Un conte sur le marketing

marketing-mensonge

4 marketeurs se rencontrent dans un bar. Le premier est un bonhomme grisonnant d’une quarantaine d’années. Des habits froissés et des chaussures qui prouvent de longues marches. Le visage à moitié bouffi par l’alcool pour tenter d’oublier sa fatigue. Il raconte aux autres comment il démarche toute la journée pour vendre des steaks spéciaux pour les barbecues. Il arrive à vendre 40 lots de steak par semaine et avoisine les 90 000 euros de chiffres par année. Son entreprise l’a suspendu à plusieurs reprises parce qu’il est arrivé bourré plusieurs fois au bureau en menaçant de frapper le chef avec un lot de Steak spécial Vacance d’été. Mais l’entreprise lui pardonne à chaque fois, car il représente 70 % des bénéfices de l’entreprise.

Le second, d’une tenue décontractée, écoute à demi-oreille et déclare haut et fort que les marches à pied sont révolus. Lui, il passe toutes ses journées au téléphone à démarcher les clients. Il vend des serviettes hygiéniques de plusieurs marques et il atteint une conversion de 27 %. Cela signifie que 27 clients lui achètent sur 100. Mais il estime qu’il n’est pas bien payé malgré un chiffre d’affaire de 6000 euros par mois pour une commission de 2 % sur chaque vente. Ce démarcheur téléphonique est bougeon parce qu’il n’arrive à pas se décider sur l’achat de sa prochaine maison de vacance.

Le 3e marketeur est âgé de 35 ans et il estime que le téléphone et la marche sont pour les cons. Lui, il marche uniquement aux mails. Taux de conversion de 8 % pour un chiffre d’affaire de 4800 euros pour 3 mois d’activité. Il vend des séjours de vacance d’hiver. La commission est de 0,9 % par vente, mais il est obligé de cumuler 2 boulots pour avoir une fin de mois confortable. Notre marketeur clame son amour pour le mail, car il pense que cela crée des contacts privilégiés avec le client.

Le 4e marketeur écoute les 3 autres avec une grimace. Jeune homme de 27 ans, diplomé d’une école de communication et de marketing de Petaouchnock. Il déclare qu’il est un prestataire pour des entreprises de vente en ligne. Son boulot consiste à assurer la visibilité des offres de plusieurs entreprises. On lui donne 1000 dollars de budget mensuel pour promouvoir sur Facebook et Google Adwords. Taux de conversion de 0,4 %. Chiffres d’affaires de 745 euros par mois pour une commission de 0,2 %. Son salaire mensuel n’égale pas le RSA, mais il a un beau costard (acheté à un ami), une carte de visite remplie de comptes Linkedin, Viadeo, Twitter, Facebook, Tinder, Badoo, Google, Youtube, WhatsApp. Pendant la période creuse, il doit recourir à une aide alimentaire, mais sa photo de profil montre un mannequin de mode avec des dents blanchis.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s