Loi Travail : après les raffineries, les centrales nucléaires se mettent en grève

C’est bien que le mouvement prenne de l’ampleur. Il faut que le blocage soit général pendant quelques semaines pour faire comprendre le message au système dominant. Et s’il y a de la casse, alors tant pis.

Article original sur Bastamag

Grève dans les centrales nucléaires en France à cause de la loi Travail

 

Après les raffineries et les dépôts de carburants, les centrales nucléaires et l’électricité ? Les salariés de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, située dans l’Aube, viennent de voter la grève et l’arrêt de la production d’électricité, pour protester contre la loi Travail. La CGT a lancé un appel général à compliquer la production dans l’ensemble des centrales nucléaires, à partir de jeudi 26 mai. Avec FO, elle prévoit des blocages de certains sites, avec des baisses de production électrique, jusqu’à l’arrêt complet de certaines centrales. « Notre but n’est pas de faire tomber le réseau, mais on passe au cran supérieur », explique le secrétaire général du syndicat CGT-Energie de l’Aube, Arnaud Pacot, cité par Francetv info. Mardi 24 mai, des coupures de courant ont déjà eu lieu dans le plus grand centre commercial d’Europe, près de Marseille, ainsi que dans plusieurs quartiers de Nantes.

Dans les autres secteurs énergétiques, la mobilisation s’amplifie contre la loi Travail. La section CGT d’Elengy, filliale de Engie (ex GdF-Suez) a appelé à une grève reconductible du 24 au 26 mai. L’entreprise exploite trois des quatre terminaux méthaniers de France, par où transitent les stocks de gaz naturel. Du côté de l’industrie pétrolière, les huit raffineries françaises sont désormais bloquées (lire notre reportage à Donges). Conséquence : plus de 20% des stations-service sont en rupture de stock totale ou partielle sur le territoire national. La tension continue de monter, après l’intervention des forces de l’ordre mardi 24 mai pour débloquer les accès aux dépôts de Fos-sur-Mer et de Lorient. Suite au blocage des cinq raffineries opérées par Total, le groupe a annoncé vouloir « réviser sérieusement » les projets d’investissement pour tous ces sites : « Si nos collègues veulent prendre en otage, pour une cause qui est étrangère à l’entreprise, un outil industriel, il faut qu’on se pose la question de savoir si c’est là que nous devons investir », a menacé Patrick Pouyanné, son PDG. Le chantage à l’emploi pour répondre aux aspirations sociales…

Du côté des transports, le mouvement se poursuit également, passant au stade supérieur. A la SNCF, deux jours de grève sont prévus cette semaine – mercredi et jeudi. Les cheminots ont décidé de débrayer tous les jours à partir de juin, la CGT et Sud-Rail appelant à la grève reconductible. Dans le métro, la situation devrait également se compliquer début juin : au sein de la RATP, la CGT appelle à la grève illimitée à partir du 2 juin. Les syndicats de l’aviation civile prévoient également de stopper le travail les 3, 4 et 5 juin prochain.

Une huitième journée nationale d’action aura lieu ce jeudi 26 mai dans toute la France, à l’appel de l’intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL). Elle devrait être marquée par un arrêt d’activité dans la plupart des ports. La neuvième journée d’action est programmée le 14 juin, avec une manifestation nationale à Paris.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s