Apprendre la tolérance comme une leçon à l’école. Sérieux ?

Il parait que la tolérance s’apprend, mais ma propre expérience m’incite à penser que c’est une confrontation avec un monde nuancé qui nous rend tolérant.

L'éducation à la tolérance est une chimère
Parce que les images sexistes de belles filles font beaucoup de vues…

Il y a 2 ans, j’étais plutôt contre les homosexuels. Et maintenant que j’y réfléchis, j’ignorais même la raison de cette hostilité. J’avais également des opinions très tranchées sur les femmes. Je pense que ces opinions viennent de notre éducation (religieuse ou non), de notre environnement et de nos amis. Aujourd’hui, on a beaucoup d’initiatives pour éduquer à la tolérance. On propose même des cours particuliers comme si la tolérance est une leçon qu’on devrait apprendre par coeur et la réciter au moment voulu. Et cela peut fonctionner en apparence et les enfants, éduqués à la tolérance, vont faire preuve d’une tolérance au moment voulu face à certaines phrases ou situations, mais cela ne signifie pas qu’ils sont tolérants. Ils seront juste des hypocrites qui sauront éviter les questions qui fachent. On peut leur enseigner l’esprit critique, mais ils risquent également de critiquer le système éducatif. L’école n’enseigne pas la connaissance, car elle apprend l’obéissance à l’autorité.

Pour avoir de la tolérance, je n’ai pas suivi des sites d’actualité de la communauté LGBT ou des groupes féministes. Mais je lis énormément d’informations diverses sur tous les sujets imaginables. Aujourd’hui, il serait étonnant que je puisse me considérer comme étant tolérant. Si autrefois, la communauté LGBT déclenchait des émotions négatives, aujourd’hui, j’ai tendance à m’en foutre, car je considère la situation comme étant normale. Concernant l’égalité homme/femme, c’est une autre histoire, car on ne peut pas empêcher des éruptions machistes et sexistes de temps en temps. Mais on a une hypocrisie permanente concernant le traitement médiatique sur la communauté LGBT.

On fait semblant de les tolérer, mais on s’empresse également de relayer toutes les initiatives religieuses qui persécutent ces communautés. Il y a quelques semaines, on avait traité d’une étude scientifique sur notre site d’actualité. L’étude était très simple. Elle a mesuré le développement des enfants qui étaient élevé par des parents LGBT par rapport à des parents hétéro. Est-ce qu’il y aura une différence sur vos enfants selon que vous soyez LGBT ou hétéro ? Et les résultats sont limpides. Aucune différence. Il peut y avoir des problèmes de développement, mais c’est lié à des critères qui sont indépendants de la préférence sexuelle des parents (alcoolisme, perte d’emploi, etc). On a traité l’étude comme n’importe quel article scientifique et pour nous, cela coulait de source qu’il n’y avait aucune différence dans le développement des enfants, mais c’est bien qu’une étude le démontre. Je ne vous raconte pas les messages de morts et de menaces qu’on s’est pris dans la tronche.

Et on n’a pas traité l’article parce que cela permettait de parler de la communauté LGBT, car nous sommes surtout intéressé par toutes sortes d’études scientifiques. Comme l’étude sortait du lot, on s’est dit que ce serait bien d’en parler. La vague de haine qui nous est tombé dessus montre qu’on a encore beaucoup de progrès à faire dans la tolérance. Et comme je l’ai dit, je n’ai pas pris des cours particuliers de tolérance. Mais comme je suis confronté à des centaines d’articles chaque jour, on comprend naturellement que le monde est plus nuancé que jamais. Il y a des comportements qui dépassent les limites que ce soit chez la communauté hétéro, LGBT ou les féministes, mais cette nuance est crucial, car elle va provoquer l’apparition naturelle de la tolérance. Mais on va me dire que tout le monde ne peut pas se taper des dizaines d’articles chaque jour et c’est vrai et cela nous amène au second problème qui explique l’intolérance. Les médias de masse nous montre systématiquement un monde cristallisé et binaire. Soit, vous êtes avec les gentils ou les méchants. Il n’y a pas de juste milieu et cette cristallisation a été imité par les gens sur leurs réseaux sociaux et les messageries. Sur internet, tout est exacerbé à l’extrême et je me demande si les pires homophobes seraient aussi abjects s’ils étaient en face de membres de la communauté LGBT en IRL.

Je suis un assez grand utilisateur de WhatsApp parce que de nombreux de mes amis y sont présents. Un jour, j’étais dans un groupe de discussion générale et quelqu’un balance une blague sur les femmes. La blague était tellement abjecte que j’ai eu un Bug et que je suis resté plusieurs secondes à la fixer en me disant : On est 2016 et comment quelqu’un peut dire une chose pareille ? Le pire est que le groupe avait plus de 200 membres et que tout le monde trouvait ça normal. Les hommes ont répondu par des LOL et des Emojis à la con et les femmes ont répondu par des Emojis de grimace pour montrer qu’elles désapprouvaient, mais pas trop pour éviter de passer pour des chieuses… J’aurais pu sortir ma tirade sur ce type d’abjection et son impact désastreux sur les femmes, mais j’ai préféré me taire, car ce n’était pas mon groupe et j’ai juste préféré partir. De nombreux membres étaient mes amis et je me dis que le fossé de l’intolérance est vraiment trop grand et je pense même que c’est une utopie de vouloir le combler. On agit à notre niveau et on continue de s’informer par des sources aussi diversifiées que possible pour mieux comprendre ce monde qui devient toujours plus nuancé chaque jour.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s