Uber m'a tuer

Précarité des chauffeurs, endettement à cause de l’achat des voitures et de la maintenance, les conditions de travail d’Uber sont très loin de la Terre promise par les dirigeants. Ces dirigeants empochent des milliards de dollars de bénéfices grâce aux paradis fiscaux et à une culture de massacre sur le droit du travail et une concurrence sauvage contre les chauffeurs de taxi et ceux qui paient tous les droits.

Uber crée un dangereux précédent dans le concept du marché libre. En incitant les chauffeurs à s’endetter pour acheter les modèles de voiture les plus récents, Uber les met dans une situation délicate où ils n’ont pas d’autres choix que de continuer à travailler pour quelques clopinettes. Avec une course à Paris Intra-muros qui rapporte 5 euros, on n’est plus dans le gagne-pain, mais une sorte de survie qui devient difficile à chaque jour. Et le marché libre peut vous donner des courses à 5 euros, mais vous devrez débourser 100 euros pour les jours de fête. Après, il ne faudra pas venir gueuler quand le secteur des transport sera totalement dérégularisé et qu’Uber pourra faire ce qu’il veut.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s