Flutter Entertainment perd son appel sur le poker en ligne dans le Kentucky, considérant une action de la Cour suprême des États-Unis

  • FrançaisFrançais



  • Juste au moment où vous pensez qu’une affaire est terminée, elle revient à la vie.

    Cette fois, cependant, nous ne parlons pas de la Situation de Mike Postle. La Cour suprême du Kentucky a rejeté jeudi une requête de Flutter Entertainment concernant leur affaire judiciaire datant de 2015. La requête aurait ouvert le dossier pour réexamen par le système judiciaire du Kentucky, mais, au lieu d’obtenir une nouvelle audience, Flutter a été frappé à la place pour un facturer les premiers 100 millions de dollars de l’amende.

    1,3 milliard de dollars d’amendes devant être payées

    Les juges de la Cour suprême du Kentucky ont statué en décembre pour annuler une décision en faveur de Flutter Entertainment. Cette décision de 2018 a annulé la décision de 870 millions de dollars qui avait été précédemment rendue contre PokerStars. Depuis cette décision en 2015, le temps passé avec l’appel a vu 260 millions de dollars supplémentaires ajoutés à titre d’intérêts à la décision précédente, ce qui a entraîné une facture de 1,3 milliard de dollars pour Flutter.

    Il y a plusieurs pièces mobiles dans le boîtier, même aujourd’hui. En 2015, dans un tribunal du comté de Franklin, un juge a conclu que PokerStars, alors une organisation privée qui avait été vendue par la famille Scheinberg à Amaya Gaming, avait «volontairement violé les lois anti-jeu du Kentucky» en offrant PokerStars aux résidents du Kentucky. La loi est en fait celle qui a rarement été utilisée dans N’IMPORTE QUEL tribunal, la loi de 1796 sur la récupération des pertes, qui stipule qu’un tiers peut intenter une action en justice pour les pertes subies par des citoyens de l’État dans une opération de jeu illégale. Ce tiers peut également réclamer le triple des dommages-intérêts dans l’affaire.

    L’affaire initiale intentée par l’État du Kentucky alléguait que PokerStars avait violé les lois de l’État entre 2006 (la promulgation de la loi sur l’application de la loi sur les jeux illicites sur Internet) et 2011 («Black Friday»). Cette affaire demandait 290 millions de dollars de dommages-intérêts qui, après la décision de la Franklin County Circuit Court, ont été triplés à 870 millions de dollars. Suite à la décision, Amaya Gaming a continué avec un appel, consciente que l’intérêt s’accumulait sur la décision.

    La décision d’annuler la décision de 2015 en 2018 était la bienvenue, mais la nouvelle décision de la Cour suprême du Kentucky rétablit la décision, le montant et ajoute les intérêts. Le Kentucky a déjà pris des mesures pour saisir 100 millions de dollars d’obligations que PokerStars avait mis sous séquestre au fur et à mesure du processus d’appel. Crystal Staley a dit au Lexington Herald-Leader que les procureurs d’État ont déposé des requêtes pour saisir cet argent afin de rembourser la dette de 1,3 milliard de dollars.

    La décision changerait-elle au SCOTUS?

    Flutter Entertainment évalue ses options pour de futures actions, y compris d’éventuelles poursuites judiciaires supplémentaires et peut-être un appel devant la Cour suprême des États-Unis dans ce cas particulier. Mais comment une telle décision se déroulerait-elle?

    Premièrement, le SCOTUS ne prend en charge qu’environ 100 cas à chaque séance. Il y en a généralement des milliers qui sont soumis à un examen, mais le SCOTUS ne choisit que les affaires qui n’ont pas été réglées par des décisions de tribunaux inférieurs ou qui présentent des problèmes constitutionnels distinctifs qui nécessiteraient un examen par le tribunal supérieur du pays. Un cas tel que Kentucky contre PokerStars ne semble pas, à première vue, être un tel cas.

    La question se pose également de savoir comment le SCOTUS déciderait de cette question. En 2018, les juges ont annulé la loi sur la protection des sports professionnels et amateurs (PASPA), qui a permis aux États individuels de prendre leurs propres décisions concernant le jeu. Cela ne semble toutefois pas s’appliquer dans cette situation, car il s’agissait d’un cas concernant le jeu avant cette date d’entrée en vigueur.

    Il serait également indifférent que le Kentucky divertisse actuellement le jeu en expansion à l’intérieur des frontières de l’État. Une législation a été introduite l’année dernière pour ouvrir les paris sportifs et le poker en ligne; il n’a pas réussi à gagner du terrain et a été réintroduit cette année. Le gouverneur Andy Beshear a également exprimé son souhait de voir le jeu se développer lorsqu’il se présentait aux élections de 2019.

    Il est tout à fait probable que le SCOTUS refuserait d’entendre l’affaire, ce qui mettrait Flutter Entertainment sur le crochet d’une amende de 1,3 milliard de dollars, un montant qui entraverait de nombreuses entreprises prospères.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.