La Chine a le pouvoir de détruire le Bitcoin


BenjaminNelan / Pixabay

Une nouvelle étude accablante suggère que la Chine détient une influence menaçante sur la et elle pourrait avoir la capacité d’attaquer et de détruire l’intégralité du réseau du . Des chercheurs des universités de Princeton et de Floride ont exploré la façon dont la Chine menace la sécurité, la stabilité et la viabilité de avec son contrôle politique et économique sur les marchés nationaux de et de l’infrastructure Internet.

Selon le papier, la Chine dispose à la fois de capacités matures et de fortes motivations pour mener diverses attaques contre le Bitcoin. Pire encore, il exerce déjà son pouvoir sur le Bitcoin. La valeur et l’utilité économique de Bitcoin ont augmenté, de même que l’incitation à l’attaquer selon les chercheurs. Nous avons choisi la Chine pour l’analyse, car ce sont les adversaires potentiels les plus puissants de Bitcoin et nous avons découvert qu’ils avaient une variété de motifs pour attaquer le système et un certain nombre de capacités évoluées, à la fois réglementaires et techniques, pour mener à bien ces attaques.

Des pools miniers chinois contrôlent le Bitcoin

Le papier établit sa thèse en prouvant que l’écosystème minier Bitcoin est devenu fortement centralisé. Les mineurs de cryptomonnaies se sont tellement regroupés que plus de 80 % des activités minières en Bitcoin sont effectuées par six pools miniers, dont cinq gérés directement par des particuliers. ou des sociétés basées en Chine.

La principale menace qui pèse sur l’infrastructure Bitcoin est l’attaque à 51%, qui consiste en une combinaison de pools miniers pour contrôler la majorité du taux de hachage (puissance de traitement globale de Bitcoin), leur permettant d’influencer directement une grande partie de ce qui se passe sur le réseau Bitcoin. .

Si vous considérez que l’effort combiné des pools miniers chinois représente 74 % de la puissance de hachage de Bitcoin, la situation devient incroyablement inquiétante. Etant donné que les responsables gèrent l’attribution des travaux de minage et de la propagation des blocs terminés, ils contrôlent les entrées et les sorties de leurs mineurs, ce qui permet aux autorités chinoises de contrôler indirectement cette puissance de hachage selon les chercheurs. Il s’agit d’une part significative du taux de hachage mondial, mais la quantité exacte est inconnue.

Le fait que les mineurs chinois contrôlent une grande partie de l’écosystème Bitcoin a des conséquences directes. En particulier, le pouvoir de hachage centralisé expose le réseau Bitcoin à une censure généralisée et à d’autres attaques potentiellement dommageables.

Les blocs trouvés en Chine sont déjà proches d’une part majoritaire de la puissance de hachage, ils peuvent donc atteindre un consensus plus rapidement que ceux trouvés ailleurs. Si le gouvernement chinois assumait le contrôle de l’énergie de hachage domestique, cette propriété leur donnerait un avantage dans la sélection des blocs pour le Grand Livre, ce qui est important pour certains types d’attaques.

La Chine ralentit Bitcoin

Le papier a également révélé une certaine injustice quant à la manière dont les récompenses minières sont distribuées, et à la manière dont la configuration actuelle augmente l’inefficacité du Bitcoin. Le coupable est le grand pare-feu de la Chine. Il fausse le système en ajoutant de la latence pour les mineurs opérant en dehors de ses frontières.

Apparemment, les mineurs chinois peuvent avoir la priorité pour décider des blocs à exploiter, notamment blocs vides. Même s’ils prennent le même délai et le même pouvoir de minage, les blocs vides ne contribuent en rien au réseau, car leur minage ne traite aucune transaction. Pourtant, ils offrent les mêmes récompenses que des blocs complets.

Lorsque les chercheurs ont examiné les taux moyens combinés de blocs vides produits par chaque mineur, ils ont vu quelque chose d’étrange. Les mineurs chinois ont produit un taux inhabituellement élevé de blocs vides, dépassant largement les 7% (sur certaines périodes). Les mineurs non chinois ont produit environ 2%, un taux historiquement constant.

Les chercheurs concluent qu’il doit exister un facteur qui s’applique aux mineurs chinois, mais pas aux autres mineurs, qui a encouragé le minage de blocs vides. Encore une fois, lorsque les mineurs extraient des blocs vides, l’ensemble du réseau devient moins efficace. Non seulement aucune transaction n’est traitée, mais l’ensemble du réseau consomme des ressources coûteuses.

Il y a certains avantages à miner des blocs vides, mais seulement pour l’individu qui les mines. Le minage de blocs vides peut amener le mineur dans la file d’attente pour recevoir de nouveaux blocs (moins vides) à miner, ce qui augmente la probabilité de gagner plus de récompenses minières que les autres. Cela signifie effectivement que la politique sociale de la Chine a un impact direct sur l’intégrité de Bitcoin.

La Chine a les moyens de paralyser Bitcoin

La recherche définit quatre classes d’attaques: la censure, la désanonymisation, l’affaiblissement du consensus et la perturbation des activités minières concurrentes. Au total, les universitaires ont identifié 19 attaques différentes actuellement disponibles pour les mineurs chinois.

L’une des plus effrayantes est l’attaque Goldfinger, dans laquelle les pools miniers appliquent leur puissance de hachage combinée pour contrôler (et finalement détruire) le Bitcoin.

Le Bitcoin ne peut survivre à une telle attaque que si le reste des mineurs sont disposés à payer un coût supérieur à celui que la Chine est disposée à payer pour mener à bien cette attaque selon le papier. Etant donné que les autres mineurs de Bitcoin sont mal organisés et que la Chine peut mobiliser des ressources considérables, le scénario le plus probable est une spirale catastrophique dans laquelle la Chine peut lancer une attaque de Goldfinger et effrayer les mineurs rationnels, détruisant ainsi le Bitcoin.

Mais pourquoi la Chine détruirait-elle le Bitcoin ?

Toute cette morosité conduit à une question: Pourquoi la Chine détruirait-elle le Bitcoin ? Les chercheurs spéculent que Bitcoin est en opposition idéologique avec la philosophie de gouvernement centralisé de la Chine (communisme totalitaire). La Chine peut être motivée pour affaiblir ou détruire le Bitcoin afin de faire une déclaration idéologique; par exemple, démontrer la futilité des paradigmes de contrôle décentralisé  selon le papier. Pratiquement toute violation de la sécurité de Bitcoin suffit pour atteindre cet objectif, à condition qu’il soit très visible.

Encore plus inquiétant, les chercheurs pensent que la Chine pourrait réellement militariser son contrôle sur le Bitcoin afin de déstabiliser les économies étrangères. Pour exercer une influence dans un pays étranger où le bitcoin est utilisé, la Chine pourrait viser à affaiblir ou même à détruire totalement le bitcoin. Cela pourrait se faire en ciblant des utilisateurs spécifiques ou des mineurs pour une attaque ou en affaiblissant généralement le consensus pour augmenter la volatilité à un point de rupture.

Le papier n’a pas encore été examiné par des pairs, prenez donc les conclusions avec un grain de sel. De plus, le papier a une connotation très politique plutôt que scientifique. Actuellement, les Etats-Unis de Trump diabolisent la Chine, alors ce type de papier peut alimenter une propagande existante. Toutefois, la centralisation du Bitcoin est une réalité et le fait que la Chine contrôle une grande partie du minage du Bitcoin en est une autre. 1 centralisation + 1 centralisation = 0 décentralisation pour le Bitcoin. La fin de l’année approche et il faut que le Bitcoin  descende aux enfers, car il faut une autre bulle pour 2019. Des économistes et des médias américains attaquent le Bitcoin depuis la rentrée 2018. C’est tout sauf un hasard.

Source : Hard Fork – The Next Web

Bitcoin – Métamorphoses – De l’or des fous à l’or numérique ? (Broché)

By (author):  Jacques Favier, Benoît Huguet, Adli Takkal Bataille

Neuf: EUR 19,00 EUR En stock

This title will be released on October 24, 2018.

buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et journaliste scientifique. Je suis également un blogueur dans la vulgarisation scientifique et la culture.

Je m'intéresse aux cryptomonnaies et à la Blockchain depuis 2012 et par mes articles, j'espère apporter plus d'éclairage sur ce qui se passe dans ce secteur en pleine émergence.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *