8 conseils quand vous utilisez des VPS

choisir-vps

Le VPS est la prochaine étape de l’hébergement mutualisé. Et franchement, quand on voit le prix d’un VPS comparé à un hébergement mutualisé, on se dit que le VPS est 1000 fois mieux. J’ai beaucoup expérimenté avec les VPS et voici quelques conseils qui peuvent vous aider.

Privilégiez les VPS Low Cost

Evidemment, c’est variable selon les besoins, mais je vous conseille toujours d’utiliser un VPS Low Cost pour commencer. Un tel VPS vous revient entre 7 et 10 dollars par mois (de 512 Mo à 1 Go de RAM). De cette manière, vous pouvez gérer votre budget d’hébergement sur le long terme.

Et la principale raison d’utiliser un VPS Low Cost est que cela vous force à optimiser votre serveur. J’ai trouvé de nombreuses offres VPS qui sont remplis de merdes en tout genre dont on ne se sert jamais. Le fait d’avoir un VPS lent à la base va vous inciter à trouver des programmes et des méthodes pour optimiser et encore optimiser.

Attention au choix de la distribution Linux et à l’architecture

Le problème des VPS Low Cost est qu’ils se contentent d’anciennes distributions Linux. Il m’arrive de trouver des VPS avec Ubuntu 12.02 qui n’est plus supporté. Donc, vous ne pourrez plus mettre à jour les paquets (à moins de bidouiller les sources). De ce fait, choisissez la distribution la plus récente et assurez-vous qu’elle soit LTS (Long Time Support) pour avoir de la marge.

Ensuite, choisissez toujours une architecture 64 Bits. Si vous décidez de passer par Varnish ou ce genre de truc, sachez qu’ils sont optimisés pour le 64 Bits.

Nginx, toujours Nginx

Que vous ayez un VPS Low Cost ou un VPS avec 8 Go de RAM, choisissez toujours Ngix. Il est ultra-léger, facile à configurer et très modulable. Mais le problème de Nginx est l’abondance de documentation qui ne sont pas toujours utiles. Chacun a sa manière de configurer son Ngix et ce n’est pas parce que vous suivez le tuto d’un mec à la lettre que ça va marcher. Donc, vous devrez écumer les forums et les sites personnels pour trouver la solution. Mais une fois que Ngix est parfaitement configuré, vous pouvez l’oublier et il se chargera du reste. Personnellement, j’utilise le tutoriel Nginx de NicoLargo comme point de départ.

Compilez Nginx à partir de la source si vous pouvez

De nos jours, la vitesse de chargement d’un site web est cruciale. Google propose son module PageSpeed qui permet d’optimiser de nombreuses ressources de vos pages. On peut installer facilement PageSpeed sous Apache, mais il faudra compiler Nginx à partir de la source en rajoutant le module PageSpeed. J’ai essayé à de nombreuses reprises et je n’ai jamais réussi. Mais si vous voulez inclure PageSpeed, c’est une décision que vous devez prendre avant d’installer Nginx avec un simple apt-get. Car une fois qu’il est installé, il sera difficile sinon impossible de lui ajouter ce fichu module.

Xcache est votre meilleur ami

En terme d’optimiseur de cache, vous avez le choix entre MemCached, Varnish ou xcache. Je vous recommande Xcache, car il s’intègre aux petits oignons avec Nginx et surtout qu’il suffit de modifier son fichier .ini pour le configurer. En bref, Xcache est très performant et il convient aux débutants.

Testez en permanence pour trouver le meilleur VPS

Je ne vais pas vous dire quel est le meilleur hébergeur VPS, car chacun a sa préférence. Moi, je suis avec CINFU depuis des années et il ne m’a jamais posé de problèmes. Ses offres ne sont pas aussi performantes, mais j’ai très peu de problèmes de merde du genre que le service est suspendu parce que vous avez dépassé la limite du serveur. Je n’ai entendu que du mal concernant OVH, mais je n’a pas testé personnellement.

Le truc avec les VPS est qu’il faut tester en permanence. Et même si vous en avez loué un, il vaut mieux avoir un VPS jetable pour vos tests. Comme ça, vous n’aurez pas peur de le casser. Amazon propose des offres gratuites pour 1 an dans sa gamme Amazon EC2. A part pour les étapes d’inscription de lancement, le processus est similaire à un VPS classique.

Cassez votre VPS

Une fois que vous avez votre VPS jetable, cassez-le de toutes les manières possibles. C’est la seule façon de comprendre le fonctionnement d’un VPS et de Linux si vous êtes novice dans ces 2 domaines. Testez différentes configurations, différents optimiseurs de cache, etc.

Déléguez au maximum

Même si vous avez un superbe VPS, il est inutile et improductif de le charger avec toutes les ressources de votre site. N’hésitez pas à déléguer vos ressources pour l’alléger au maximum. Depuis quelques semaines, je suis passé à Amazon S3 et Amazon Cloudfront puisque j’ai 1 an de services gratuits. Je verrais bien quand ce sera le moment de payer, mais n’hésitez pas à aller sur les services d’Amazon AWS pour vous faire une idée en sachant qu’il existe de nombreux plugins pour WordPress (si vous l’utilisez) qui vous permettront de l’utiliser sans trop de soucis.

Note sur les CDN : Beaucoup ne jurent que par le CDN tels que Akamai, Cloudflare ou Amazon Cloudfront. Vous devez comprendre que le CDN peut être catastrophique pour les petits sites web. Le rôle d’un CDN est de fournir la ressource le plus vite possible en utilisant les serveurs les plus proches. C’est un scénario qui convient pour les très gros sites, par exemple, quand ils veulent délivrer la dernière photo ou vidéo virale qui va faire des millions de vues et qui est très recherchée. Pour les petits sites, un Amazon S3 est suffisant même si le CDN peut aussi héberger vos fichiers CSS ou Javascript.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s