Le comité n’examinera pas le prétendu investissement de Polis dans les paris sportifs


  • FrançaisFrançais



  • Publié le : 30 septembre 2022, 01:05h.

    Dernière mise à jour le : 30 septembre 2022, 04:08h.

    Le comité d’audit législatif bipartite du Colorado n’était pas si bipartite mercredi, lorsqu’il a voté 4-4 selon les lignes de parti. Le vote a choisi de ne pas examiner si les intérêts commerciaux du gouverneur Jared Polis (D-CO), y compris potentiellement la propriété d’un stock de jeux, lui permettaient de tirer personnellement profit de la législation qu’il avait avancée.

    Le gouverneur du Colorado, Jared Polis
    Le gouverneur du Colorado, Jared Polis (D), prend la parole lors d’un briefing sur le coronavirus en 2021. Un comité d’audit n’examinera pas ses prétendus investissements dans les paris sportifs. (Image: Presse associée)

    Le match nul 4-4 est essentiellement une victoire pour les démocrates, qui contrôlent la politique du Colorado, ce qui signifie qu’il n’y aura pas d’audit des relations commerciales du gouverneur. Le sénateur d’État Jerry Sonnenberg (R-Sterling) a présenté la demande au comité, partageant apparemment des preuves captivantes que le gouverneur a tirées de la législation sur les paris sportifs qu’il a promulguée.

    Sonnenberg a également allégué que Polis n’avait jamais tenu sa promesse de campagne de 2018 de placer ses avoirs personnels dans une fiducie aveugle pour éviter les conflits d’intérêts. Le sénateur John Hickenlooper (D-CO) l’a fait lorsqu’il était gouverneur et maire de Denver, rapporte La Gazette du Colorado.

    Les démocrates ont rejeté les demandes d’audit de Sonnenberg comme une posture d’année électorale. Ils l’ont fait tout en se demandant si le comité d’audit pouvait ou non examiner les intérêts financiers personnels du gouverneur. Aucune réponse n’a été fournie.

    Examen des affirmations de Sonnenberg

    En novembre 2019, les électeurs du Colorado ont approuvé la proposition DD, une initiative de vote visant à légaliser les paris sportifs pour diriger les revenus vers les projets d’eau de l’État.

    Étant donné que les revenus des paris sportifs sont taxés et que la taxe était nouvelle dans le Colorado, les électeurs avaient le dernier mot en la matière aux termes de la constitution de l’État. Mais en 2018, Polis signé un projet de loi permettant Prop DD à inclure dans le scrutin de novembre 2019.

    Selon les médias, Sonnenberg a affirmé qu’avant que Polis ne signe cette législation, il possédait des actions de FanDuel. Pour être précis (et en supposant que cela soit vrai), le gouverneur possédait des actions dans Flutter Entertainment (OTC : PDYPY), qui détient 95% de FanDuel. Boyd Gaming (NYSE : BYD) détient les 5 % restants.

    Citant les révélations faites par Polis lorsqu’il était membre du Congrès, Sonnenberg note que le gouverneur était un investisseur Flutter depuis au moins un certain temps en 2015 jusqu’en mai 2019 – le mois au cours duquel il a approuvé la législation Prop DD.

    FanDuel – le plus grand opérateur de paris sportifs en ligne aux États-Unis – a contribué 250 000 $ aux initiatives pro-Prop DD. Le bureau de Polis n’a pas répondu à une demande de commentaire de Casino.org avant la publication de cet article.

    Optique intéressante, synchronisation

    Polis affronte la républicaine Holly Ganahl dans sa quête pour remporter un second mandat, et aucun sondage n’indique que ce sera une course compétitive.

    Dans tout le pays, cependant, le dédain des électeurs pour les politiciens qui profitent d’accords et d’informations « sympathiques » le public n’a pas accès est le problème rare avec un soutien bipartite.

    Au Colorado, le moment où les démocrates ont refusé d’examiner le prétendu investissement Flutter de Polis est intéressant car il survient quelques jours seulement après qu’un groupe de leurs homologues au Congrès a bloqué une législation qui aurait interdit aux membres de détenir des actions individuelles.

    Trois membres de la délégation du Congrès du Colorado – deux démocrates, dont Hickenlooper, et un républicain – font partie des 72 membres de la Chambre et du Sénat qui ont enfreint le STOCK Act. Les violations ne sont pas nécessairement flagrantes dans les trois cas et se résument à des divulgations et des dépôts tardifs.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *