63 mois de prison pour Barrett Brown, un journaliste lié aux Anonymous

barrett-brown

Barrett Brown, un journaliste qui est accusé d’être lié au groupe Anonymous, a été condamné à 5 ans de prison, soit 63 mois. Ahmed Ghappour, le procureur en charge de l’affaire, a confirmé que les 28 mois de prison que Barrett Brown a déjà fait seront comptés dans la peine définitive. Ce qui fait que Barrett Brown devra encore passer 34 mois, soit quasiment 3 ans.

Barrett Brow a été puni pour avoir publié les données de l’affaire StatFor

En avril 2014, Barren Brown a admis sa culpabilité sur 3 accusations qui sont la transmission d’une menace liée au commerce interétatique, l’obstruction sur l’exécution d’un mandat judiciaire et la complicité sur l’intrusion non-autorisée sur une machine protégée. Barrett Brown a été accusé une première fois par un tribunal texan en décembre 2012. Parmi les preuves, on a un lien qu’il a posté en privé sur le canal IRL de #Anonops. Ce lien menait vers des données de la firme Strategic Forecasting ou Statfor.

Pendant l’enquête sur Barrett Brown, les autorités ont abandonnés la plupart des charges qui concernaient principalement l’usurpation d’identité et le vol de numéros de carte de crédit. L’accusation sur le lien de StatFor a également été abandonné. Mais il a été arrêté en 2012 pour avoir posté une vidéo sur Youtube intitulé Why I’m Going to Destroy FBI Agent Robert Smith. Pendant son procès, Barrett Brown a nié être un porte-parole des Anonymous même si les autorités affirment qu’il a parlé au nom des Anonymous à plusieurs reprises.

Un exemple pour décourager les activistes

Dans cette affaire, on voit surtout un journaliste qui a ouvert sa gueule au sujet de l’affaire StatFor et les agences fédérales ont utilisés n’importe quel prétexte pour l’emprisonner. Dans le même temps, c’est une abominable hypocrisie pour le président américain de marcher pour la liberté d’expression à Paris. Notons au passage que Barrett Brown a été accusé d’un accès non-autorisé à une machine et récemment, le président Obama a appellé à une extension des pouvoirs des agences fédérales sur ce concept d’intrusion non-autorisée. Dans le futur, les journalistes et les experts en sécurité qui s’intéresseront au secteur cyber-industriel risquent de subir le même sort que Barrett Brown.

La déclaration officielle de Barret Brown après l’annonce du jugement :

“Good news! — The U.S. government decided today that because I did such a good job investigating the cyber-industrial complex, they’re now going to send me to investigate the prison-industrial complex. For the next 35 months, I’ll be provided with free food, clothes, and housing as I seek to expose wrondgoing by Bureau of Prisons officials and staff and otherwise report on news and culture in the world’s greatest prison system. I want to thank the Department of Justice for having put so much time and energy into advocating on my behalf; rather than holding a grudge against me for the two years of work I put into in bringing attention to a DOJ-linked campaign to harass and discredit journalists like Glenn Greenwald, the agency instead labored tirelessly to ensure that I received this very prestigious assignment. — Wish me luck!”

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s