Les Golden corbeaux de Twitter sentent le rance et la fin de règne

Je republie ici un article de Denis Robert qui révèle les identités des enculés qui critiquent les opposants contre la loi Travail. Facebook avait censuré son article et donc, c’est comme une sauvegarde. Et non, l’anonymat ne permet pas de déverser sa haine comme bon vous semble. Les attardés mentaux confondent toujours la liberté d’expression et la liberté d’excrétion.

Article original par Denis Robert sur Facebook

L'article de Denis Robert qui révèle les identités des propagateurs de haine contre les opposants à la loi travail

Cet article est une réécriture du précédent (posté vendredi 3 juin vers minuit) censuré par Facebook, non pas pour son contenu, mais parce que les gens que je mettais en cause ont sorti l’artillerie lourde (des images pornos) pour le faire interdire au prétexte (entre autres) que j’intenterais à leur liberté d’expression. Ce qui est un étrange paradoxe pour des champions de la délation, de l’injure, de l’homophobie, de la pauvrophobie, du sectarisme, de l’apologie du nazisme (je cite en vrac), du machisme et de l’ultralibéralisme. Les premiers censeurs, ce sont eux. Personnellement, je n’ai fait que sortir de leur bouillon moisi quelques cadavres pour les exposer en pleine lumière. Où est le mal ?
Les plus malins ont essayé d’expliquer que j’aurais pu confondre les parodies tendance Gorafi (qui me font bien marrer) aux saloperies déversées par ces trous du cul de Twittos. Où est l’humour dans ces délires névropathes de trader qui se prennent pour des héros de Wall Street ? Ces mecs (et ces nanas) n’ont pas supporté que j’intente à leurs petits privilèges de ricaneurs planqués. C’était bien peinard avant, quand ils pouvaient déverser leur bile sur tout ce qui leur passait dans la courbure.
J’ai été menacé de mort, piraté, injurié. Mais comment dire ? Plus ils en font des caisses, plus je me marre. Il n’est pas exclu cependant que je porte plainte à la gendarmerie la plus proche.
Pour ceux qui auraient raté l’objet du délit ou qui voudraient en reprendre une part. Voilà le papier new look et les nouvelles captures d’écran. Grouillez vous de transférer. Ils sont cons et méchants en face. Et comme Facebook est dirigé par des robots insensibles (sors de cet androïde Laurent Solly) qui n’aiment pas les nichons mais ne voient jamais venir les racistes et les antisémites, voilà la came… Bonne (re) lecture les amis
Quand ce week-end, une amie m’a envoyé quelques tweets agressifs écrits par des types aux noms étranges avec des têtes de catcheur masqué, j’aurais dû me méfier et passer mon tour. Moi, vous me connaissez ? (je reprends le titre d’un magnifique roman de San Antonio), les cons, les agressifs et les sarkozistes, je ne les aime pas… Les golfeurs et les joueurs de polo volant en Jet privé exhibant leurs mômes, leur blé ou leurs femmes comme des trophées encore moins. Et les blanc becs arrogants ne jurant que par la loi du marché, non plus. Les beaufs crachant sur les grévistes, trouvant la loi travail trop cool pour les chômeurs et voulant buter les cégétistes et les sdf, je ne vous dis pas. Alors quand vous tombez sur des spécimens cumulant tous ces attributs avec en sus une propension à cracher sur les avantages sociaux des fainéants de Français, sur les musulmans qui seraient tous des terroristes, sur une bande d’hypertrophiés du bulbe vantant les mérites des paradis fiscaux, vous commencez par vous dire que c’est un gag.
Qu’une telle engeance ne peut exister que dans un cauchemar grolandais… Vous cherchez le piège, la caméra cachée, le coup monté par « Sauvons les riches » ou le Gorafi. Et puis, quand vous vous êtes rendu compte que tout est écrit, répété et caché sous pseudo sur Twitter, vous commencez par vous dire que Twitter c’est franchement la gerbe parfois. Et vous y plongez comme dans un bain saumâtre. En apnée.
Très vite, vous le touriste face à cette incontinence neuronale, en arrivez à la conclusion que ce qui pollue Twitter, ce qui le fait devenir, à certains endroits, un café du commerce pour branleurs branchés et pleutres énervés, c’est d’abord le masque. Qui parlent ici ? Qui traite mon copain Miles de singe ? Melenchon de Staline ? Taubira de gueunon ? Claudette de travelo et ma femme de pute ? Qui veut voir crever Martinez (le Cégétiste) dans d’atroces souffrances (mais c’est pour rigoler, hahaha) ?
Trouver ce que cache un pseudo n’est pas si compliqué. C’est un des problèmes pour ces Golden twittos… Non seulement ils sont racistes. En plus ils sont bêtes.

10 Tweets par heure sur des journées de 12 à 15 heures
Ce qui va souvent ensemble. Bref. Tel Clint Eastwood dans « Grand Torino », vous posez votre clope sur le coin d’une assiette, vous avalez une dernière rasade de ce qui vous passe dans le Duralex et vous reprenez du service.
Vous appelez deux ou trois amis et vous vous mettez à chercher ce que cachent ces commentateurs excités qui en veulent tant aux femmes, aux hommes, aux chiens, aux pauvres, aux communistes, aux socialistes, aux socialo communistes, à Gérard Filoche et à Léo Ferré. J’en passe et j’arrête là.
Nous avions déjà entendu les soliloques poussiéreux des nostalgiques de Mao, les discours pontifiants des curés de la sociale démocratie qui n’est ni sociale, ni démocrate.
Nous connaissions les hurlements haineux des extrémistes d’extrême droite. Nous n’avions encore jamais pris la peine d’écouter le bruit que font entre elles les « petites mains invisibles » de la finance mondialisée. Et pour cause, à moins d’être pris dans une sale affaire, ces traders, banquiers, avocats d’affaires, administrateurs de media, ne communiquent pas. Nous avons pris un peu de temps pour essayer de comprendre ce que cachaient leurs conciliabules et leurs vociférations.
Ils forment une petite famille sur les réseaux sociaux. Une famille de dissimulateurs et de tricheurs. De vantards et de couillons. De pas trop bêtes mais de très méchants. Ce que nous avons découvert dépasse ce que nous avions imaginé. On en ressort sale et essoré. Je ne censure pas en écrivant cela. Je ne dis pas qu’il faut interdire ces tweets. Au contraire. Je mets simplement le projecteur sur ce qui est censé être une assemblée de mecs drôles et qui n’est (selon nous) qu’une bonne grosse confrérie de connards qui ripaillent entre eux à l’abri des regards importuns. Après si un magistrats veut instruire les incitations à la haine et au meurtre, il peut s’y pencher et ramasser.
En cherchant à savoir qui se tramait derrière les masques de ces ultras du libéralisme sectaire, nous avons percuté (lundi dernier sur Facebook) Un trader londonien Et un cadre sup de chez Danone. Après un premier papier, les retours de flamme ont été violents. Ce qui nous a poussé à enchaîner.
Aujourd’hui, après avoir hésiter à dénoncer les vannes pourries et le harcèlement d’un cadre de RTL (tu te reconnais Guitou ?), les bouses d’un cadre de de chez Ernst and Young (ça va mon Roger ?) ou d’un fonctionnaire luxembourgeois (alors Willem ?), je voudrai évoquer le cas d’un banquier français et d’un autre trader masqué planqué entre Londres et Singapour.
Le trader signe ses tweets Gordon Gekko, l’agent de change du film Wall Street. Voici son Linkedin. Gordon GEKKO @skyzelimit , le « trader le plus abject de l’univers » selon une revue financière suisse http://www.bilan.ch/argent-finances-exclusif/sur-twitter-les-tribulations-du-trader-le-plus-abject-de-lunivers Alexandre Perrin a la trentaine et un look de gendre idéal pour mamie tropézienne.
Il sévit comme trader à la City de Londres. Il avait pourtant tout pour être heureux sans devoir casser du beur ou du nécessiteux : école privée suisse, Westiminster, Harvard, l’Imperial College of London, HEC… Au passage, il profite du fond d’aide public ’Erasmus’ pour étudier à Madrid, voilà une place qu’un gamin moins aisé n’aura pas eue… Comme il l’avouait lui-même sur Twitter en 2012, Gordon Gekko est « pauvrophobe ». Il adore les « pauvres » mais dans le rôle d’esclaves, pas quand ils risquent de remettre en cause ses profits. La domination sociale ne lui suffisant pas, il aime aussi la domination masculine : Et ethnique :
Entre Londres, la France et Singapour, Gordon travaille pour http://www.terrafirma.com Son patron avait donné des indications philosophiques intéressantes dans un billet ici http://www.terrafirma.com/guy-hands-view/change-may-define-today-but-what-makes-individuals-and-societies-successful-stays-the-same/. En français : on ne peut pas tout avoir, et pour une société en bonne santé, il faut savoir se concentrer sur la contribution que l’on veut y apporter… Alexandre ne s’est pas satisfait de sa carrière fulgurante de trader, ni même d’attirer l’attention de la presse : http://paris-singapore.com/gordon-gekko-trader-et-exile-fiscal-a-Singapour. Pour se détacher des autres, il a voulu jouer de son anonymat pour casser du « pauvre ». Mauvais investissement. Le cours de Gordon GEKKO est à la baisse. C’est le moment pour lui de se racheter de toute urgence.
Alexandre Perrin ne paie pas d’impôt. On le comprend, son grand âge (30 ans) et son expérience de la vie lui permet de vociférer « qu’il a assez donné ». Alex roule en Lamborghini. Une vieille Jaguar j’aurais compris. Mais la Lamborghini, plus encore que la Ferrari ou la Maserati, c’est au moins une faute de goût. Il a bénéficié pendant son parcours scolaire d’une aide publique «Erasmus » pour mieux approfondir ses connaissances en Finance. Ce sera une place de perdue pour un gosse qui en aurait vraiment eu besoin. Il étale sur les réseaux la liste de ses pathologies. Au début, j’ai cru au Fake. Et à un humour très noir. On peut se faire prendre. Mais sur la durée, la constance des cibles et les répétitions, on ne peut qu’être atterré.
Notre homme est bel et bien Trader. Sur les photos, il ressemble à une caricature des jeunesses UMP ou FN. D’ailleurs Alexandre, le bien éduqué, parle un peu comme ses copains du Front. Il préfère ainsi à l’étudiant noir l’arme qui l’a dégommé.
Ils n’aiment pas les femmes libres. Ni les homosexuels, les romains, les musulmans, les grévistes, les jeunes, les intellectuels et les pauvres. On m’explique que c’est du l’humour. Vous jugerez par-vous même.

Un banquier qui assume ses propos sur Twitter…

Notre autre « client » du jour est un banquier twitto très impliqué dans le commentaire intempestif sur la Réforme du Code du Travail. Il sévit sur le net, dans les forums sous un masque. Il signe Jabial. De son vrai nom, Joel-Alexis BIALKIEWICZ. Linkedin https://www.linkedin.com/in/jabialkiewicz , Gérant de la vénérable BANQUE DELUBAC & CIE (https://www.delubac.com), et au passage associé-gérant de l’entreprise CAISSE DE COMPENSATION LOCATIVE (http://www.societe.com/societe/caisse-de-compensation-locative-388183626.html) La Banque Delubac et Cie « s’est développée dans le domaine du financement à court terme à destination des entreprises en difficulté, placées dans les liens d’une procédure, qu’elle soit contractuelle ou collective », d’après le JO http://www.journal-officiel.gouv.fr/pdf/2010/0618/201006181003632.pdf Une banque spécialisée donc dans les liquidations judiciaires et les reprises musclées. Le père de @Jabial, Serge Bialkiewicz, est entré au capital en 1998. (Une hagiographie est disponible ici : http://www.banquedelubac-90ans.com)
La banque met en avant dans sa présentation le côté familial de père en fils qui n’a pas fait des études économiques mais informatiques. En 2010 la banque Delubac & Cie crée un prix Cyrille Bialkewicz destiné à primer des thèses sur le droit des entreprises en « difficulté ». Ces distinctions sont l’occasion de rassemblements médiatico-financiers. On y croise des journalistes de BFM, l’ancien directeur de l’OMC, Pascal Lamy, François de Closet, le n°2 du MEDEF, Thibaut Lanxade, mais aussi Anne Lauvergeon, Hubert Védrine, Hervé Novelli ou Luc Ferry. Il y en a qui aime vraiment se faire suer après leur vie de ministre…
Le jeune banquier qui twitte incognito pour casser du gréviste ou du cégétiste, aime s’entourer. Il tutoie le gratin de la finance française, s’amuse de l’idée de balancer à la mer Martinez et les Cégétistes depuis des hélicoptères.
Quand on lui rappelle que c’est du même niveau que de plaisanter sur les chambres à gaz, il toussote un peu… Les « Vols de la Mort » (ces gauchistes qu’on jetait d’un avion à la mer) sont une pratique des dictatures sud-américaines, il renchérit en déclarant son admiration pour Pinochet.
Là, j’ai un temps douté. Il blague? Mais non. C’est vraiment sa came l’uniforme, l’ordre, la discipline, les rues propres. Sans sdf. A part ça ? D’abondants retweets anti mouvements sociaux, Et à l’évidence un gros problème d’antiféminisme primaire. Notre twitto est également en délicatesse avec les Israéliens qui souhaitent la paix avec les Palestiniens. Il aime (toujours anonymement) menacer de coller son poing et de mettre des raclées à ses détracteurs.
Il n’aime pas l’idée des congés payés, et estime qu’en France on paie trop d’impôts. Secondé avec beaucoup de zèle et de hargne par sa compagne, à la rhétorique un peu frustre, @Jabial affirme préférer le lynchage à l’impunité. Le twitto qui débarque et lit un ou deux de ces messages peut croire à une parodie. Mais non… Chez lui aussi, la répétition est épuisante et les cibles très marquées. Cet « humour » s’autodétruit et devient au mieux du cynisme, au pire de l’appel au meurtre et de la pauvrophie. Il pue le rance, le sectarisme, la pathologie.
C’est du boulot de réunir ces infos… Nous le faisons en réaction aux abjections lues sous la plume de ces types sur Twitter. Cette bande –ils sont une centaine- a commencé à sortir l’artillerie lourde et les injures. Puis les menaces. Nous n’allons pas toutes les reproduire ici. Elles concernent nos familles et particulièrement nos enfants. A la suite de notre publication du lundi 30 mai 2016, quelques-uns ont effacés leurs comptes (Comme le Vice Président Financier du groupe Danone – Eaux, Francois Xavier Lacroix, Alias feu @LacruzFX) et leurs messages.
D’autres, moins sensibles à la publicité et au risque des poursuites, continuent d’alimenter les réseaux. C’est le cas d’Ali Bodaghi alias @zebodag qui a confirmé son identité lui-même. Il donne dans le trading (ex Lehman Brothers, Société générale) et est passé par la case HEC Paris, encore un. Il est le moins apte à sentir quand vient de temps de se faire discret. La violence de ses propos semble lui échapper totalement. Il scanne et publie son don au Restau de Cœur. Les pauvres, voyez-vous, il a donné. Il a le droit à présent de les dégommer, de les insulter et de les humilier. Toujours dans le pragmatisme comptable, il n’oublie pas de demander à ses amis s’ils n’auraient pas une calculatrice. Sur 15 000 euros, 77% donneront droit au crédit d’impôt. Ces Golden Twittos sont des number one de la veulerie.
Ils passent leur temps à imaginer des dîners de con avec des types qui leur font de l’ombre… Mais c’est vraiment chacun d’eux qu’il faudrait inviter… “Un Festin de cons” rien que pour eux. Ils sont tellement incroyables… Ils chassent en bande, ont une hiérarchie très particulière, mais aisément décryptable. Ça marche comme au Bar Tabac. Les plus vulgaires emportent la mise. Les modérés s’écrasent. Les minables continuent d’aboyer. Les starlettes likent. Bienvenue dans le monde feutré de ces élites-là.
On est en droit de s’interroger sur cette hargne grandissante manifestée sur Twitter. Entre autres et depuis quelques jours, contre nous. Une liste de comptes et deux hashtags de soutien au trader démasqué viennent d’apparaître sur Twitter (#Zelist et #Zesoutien).
“Ils en ont marre”, figurez-vous ! “marre, marre, marre !, lance un pseudo au masque d’indien. “On va se les faire !”, martèle un autre pseudo avec des oreilles de Mickey. Ils tapent des poings et disent STOP à nos manières de “harceleurs Gauchistes”, avant de balancer nos photos et commenter nos vie en nous traitant de… Nazis.
Dans la panique, ils se rappellent soudain au bon souvenir de la démocratie. La sainte démocratie. Les notions de liberté d’expression réapparaissent alors comme par enchantement dans leurs discours. Nous serions une atteinte intolérable à leur liberté d’expression Ils se sentent outrés et scandalisés par la mise au net des propos nauséabonds qu’ils adressent aux utilisateurs qui ne pensent pas comme eux.
Nous les avons observés, lus. Plusieurs points communs apparaissent. Ces twitos sont fortunés mais ont tous un chef ou une hiérarchie. Ils travaillent pour toucher leur exorbitant salaire, ils doivent se taper des conseils d’administration, faire des réunions, produire des analyses… Et ils ont au dessus d’eux des actionnaires. Cette caste à part. Ces rentiers qui perçoivent des dividendes sans se bouger. Nos Golden Twittos rêvent de ce niveau où le travail est délégué et le profit encore plus élevé.
Mais, comme pour les militants FN qui pensent que c’est à cause des immigrés que leur retraite est mince et leur ascension ralentie, les Golden Twittos ne remettent jamais en cause l’étage du dessus. Ils le jalousent seulement. Le remettre en cause voudrait dire qu’ils n’aspirent plus. Ils regardent donc dans l’autre direction : Ceux qui limitent leurs parts de bénéfices. Ceux qui «pompent » leurs impôts pour avoir des emplois jeunes, des retraites, des hôpitaux, des universités gratuites, de la culture : les « pauvres », les smicards, les chômeurs, les intermittents, les immigrés, les sans- papiers… qui sont ces misérables crapules qui font obstacle à leur ascension.
Finalement, les Golden Twittos sont juste les Bidochon de l’étage au-dessus. Et encore, c’est dur pour les Bidochon (toutes nos excuses Mister Binet). Ces corbeaux du net ne se contentent pas d’avoir des potes qui trustent les média, ils vampirisent tout espace de discussion. Sur les réseaux, forts de leur statut, ils distillent un sentiment constant : Nous sommes tous des assistés et les syndicats sont la cause de leur exil fiscal. Ils sont assez efficaces car ils finissent par paralyser les forums de discussion, en pompant une part de leur énergie : tout opposant clairement identifié, qu’il soit journaliste à la RTBF, à Libé, Télérama, aux Inrocks ou militant… est la cible permanente de leurs attaques.
En cela, les saillies de Gordon Gekko, qui s’est renommé ZE Kamarade Gordon, (ZE en signe de soutien au trader londonien zebodag) sont symptomatiques du malaise : difficile de résister à l’envie de le baffer virtuellement. Tous, dans ce réseau qui fait des émules, avaient le sentiment que leur pseudo les mettrait à l’abri de toute attaque et de toute contestation. Jusqu’au moment où les masques tombent. Là, nos twittos poussent des cris d’orfraie. Ils hurlent au scandale, à la mise en danger d’autrui.
C’est l’histoire du pompier pyromane. Chochotte, va. Nos Goldens Twittos sont millionnaires et éduqués. Ils ont tout ce qu’un être humain désire. Pourtant, ils se plaignent. Ils menacent. Ils polémiquent. Insultent. Au dessus d’eux, il y a le ciel et au delà des cieux, quoiqu’ils en pensent, il a le Saint actionnariat qu’ils doivent nourrir, inlassablement, comme un prolo nourrit sa banque pour honorer ses traites. Ils sont les petites mains manucurées du capitalisme new look, les ratés de la Noblesse. La caste du dessus ne les acceptera jamais vraiment. Ou alors un pour cent. Donc ils se vengent. Twittent que les profs sont des “bâtards”. Les femmes “des putes”. Les cheminots, des “mecs à buter”.
Nos corbeaux du net semblent vivre dans un sentiment de frustration permanente. Ils déversent leur acrimonie sur ceux qui les ralentissent. Ils n’ont pas de discours construit. Ces gars-là et leur réseau d’amis n’ont pas supporté qu’on les démasque. Ils se déchaînent depuis. C’était un de leur privilège, cet anonymat, on les en a privés. Je n’en veux pas aux riches. Ce qui me dépasse ici, c’est la haine, l’arrogance et le mépris de ceux qui ont tout et qui se cachent pour mieux humilier et insulter ceux qui ont peu ou rien.
Dans les critiques qui nous sont faîtes depuis le message Facebook de lundi dernier et qui reviennent depuis la censure d’hier, l’une d’elle revient en boucle. Nous serions des collabos, des dénonciateurs, des délateurs. « Heureusement que DR n’était pas là en 40, sinon il aurait dénoncé les Juifs » ai- je lu. Je n’ai pas une seconde le sentiment d’être un délateur. Au contraire. Puisqu’avec eux les point Godwin s’accumulent, filons et poursuivons la métaphore… Tous ces corbeaux du net sont des bouffeurs de gauchistes. Beaucoup tiennent des propos racistes et homophobes. Certains cumulent et souhaitent carrément un retour à une dictature nationale socialiste.
Et je me dis qu’il vaut toujours mieux combattre et dénoncer les nazis avant qu’après.
Denis Robert avec Myriam Tonelotto, Yves Lespagnard et quelques autres
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s