Travail et chomage, ça m’a tiré les larmes des yeux

Ce matin, je reçois un message de mes clients me disant qu’il met fin à notre coopération. Oui, ça fait mal. Du jour au lendemain, tu te retrouve sans rien et désolé, mais dans mon coin, les aides sociales sont de la mythologie. Si vous n’avez jamais été licencié, alors tant mieux pour vous, mais en général, tout le monde est passé par là. Les heures, qui suivent le licenciement, sont un peu spéciales. Vous faites les 100 pas dans votre chambre en tentant de prédire l’avenir. En tentant de faire les comptes, en réduisant pour tenter de continuer à vivre. Mais ce n’est pas de ça dont je veux parler.

Ce travail que j’ai perdu me permettait de payer quelques contributeurs pour mes sites. Ce n’était pas le salaire du siècle, mais je le prenais sur mon propre salaire et tant pis si je devais me serrer la ceinture. Mais étant désormais au chomage, j’ai dû me séparer. J’ai écris à chacun d’entre eux en espérant que ça irait bien pour eux. Dans la société française, on tourne beaucoup autour du pot et on évite de mettre les mots sur les maux. Moi, j’ai dû mal avec ça. J’ai juste dit que j’avais perdu un de mes emplois et que je ne pouvais plus continuer à payer leurs salaires.

Un de ces contributeurs m’a répondu  comme suit : Je comprend et j’ai apprécié de travailler avec vous, j’ai beaucoup appris. Vous avez toujours été sincère et vous m’avez toujours aidé à chaque fois que j’en ai eu besoin. Vous m’avez toujours payé à l’heure contrairement à d’autres clients de travail à domicile. Merci à vous et j’espère que votre situation va s’arranger et que nous pourrions retravailler.

J’ignore pourquoi, mais ces quelques lignes m’ont tiré les larmes des yeux. Ce n’était pas des larmes de tristesse, mais de joie et de soulagement. Parce qu’en fait, cette personne me remerciait simplement de l’avoir traité comme un être humain. Et là, vous réfléchissez à notre société actuelle, à son système de travail et vous vous rendez compte à quel point il est devenu inhumain et impersonnel. Qu’on en soit arrivé là me dépasse et j’espère vraiment que les prochaines générations n’auront pas à travailler et à vivre comme nous l’avons fait.

Je ne blame pas le client qui m’a viré. Lui-même, il est soumis à ses propres pressions. Mais le travail est un effet de domino qui va affecter tout le monde de manière pyramidale. Le but de cet article est que vous devez essayer de supprimer cette personnalisation, cette inhumanité, cette manie de tout considérer comme des numéros dans votre pratique du travail que vous soyez travailler ou employé.

 

P.S : Et si vous avez besoin d’un rédacteur web ou d’un traducteur plus ou moins expérimenté, alors vous pouvez me contacter.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s