Pourquoi Internet est-il trop souvent hostile aux femmes ?

sexisme-internet

Plusieurs raisons expliquent le machisme et le sexisme ambiant sur la toile. Et ce titre du Monde est à chier. Internet n’est pas l’ennemi des femmes, car internet est d’abord une caisse de résonance. Même si c’est un seul crétin qui lance des attaques sexistes en se branlant dans sa chambre, internet lui donne l’impression que c’est à grande échelle. Ensuite, la plupart des attaques, notamment le Gamergate font rage aux Etats-Unis, une société extrêmement puritaine et où la frustration sexuelle est reine. Enfin, des personnes pensent toujours qu’un internet et les jeux vidéos sont un truc de mecs. Il suffit de voir toutes les blagues de merde avec l’ignorance féminine sur l’informatique. De ce fait, les femmes sont attaqués sur internet pour la simple raison qu’elles sont de plus en plus nombreuses à l’utiliser, mais aussi parce qu’elles se démarquent dans des secteurs qui appartenaient exclusivement aux mecs avec le développement de jeux vidéos ou la réussite sur Youtube. Et il ne faut jamais oublier qu’internet est d’abord le reflet de notre société.


« Blagues » de mauvais goût, messages sexuellement explicites, menaces de viol voire de mort : de nombreuses femmes ont été prises pour cible ces dernières années sur Internet, de la chanteuse écossaise Lauren Mayberry aux différentes protagonistes du « GamerGate » (Zoe Quinn, Anita Sarkeesian, Jenn Frank…), en passant par la journaliste brésilienne Nana Queiroz. Sans compter toutes les anonymes harcelées chaque jour. Ce n’est donc par hasard si la question de la place réservée aux femmes sur Internet a été particulièrement discutée cette année au festival South by Southwest (SXSW) d’Austin.

Bien sûr, personne n’est à l’abri de menaces ou de commentaires déplacés sur Internet. Mais les femmes sont une cible de choix. Une étude menée en 2006 par l’université du Maryland a ainsi démontré que, au sein d’un même forum de discussion (« chat room »), les pseudos féminins recevaient 25 fois plus de messages tendancieux ou sexuellement explicites que les pseudos masculins. En avril 2014, la journaliste indépendante Jamie Nesbitt Golden a remplacé la photographie figurant habituellement sur sa page Twitter par celle d’un homme blanc, sans modifier toutefois sa description ni sa manière de s’exprimer sur le réseau social. Résultat, « le nombre de tweets déplacés et condescendants a considérablement chuté », témoigne-t-elle.

Sentiment d’impunité

L’anonymat et le pseudonymat ne sont pas les principaux responsables du harcèlement, estime Katherine Cross, doctorante en sociologie. Certains des commentaires les plus haineux repérés sur Facebook, par exemple, sont en effet écrits par des personnes s’exprimant sous leur véritable identité.

Source : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/23/pourquoi-internet-est-il-trop-souvent-hostile-aux-femmes_4599136_4408996.html#xtor=AL-32280515

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s