Désormais, il faut parler algorithme

Tout est devenu tellement automatisé que tu meurs si tu ne parle pas algorithme


kellepics / Pixabay

Le web est mort ou plutôt il est devenu totalement différent en quelques années. Alors que l’année 2017 touche à sa fin, on peut dire que c’est l’une des pires années du web, car on a vu les limites de l’automatisation. Les algorithmes étaient là depuis très longtemps, mais c’est cette année qu’on a compris leur importance prédominante chez Google ou Facebook.

Pour les webmestres et les blogueurs, le temps est compté. Désormais, chaque article, image, vidéo doit être conçu pour les algorithmes. On le disait déjà il y a plusieurs années, mais aujourd’hui, ça atteint des sommets. Schema.org, AMP, Instant Article, Tags, Catégories. Tous les contenus sont classifiés à mort ou tu disparais. Le web est devenu la Maison qui rend fou d’Astérix où chaque  jour, les créateurs doivent passer d’un algorithme à un autre pour tenter de s’en sortir. Et au fil du temps, la créativité est passé à la trappe dans une sorte de fanfare abjecte de classification et d’optimisation.

Mais quand on oublie que si les algorithmes règneny, alors il y a des pétages de couilles systématiques. Aujourd’hui, les algorithmes classent le contenu, les algorithmes créent le contenu, les algorithmes consomment le contenu et les humains ramassent quelques miettes ici et là pour tenter de se rassurer avant leur prochaine disparition. On a  des vidéosYoutube qui n’ont aucun sens pour les enfants et on nous dit que ça va tuer les gamins. C’est plutôt des crétins à la télé avec des péteux et des pétasses qui se trémoussent en piaillant un peu partout qui va les tuer.

D’autres nous promettent l’avènement du Trinet avec les 3 géants qui vont tout contrôler. Ils sont aveugles, car c’est déjà le cas depuis des années. En plus d’avoir des ambitions technologiques, les géants se mettent à avoir des ambitions politiques en cachant la grande putain du néo-libéralisme sous des visages de termes marketing et des présentations TedX où chacun croit changer le monde alors qu’il aura une petite heure de gloire de merde sur Youtube et d’autres connards et connasses (t’as vu, je fait de l’inclusif) vont pouvoir se branler devant pour faire pareil la prochaine fois.

Que tu crée un site, un blog ou n’importe quoi, t’as aucune directive. Tu fais ce que tu as faire et tu espèrent que les algorithmes vont te donner leurs bonnes faveurs comme des Dieux Paiens alors qu’on ignore absolument ce que tu fais. Quand tu réussis, alors tu va pouvoir faire des formations coutant un bras pour faire le mariole ou devenir un consultant pour genre même si tu n’y comprend rien. Mais parfois, on a un moment de lucidité et on se dit : Plus t’es honnête et plus tu va te faire enculer. Ceux qui font le plus de vues, ceux qui gagnent le plus d’argent sont ceux qui sont les plus malhonnêtes.Dès 2015, les plus grands géants de la publicité en ligne disaient déjà que la publicité en ligne est un énorme sac d’excréments et que la moitié des revenus vont à des bots.

On peut penser qu’en 2017, les algorithmes bouffent 60 % à 70 % de toute la publicité en ligne, après on s’étonne que les créateurs ne gagnent rien. Mais le pire est ailleurs. On a des gens qui sont tellement lobotimisés que lorsqu’ils voient un contenu non algorithme-friendly, alors ils sursautent comme s’ils venaient de voir leur mère totalement nue et qu’ils ne s’attendaient pas du tout à un tel spectacle. Les algorithmes, par leur classification, ont littéralement transformés les cerveaux des consommations en des classeurs parfaitement rangés et où la moindre chose perturbatrice est écarté d’office.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils