ANJ bloque l’accès français aux sites Stake.com et cbet.gg

  • FrançaisFrançais



  • L’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) – Le régulateur national des jeux de hasard en France – a publiquement réprimandé Stake.com et cbet.gg pour l’exploitation de « sites de jeux illégaux agressifs » qui ciblent le public français.

    La réprimande a été faite car ANJ a obtenu un «ordre de blocage» par le Cour de justice de Paris exigeant des fournisseurs d’accès Internet français de cesser immédiatement l’accès IP aux domaines Stake.com et cbet.gg.

    Dans son avis, l’ANJ a déclaré qu’elle avait été forcée de « divulguer publiquement » Stake.com et cbet.gg en tant que propriétés illégales à la suite de rapports d’un moniteur Internet. Web similaire que les sites web avaient attiré plus de 560 000 visiteurs français au cours du mois de juin.

    Les deux opérateurs ont été accusés de promouvoir des jeux de hasard illégaux auprès du public, car les lois françaises sur les jeux en ligne interdisent les jeux de casino en ligne.

    L’ANJ a en outre accusé cbet.gg d’avoir tenté de contourner son interdiction initiale de la propriété intellectuelle en France, en exploitant des « sites miroirs » faisant la promotion des services de jeux d’argent en ligne de l’opérateur sous différentes URL.

    Pendant ce temps, Stake.com a été réprimandé pour avoir fait la promotion de services de crypto-monnaie non autorisés en tant que méthode de paiement et de pari, car l’opérateur permet aux joueurs d’effectuer des transactions avec Bitcoin, Ethereum et Dogecoin.

    « L’ANJ souhaite attirer l’attention du public sur la dangerosité de ces sites illégaux qui enregistrent des audiences particulièrement élevées. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé, pour la première fois, de donner un écho à ces jugements », peut-on lire dans le communiqué de l’ANJ.

    La semaine dernière, le régulateur a averti les opérateurs agréés de se préparer à une nouvelle ‘Plan d’action’ sur la publicité française sur les jeux d’argent.

    Il a déclaré qu’il avait été contraint de lancer de nouvelles mesures réglementaires car les titulaires français n’avaient pas maintenu leurs fonctions lors de la couverture en juin et juillet des championnats Euro 2020.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.