La bataille au conseil d’administration de Generali s’intensifie avec la démission de l’investisseur n°2


  • FrançaisFrançais



  • Une bataille au sein du conseil d’administration de Generali s’est intensifiée après que le deuxième investisseur du plus grand assureur italien a démissionné du conseil d’administration en contestant la reconduction du PDG Philippe Donnet.

    Donnet, qui brigue un nouveau mandat de PDG, est au centre d’une lutte entre les plus grands investisseurs de Generali, dont le magnat de la construction et de la presse Francesco Gaetano Caltagirone, qui a quitté jeudi le conseil d’administration.

    Caltagirone s’est associé au milliardaire de la lunetterie Leonardo Del Vecchio, troisième actionnaire de l’assureur, pour défier la banque d’affaires d’influence Mediobanca, premier investisseur de Generali.

    Caltagirone détient 8,04% de Generali, derrière la participation de près de 13% de Mediobanca. Del Vecchio est le 3ème investisseur avec près de 7%.

    Les deux magnats reprochent à Mediobanca, qui tire une part importante de ses revenus de Generali, d’avoir freiné l’expansion de l’assureur, ont déclaré des personnes proches du dossier.

    Donnet, qui est soutenu par Mediobanca et une majorité de membres du conseil d’administration, a annoncé en décembre le premier rachat de Generali en 15 ans et des dividendes plus élevés dans le but de conserver son emploi.

    Alors que le secteur financier italien est en mode consolidation, les tensions entre actionnaires alimentent les spéculations sur d’éventuels mouvements de fusions et acquisitions impliquant à la fois Generali et Mediobanca.

    Del Vecchio, 86 ans, est devenu en 2019 le principal actionnaire de Mediobanca. Caltagirone a également récemment pris une participation dans Mediobanca.

    Caltagirone et Del Vecchio devraient présenter en février leur propre candidat PDG et une stratégie alternative pour l’assureur, a déclaré vendredi à Reuters une personne proche du dossier.

    Caltagirone a lancé son offensive en avril en snobant une assemblée générale pour approuver les résultats de Generali.

    En signe d’hostilité croissante, il a voté contre la nouvelle stratégie de Donnet en décembre et n’a pas assisté aux réunions du conseil d’administration ces derniers temps, a déclaré une deuxième personne au courant du dossier.

    Il a rejoint de force Del Vecchio en septembre et leur pacte de consultation sur Generali, qui comprend également le petit investisseur CRT, contrôle une participation de plus de 16% dans l’assureur.

    Le pacte reste intact après la démission de Caltagirone, a ajouté une troisième source proche de Del Vecchio.

    Pour avoir plus de poids lors d’une assemblée générale des actionnaires en avril pour nommer un nouveau conseil d’administration, Mediobanca a emprunté des actions pour atteindre une participation de 17% avec droit de vote.

    Mais environ 35% du capital social de Generali est entre les mains d’investisseurs institutionnels et les petits épargnants en détiennent 23% supplémentaires, ce qui signifie que leurs votes sont susceptibles de décider du résultat.

    (Écrit par Valentina Za; édité par Jane Merriman)

    Les sujets
    Generali Life Assurance (Thaïlande) Plc.

    Les nouvelles les plus importantes sur l’assurance, dans votre boîte de réception tous les jours ouvrables.

    Recevez la newsletter de confiance du secteur de l’assurance

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnnelle du site

    Pour contacter personnellement le taulier :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.