De l’utilité du marketing dans un contexte névralgique de l’ère 2.0 fractionné par une tendance trypsique

Le marketing est devenu la clé de voute de nombreux domaines de prédilection. Avec une emphase mise sur la nécessité de diversifier les canaux de communication inter-professionnelles qui sont jugulés par une apathie plus que névrosé à la limite de schizophrénie.

De l'utilité du marketing dans un contexte névralgique de l'ère 2.0 fractionné par une tendance trypsique

 

Dans le contexte actuel, le marketing semble être une solution pérenne à de nombreux maux de la communication dont l’utilisation des mots a été galvaudée au fil des années avec un certain mépris pour les nouveaux métiers de l’innovation dédiée à la capitalisation de la culture en entreprise, mais également pour permettre à cette dernière d’évoluer pleinement dans la sphère trypsique bien connue de la sphère 2.0 avec la socialité, la convergence des formes, mais évidemment, la sacro-sainte culture de l’exploitation du capital d’entreprise dans des objectifs de communications rentables.

Le marketing dans un monde tendancieux avec un caractère sacré

Les partisans du marketing pullulent sur la toile, même si toutes les preuves empiriques montrent leur inefficacité et utilité. De la même façon que le Hamster tourne sur place en ayant l’impression de faire des kilomètres, les partisans du marketing sont voués à un surplace éternel puisqu’ils s’entraident entre eux avec des techniques innovantes qui ne percolent pas dans le reste des canaux de communication. En 2012, on promettait l’avènement du marketing sensationnel avec un accent mis sur l’émotionalité et le désir, de préférence charnelle afin de permettre une publicité qui soit possible même pour des secteurs parfaitement encadrés comme celle de l’industrie.

Mais qu’on se le dise, le sensationnalisme rampant a crée une véritable culture de sodomie et de fellation culturelle, intellectuelle et physique entre les pratiquants du marketing qu’il soit des hommes et des femmes à cause d’un manque total des compétences sur les métiers de la communication. Au lieu de communiquer, ils deviennent des communicants et par ce fait, ils sont voués à des sursauts éternels, mais sporadiques sur ce qu’il faut faire après une annonce de ceux qui créent le marketing à l’ère d’un internet qui est devenu des parcelles séparées et incompatibles entre les différents acteurs du web.

De la nécessité d’une refonte complète de la définition du marketing

Le marketing doit être redéfini, corrigé, et réformé dans les plus brefs délais. Sinon, on risque d’assister à une spirale dantesque dans la seule issue sera l’avènement de contenus purement publicitaires sans aucun effet communication avec une certaine emphase, disons le, à créer une caisse de résonnance parmi tous les pratiquants du marketing. Et peut-on vouloir à ces hommes et ces femmes qui pouvaient apprendre des milliers de choses, mais qui ont choisi une carrière qui brille par son inutilité et sa malveillance dans tous les domaines de la société ?

Que ce soit pour du marketing de fleurs afin de capitaliser sur le déchiquetage des cadavres d’un attentat ou la création de mot-dièse particulièrement douteux, dans leur sens profond, pour essayer de faire croire à une empathie qui est intrinsèquement impossible chez les vautours de la communication. Vautours ou vauteurs ? Tellement la confusion des genres est brillante chez les partisans du marketing. Le fait de créer une page sur un réseau social bleu ou créer des flux automatisés avec des outils dont le maniement nécessite un intellect qui serait celui d’une courtisane aux abois prête à tout pour vendre ce qui reste de son corps décharné et prêt à tomber dans l’oubli.

Pour éviter des pièges récurrents dans la création d’un canal de communication innovant

En parlant de sodomie culturelle, les partisans du marketing ont remplacé la bite ou le godemichet par leurs plumes en enfonçant encore et encore des mots sur des maux qui n’ont plus aucun sens avec les maux qui caractérisent l’industrie des médias, mais également des plateformes de marketing. Un marketing debout est-il nécessaire pour qu’enfin, on puisse apprécier la justesse de cette tendance qui enfle de plus en plus dans l’imaginaire collectif alimenté par des messages qui sont extrêmement inutiles que ce soit par leur forme, leur fond et le reste ?

De la nécessité de ne pas lire n’importe quoi : Si vous êtes arrivé à lire jusqu’ici, alors vous êtes les exemples flamboyants de ce que veut dire le marketing et par ce fait, vous prouvez sans l’ombre d’un doute que vous avez raté votre vie.

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s