Le combat solitaire des opposants au projet de loi renseignement

propagande-media

Il est toujours intéressant d’observer une propagande pour justifier la loi sur le renseignement. Dans l’article source, le Figaro, connu pour son intégrité intellectuelle, nous incite à considérer les détracteurs de la loi sur le renseignement comme une sorte de noyau dur. De petits gaulois qui résistent encore et encore, mais dont tout le monde s’en fout. Une propagande savamment orchestrée puisque l’apparence consiste à dire qu’ils ont peut-être raison, mais que la loi sur le renseignement est acceptée de bon cœur par tout le monde. Atlantico avait également publié un sondage où 86 % des participants avaient déclarés que la loi sur le renseignement n’enfreignait pas les libertés individuelles. C’est pourquoi, nous devons considérer les médias de masse comme étant plus dangereux qu’un militaire qui abattrait froidement un innocent dans la rue. Les médias de masse empoisonnement les esprits pour des années.


 

 

Ils repartent en campagne. Depuis la semaine dernière, les défenseurs des libertés en ligne s’érigent contre les mesures envisagées par le gouvernement pour muscler le renseignement. La Quadrature du Net s’indigne d’une «désastreuse dérive du gouvernement Valls sur la surveillance», tandis qu’Amnesty International estime que «la France donne un blanc-seing au renseignement». «Ce projet de loi est négatif, inutile et contre-productif», sermonne Thomas Watanabe-Vermorel, porte-parole du Parti pirate en France. «Je n’ai jamais vu pareil déluge d’outils de surveillance en France», a tweeté jeudi Marc Rees, rédacteur en chef du site NextInpact, engagé pour les libertés numériques.

Ce noyau dur de partisans des libertés en ligne se retrouve autour de la défense de la liberté d’expression sur le Web, du rejet de toute forme de surveillance privée ou administrative et du recours systématique à un juge. Ils ont déjà livré beaucoup de combats, dont l’issue leur a parfois été favorable. Ils ont fait leurs armes entre 2004 et 2006, lors de l’examen de la LCEN et de la Dadvsi, des lois sur le commerce électronique et le droit d’auteur. Ils ont gagné de l’influence en 2008 lors de l’opposition à l’Hadopi. Ils ont poursuivi sur leur lancée avec les lois Loppsi sur la surveillance intérieure, étendu leurs compétences jusqu’à Bruxelles en gagnant leur combat contre l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) et en influant sur les discussions de l’accord Transatlantique.

Source : http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/03/23/01007-20150323ARTFIG00102-le-combat-solitaire-des-opposants-au-projet-de-loi-renseignement.php#xtor=AL-201

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s