Loi el Khomri : le débat que l’on étouffe

L’indispensable débat stratégique à propos des véritables mobiles du projet de loi sur le travail de Myriam El Khomri, sur lequel le débat parlementaire commence à l’Assemblée Nationale, a été étouffé de manière permanente par les affrontements de quelques groupes avec la police qui ont monopolisé à la fois l’information et les déclarations d’organisations diverses. Le 3 mai, Le Parisien écrit « Loi Travail : « Céder à la rue ? Non », répond Myriam El Khomri ».

Combattre le discours dominant de promotion de la Loi el Khomri

Evidemment, un véritable débat de fond rappelant de surcroît les responsabilités passées et présentes du monde politique, toutes étiquettes confondues, aurait été particulièrement « dérangeant ». Car la réalité est que depuis les années 1980, « droites », « gauches » et « ni droites ni gauches », toutes étiquettes confondues, ont toujours développé ou laissé faire la même politique de soutien à la mondialisation du capitalisme et de mise en place de « grands marchés du travail » européen et planétaire. La « gauche plurielle » de Lionel Jospin n’a pas été une exception, bien au contraire, et la loi el Khomri n’est que la suite de ce processus.

Peut-on décemment oublier que François Hollande a été élu en 2012 avec le soutien de la « gauche de la gauche », alors qu’il avait été premier secrétaire du Parti Socialiste tout au long de la période désastreuse du gouvernement Jospin (1997-2002) auquel avaient notamment participé « communistes, « écologistes » et des prétendues « gauches socialistes », Jean-Luc Mélenchon compris ? A présent, le site de l’Assemblée Nationale annonce des débats sur le projet de loi « Travail : nouvelles libertés et protections pour les entreprises et les actifs » du 3 au 17 mai.

Sur la même page, on trouve un extrait du compte rendu du Conseil des Ministres qui a donné le feu vert au projet de loi El Khomri et qui se termine avec la promesse : « Cette loi sera une grande réforme sociale, qui transformera en profondeur le droit du travail pour favoriser la compétitivité et l’emploi, en s’appuyant sur le dialogue social, tout en améliorant les droits des salariés et des actifs ». Une propagande qui, par elle-même, met en évidence la nécessité et l’urgence d’un véritable débat de fond, autant sur le contenu de la loi que sur ses véritables raisons stratégiques. Mais c’est précisément ce que le monde politique n’a pas envie de mener à terme. Encore moins, auprès de « la rue ». Pourtant, le 1er Mai même, Le Monde rapportait « Tafta : des documents confidentiels révèlent l’avancée des négociations ». Peut-on raisonnablement ignorer de telles réalités à propos du projet de loi sur le travail ?

Lire la suite sur : http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2016/05/03/loi-el-khomri-le-debat-que-l-on-etouffe-i-51587.html

Publicités

Un commentaire

  1. Ce gouvernement qui sait réprimer (48 enquêtes judiciaires sur les agissements de la police suite aux manifs. qui ont lieu depuis le mois de mars)mais ne sait pas négocier ni même dialoguer est irresponsable.Il serait temps,pour le gouvernement,d’éteindre l’incendie qu’il a provoqué.Retirer la loi « précarité du travail » serait sage.Il est urgent d’OUVRIR des négociations sérieuses sur le marché du travail (compte pénibilité,formation professionnelle,médecine et inspection du travail…etc)et de renoncer à l’autoritarisme.Le gouvernement veut enfumer les salariés :la « crise sociale » ne fait que commencer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s