235 565 $ US). Si l’on tient compte des paris gratuits, des bonus et de la juste valeur des paris non réglés, la perte nette est de 2 millions CAD (1,6 million USD).

    Lors d’un appel avec des analystes mercredi pour discuter des résultats, le président de Score Media et COO, Benjie Levy, a déclaré que la perte était attribuable aux promotions de joueurs et aux ouvertures dans l’Indiana et le Colorado.

    Parmi les promotions proposées par le bookmaker depuis la reprise des grands sports professionnels figurait un 5% de remise en argent sur une période de 60 jours qui a commencé avec le placement du premier pari d’un client. La promotion était plafonnée à 2 500 $ et appliquée, que les paris soient gagnés ou perdus.

    Levy a déclaré que les analystes transformer ces négatifs en positifs dépendront de plusieurs choses. Cela inclut le déploiement de l’application dans des états supplémentaires. Cependant, il a déclaré que la société voyait un mouvement positif.

    “Je peux vous dire que cela ne prendra pas des années pour y arriver, et que cela ne se produira probablement pas dans un mois ou deux” dit Levy, selon une transcription sur Cherchant Alpha. «Donc, nous continuons à construire, la dynamique joue en notre faveur. Et je ne pense pas pouvoir être plus précis que cela. Mais, nous commençons à voir des résultats encourageants à mesure que nous gagnons du terrain dans les États existants et, espérons-le, dans les nouveaux États qui nous rejoignent.

    L’Iowa est un nouvel État où l’entreprise se prépare à se lancer. Les dirigeants de l’entreprise espèrent être dans l’État d’ici quelques semaines, en attendant l’approbation réglementaire. L’Iowa, comme l’Indiana, est l’un des 11 États auxquels leScore a accès grâce à un accord avec Penn National Gaming.

    PDG: la portée de l’entreprise au Canada sans égal

    Cependant, les responsables des entreprises du marché sont vraiment enthousiasmés par celui de leur arrière-cour. Ils ont dit aux analystes qu’il y avait une dynamique multipartite au sein du Parlement pour abroger l’interdiction des paris sur un seul jeu au Canada cette année. Cette décision élargirait considérablement les paris sportifs dans le pays, car seuls les paris paray sont actuellement légaux.

    Avec son application de paris sportifs déjà étroitement liée à son application de médias sportifs, les dirigeants de Score pensent qu’ils pourraient avoir un avantage dans le Grand Nord Blanc similaire à ce que FanDuel et DraftKings ont dans les États américains.

    Comme l’a clairement dit le fondateur et PDG John Levy: «Nous avons la pole position ici.»

    Je pense que lorsque nous examinons les deux marchés (États-Unis et Canada), nous examinons les différences dramatiques en termes de portée et de notoriété de notre marque, et regardez – tout le monde au Canada connaît le score », a déclaré John Levy. «Tous ceux qui utilisent des applications mobiles utilisent theScore. Si vous additionnez (les médias sportifs canadiens) TSN, Sportsnet, n’importe qui d’autre, ils ne se rapprochent même pas de nous.

    L’application multimédia sportive comptait en moyenne 3,9 millions d’utilisateurs mensuels. Ces personnes utilisent en moyenne l’application 116 fois par mois, selon les chiffres de l’entreprise.

    Il a estimé le potentiel des revenus bruts annuels des jeux en ligne canadiens entre 3,8 et 5,4 milliards de dollars américains.

    Aux États-Unis, les dirigeants de l’entreprise ont déclaré qu’au moins 50% des utilisateurs de Score Bet utilisaient également l’application de médias sportifs theScore. Les médias donnent également aux utilisateurs la possibilité de placer des paris sur les jeux, ce qui peut augmenter la croissance des paris en jeu.

    Levy espère marquer la cotation des actions américaines

    Le mois dernier, Score Media a conclu une transaction de capitaux propres qui a rapporté 46 millions CAD (36,1 millions USD) pour près de 32,9 millions d’actions. Parmi les utilisations prévues par la société pour les recettes, il y a des déploiements supplémentaires de Score Bet aux États-Unis et au Canada. Les responsables de l’entreprise peuvent également utiliser une partie de cet argent pour l’acquisition d’utilisateurs.

    En septembre, l’entreprise a obtenu une inscription à la Bourse de Toronto, s’éloignant du Toronto Venture Exchange, plus spéculatif. Le marché de Toronto est le plus grand du Canada et le huitième au monde. Cela dit, Score Media (TSE: SCR) ont annoncé qu’ils envisageaient une cotation sur une bourse américaine.

    «Nous pensons que les avantages potentiels pour theScore, et notre base d’investisseurs peuvent inclure un pool de capitaux beaucoup plus important, un volume de négociation quotidien moyen plus élevé, une exposition à un plus grand nombre d’investisseurs américains et institutionnels et une augmentation potentielle de la valorisation boursière», John Levy a déclaré aux analystes.

    La société tiendra sa réunion annuelle avec les actionnaires pratiquement le 10 septembre. À ce moment-là, la société demandera aux actionnaires de permettre au conseil d’administration de Score Media d’initier une consolidation d’actions. John Levy a déclaré que cette décision était associée à une éventuelle cotation américaine.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.