Turquie : Hausse des volumes de cryptomonnaie et descente aux enfers de la Livre turque


Le volume des transactions a crevé le plafond sur les bourses de cryptomonnaies en alors que la a descendu aux enfers à cause de la tension économique. Selon CoinMarketCap, le volume des bourses turques Paribu, Btcturk et Koinim a bondi de plus de 100 % au cours des dernières 24 heures. Les volumes absolus sont encore relativement faibles dans ces bourses, avec Btcturk, la plus importante du pays, qui a traité environ 11,6 millions de dollars de transactions.

La livre turque plonge dans les abysses

 

La livre turque a atteint son plus bas niveau face au dollar, reflétant les inquiétudes du marché mondial concernant la politique économique du président , ses relations tendues avec le président américain Donald Trump et la capacité de son gouvernement à rembourser ses dettes. Faisant peu d’efforts pour calmer de telles craintes, Erdogan s’est exprimé en public sur la avec les Etats-Unis et a appelé les citoyens turcs à échanger des dollars, des euros ou de l’or pour la livre turque.

La tourmente économique a provoqué un intérêt pour le et des autres crypto-monnaies pour certains investisseurs locaux, même si le secteur a été sur une tendance baissière en 2018.Chaque jour il y a de nouvelles bourses de qui ouvrent en Turquie selon un étudiant universitaire local qui, pour des raisons de sécurité, a demandé à garder son anonymat et à utiliser son pseudo Twitter, Bit_gossip.

Protéger ses économies avec les cryptomonnaies

Un autre utilisateur de , un professionnel du marketing affilié à Istanbul, qui préfère également utiliser un pseudonyme, Bitmov, a déclaré qu’il utilisait des bitcoins pour acheter des publicités numériques à l’étranger depuis plus de trois ans. Désormais, sa famille et ses amis se tournent vers lui pour savoir comment acheter du bitcoin.

Bitmov a déclaré :

J’ai commencé à échanger personnellement de la crypto-monnaie il y a un an et demi ans à cause de la faiblesse de la livre turque et de la peur du statut politique et financier du gouvernement turc. La crypto-monnaie me rassure.

En soulignant les difficultés engendrées par les récentes politiques économiques, Bitmov a déclaré qu’il ne fait plus confiance aux devises. De même, Bunyamin Yavuz, cardiologue à Ankara, a déclaré qu’il ne faisait plus confiance aux banques locales et qu’il achète désormais du Monero, du Lumens et d’autres crypto-monnaies, dans le cadre de son portefeuille de placements. Yavuz a déclaré que ses avoirs se composaient désormais de 30 % de crypto-monnaies, de 20 % de dollars américains et de 10 % de livres turques.

Reflétant cet intérêt croissant, Bit_gossip a lancé depuis 2016 un canal de cryptomonnaie Discord, qui compte récemment 11 294 membres turcophones.

Une interdiction des cryptomonnaies en Turquie ?

Bien que les législateurs turcs envisagent de créer une crypto-monnaie nationale, les bourses locales pourraient être confrontées à davantage d’obstacles si les responsables politiques commençaient à craindre la montée du bitcoin. La Turquie n’est pas la seule nation du Moyen-Orient à considérer sa propre crypto-monnaie. L’Iran se penche également sur la possibilité d’une crypto-monnaie centralisée pour stimuler l’économie.

Mais contrairement à l’Iran, où les investisseurs de détail se tournent souvent vers les transactions en personne et les échanges entre pairs comme LocalBitcoins à cause des sanctions internationales et de la censure locale, les banques turques travaillent souvent avec des bourses. Les utilisateurs turcs se heurtent donc à moins d’obstacles pour accéder au marché mondial.

Mais cela pourrait changer étant donné que, comme ses homologues iraniens, M. Erdogan exhorte les électeurs à convertir les investissements étrangers en monnaie locale. Yavuz a déclaré que le gouvernement turc pourrait suivre les traces de l’Iran et restreindre l’accès si les bourses de bitcoins se développent trop rapidement, mais il a averti que si cela se produisait, alors ce sera la fin de notre croissance économique.

Bitmov a déclaré que des rumeurs circulaient déjà à Istanbul sur le fait que les banques turques pourraient bientôt suspendre les clients avec des épargnes en dollars. Selon Bitmov, quand votre monnaie locale se casse la gueule, quand votre banque devient indigne de confiance, alors il faut  devenir sa propre banque et je suis certain que les gens dans le monde entier vont le réaliser bien plus tôt qu’ils ne pensent.

Source

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et journaliste scientifique. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je m'intéresse aux cryptomonnaies et à la Blockchain depuis 2012 et par mes articles, j'espère apporter plus d'éclairage sur ce qui se passe dans ce secteur en pleine émergence.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *